,

Un petit ensemble pour l’été

Aujourd’hui, je viens vous parler couture.
Si vous voulez réaliser un petit ensemble estival à votre bambin, rien de plus simple ! Il vous suffit de lire l’article et de suivre les étapes et liens indiqués. Et si je l’ai fait avec deux petits constamment dans mes jambes, c’est que c’est tout à fait abordable (même pas d’erreur et de découd vite cette fois c’est dire 😉 ).
Lire la suite

,

Transformer un vieux carrelage

Comme certains le savent, la fin de l’année 2016 a été marquée par un grand événement pour notre petite famille : notre déménagement ! Pour le plus grand bonheur des petits, des grands et du moustachu à 4 pattes, nous avons troqué notre appartement pour une maison avec un jardin !

IMG_5062

Mais avant de poser nos cartons, il y avait un peu de travail. Deux mois de chantier ont été nécessaires pour remettre en état notre nouveau lieu de vie. Et il a fallu faire des choix. Nous avons fait faire le principal, ce que nous n’aurions pas pu faire en étant sur les lieux, et certains travaux ont été remis à plus tard.

La salle de bain fait partie des pièces pour lesquelles nous nous sommes dit : « on verra plus tard ». Même si la configuration n’était pas la meilleure, s’il y avait des détails peu pratiques et une perte d’espace, si elle présentait de nombreuses imperfections (joints de carrelage encrassés, qui se détachent parfois, tour de baignoire qui fait stagner l’eau et inonde la salle de bain une fois sur deux si on ne fait pas attention,…), elle était parfaitement utilisable. Avec un peu (beaucoup) d’huile de coude, de vinaigre blanc, de bicarbonate de soude, de jus de citron, … et tout ce que j’ai pu essayer, je n’ai pas réussi à la faire briller de mille feux, mais elle est propre et fonctionnelle, on peut y ranger ce dont on a besoin, et on s’en accommode plutôt bien.

 

Restait tout de même un petit détail !
Depuis un peu plus de 4 mois que nous sommes dans la maison, les cartons ne sont plus qu’un lointain souvenir, et même s’il reste encore quelques petits détails de rangement et de déco, nous avons réussi à faire que chaque pièce nous ressemble. Toute sauf peut-être…
… la salle de bain justement.
Lire la suite

,

J’ai testé : coudre avec un patron l’Etoile de coton

J’adore coudre !

Depuis que je me suis lancée sur d’autres choses que de simples ourlets de rideaux, depuis que j’ai acheté ma super machine à coudre, depuis que j’ai réussi à faire quelques petits vêtements pour les garçons et les bébés des copines, depuis que j’ai mon coin couture rien qu’à moi, j’ADORE coudre !
Pourtant je ne couds pas de manière intensive, j’aimerais pouvoir le faire chaque semaine, chaque jour même, mais entre le boulot et les petits, ce n’est pas simple et comme beaucoup de parents, mes petits plaisirs sont limités (et en plus, j’ai un chat, l’animal qui lorsque tu as enfin 5 minutes vient systématiquement s’allonger sur ton matériel, ta matière première ou toi). 

IMG_6734
Dès que je peux (et que Chatraignée me lâche les baskets), je m’octroie donc ce petit moment de détente et de satisfaction personnelle, une activité qui me calme tout en me défiant et qui m’apporte un petit plus à la fin, la possibilité de me dire « c’est moi qui l’ai fait ». Bref, tout ce dont j’ai besoin.
J’ai plein d’idées et plein d’envies et le net est une mine d’or, Pinterest regorge de réalisations, de tutoriels et de patrons, … Tout est à portée de main et on ne peut que réussir !

Pourtant, je n’avais pas encore osé tester beaucoup de choses, souvent les mêmes vêtements, toujours des patrons gratuits, peu de risques, des réalisations faciles pour démarrer et qui ne nécessitaient pas des heures d’essais ni de déceptions avant un résultat acceptable.

Et puis j’ai remarqué que mon fournisseur officiel de tutoriels pour les techniques de couture, j’ai nommé l’Etoile de coton, vendait également du tissu et des patrons.
Oui !  Grâce à ce site, j’avais appris à coudre des appliqués, poser des pressions, faire un point invisible et autre grands basiques, bref, j’avais appris tout ce que je sais et ça avait toujours été une réussite. Des vidéos précises, claires et abordables comme je les aime. C’est donc avec confiance que j’ai décidé de tester cette fois-ci un de leurs patrons.

 

Et c’est sur une paire de moufles que j’ai décidé de jeter mon dévolu, mes mains nues en pleine cour de récréation me suppliant de faire quelque chose pour elles et mes pauvres petits gants certes technologiques puisque tactiles me permettant de pianoter sur mon téléphone mais pas de me réchauffer, c’est bien dommage puisque c’est quand même leur fonction première. Bref, au diable l’utilisation du téléphone (un peu de sevrage quelques minutes par jour ne devrait pas me faire de mal, femme de geek sors de ce corps ! 😉 ) et bonjour douceur et chaleur ! 

Une commande de tissu, une impression de patron et quelques heures de main d’oeuvre plus tard, j’avais réussi l’impensable : coudre autre chose qu’un sarouel !


Bien entendu, je n’ai pas choisi la moufle de base, non, ce serait mal me connaître, mais la moufle à rabats mesdames, messieurs ! J’aimerais vous dire que c’est parce que je préfère toujours ce qu’il y a de plus compliqué mais outre l’excitation supérieure du défi, je dois avouer que j’ai surtout en moyenne 15 manteaux à fermer, 8 chaussures à lacer, 4 bonnets à remettre, trois fois par jour, 5 jours par semaine alors il me faut pouvoir libérer mes doigts facilement.
Et voilà le travail.

IMG_6728IMG_6729

Bon ok, ma couture sur le rabat n’est pas super magnifique mais c’est de ma faute, j’ai choisi une chute de jersey pour la partie à motifs et du sweat aurait été mieux. Mais elles ne sont pas mal quand même hein ?

Les plus des patrons de l’Etoile de coton
Le prix. Je n’y connais pas grand chose à vrai dire en tarif de patrons mais sachant que je le garderai à vie, qu’il comporte toutes les tailles et qu’avec un peu de travail, je pourrai donc, si je le souhaite, offrir des moufles à l’ensemble de ma famille à Noël prochain (si tu fais partie de ma famille, tu sais ce qui t’attends, ne me renie pas 😉 ), je me dis que ça vaut le coup.

Les indications avant de commencer à coudre. Tout y est.
Le détails des fournitures (que l’on peut acheter sur leur site si on veut être encore plus sûr de ne pas se tromper) avec les mesures exactes, les types de tissus à privilégier, ceux à éviter et pourquoi. 
Les mesures à prendre pour connaître sa taille et savoir par la suite à quelles lignes du patron se référer.
Le niveau de difficulté : ici deux étoiles sur trois.
Et même le petit mot gentil qui te motive si tu n’es plus bien sûr de toi : « Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir à coudre ces moufles ». L’invitation au plaisir, forcément, qui n’y succomberait pas 😉

Le patron en lui-même : 4 couleurs bien distinctes pour les quatre tailles, des traits bien épais pour un découpage facile, et des marges de couture incluses. Dans les patrons gratuits dont j’ai pu me servir, ce n’était jamais le cas et j’avoue que c’est pour moi un gain de temps et un avantage. Ainsi, on reporte simplement le patron sur le tissu et on découpe en étant certain d’avoir une marge partout égale.

Tout le détail des opérations. De l’impression du patron à la dernière piqûre d’aiguille, en passant par la découpe. Schémas très clairs à l’appui et couleurs bien visibles pour différencier les différents tissus et face de tissus, flèches par ci, indications importantes par là, traits de couture bien visibles. On ne peut pas se tromper, à moins d’être très fatiguée (bon ok, je suis super crevée et j’ai dû commettre une mini erreur de rien du tout vite réparée mais chut on ne dit rien)

Des photos. Sur le site, lorsque l’on choisit un patron, on trouve avant même de choisir de l’acheter, les tissus dont on a besoin et les photos de la réalisation sous toutes ses coutures, avec différentes couleurs ou motifs.

 

IMG_6731

Tout ça pour te dire merci L’étoile de coton ! J’ai cousu des moufles grâce à toi, et à un mois du printemps, il était temps. Et puis, comme j’ai décidé de tout te dire, j’ai déjà un oeil envieux sur d’autres belles propositions de ton site pour de nouvelles cousettes à venir alors on va se revoir très vite !


Et si vous voulez vous lancez vous aussi, retrouvez les patrons de l’Etoile de coton et tout plein d’autres choses ici.

DIY – Le sapin de noël en papier

L’année dernière, pour la première fois, nous avions un sapin, un vrai. Pas quelques branches ramassées ça et là et négligemment décorées, pas une guirlande enroulée autour de nos bambous, non, un véritable sapin tout de branches et d’aiguilles.

Mais il faut bien avouer que j’ai toujours un peu de mal avec le fait d’acheter un arbre que je vais mettre à la poubelle peu de temps après 🙁
La partie écolo de mon cerveau m’envoie régulièrement un petit ange au-dessus de l’épaule pour contrer le petit diable qui se trouve de l’autre côté et qui essaie de me dire que le vrai sapin, c’est quand même plus Noël, et c’est la tradition et tout le monde le fait et bla et bla et bla.
Alors oui, j’ai vu qu’il existait des sapins de Noël qui était livré en pot et que le « magasin » venait reprendre après pour aller le planter afin qu’il continue sa vie comme les autres. 
Mais mon côté « bricoleur du dimanche », « instit de maternelle », « c’est moi qui l’ai fait », … m’a poussée à trouver une solution DIY.

Et puis un jour, alors que je n’avais pas encore trouvé la bonne idée, l’idée pratique qui n’allait pas me faire courir partout à la recherche de matériel au vue du peu de temps dont je disposais ces dernières semaines, j’ai emmené Marmouset à l’école et il a vu les petites cartes de Noël de mes élèves de moyenne section.
« C’est quoi ça ?
-Ce sont de petits sapins que j’ai fait avec les enfants à l’école
-Moi aussi je veux ça, je veux un sapin comme ça ! »

C’était dit, elle était là notre idée de sapin de Noël, la même chose mais en plus grand.

Exit les aiguilles à balayer chaque jour (si si avouez que vous pestez chaque matin en découvrant les petits cadeaux que votre sapin vous laisse à son pied), exit le sapin décédé parce que le chat à sauté dedans (si vous avez un chat, vous me comprendrez), exit les boules à raccrocher chaque jour parce que l’enfant de moins de 3 ans a décidé que son unique jeu serait désormais d’ôter la moitié des décorations (ben oui c’est tellement drôle), voici LE sapin qui fera de ces tâches de Noël dont on aimerait se passer, juste de lointains mauvais souvenirs, LE sapin qui vous permettra de recycler vos cartons, LE sapin qui pourra être réutilisé l’année suivante car il est pliable et se glisse ainsi facilement où vous le souhaitez pour le ranger, LE sapin que vous pourrez déplacer à loisir car il est léger comme une plume, LE sapin qui ne vous coûtera pas grand chose, LE sapin le plus simple du monde à fabriquer et auquel vos enfants pourront participer, bref LE sapin parfait (ou presque).
Bon ok, je m’emballe mais il faut bien que je vous vende l’article hein 😉

img_5722

Pour réaliser ce sapin, il vous faudra :

  • un grand carton à plier en deux comme une carte postale géante en somme ou au pire deux à scotcher ensemble (si comme moi vous sortez d’un déménagement, c’est finger in the nose, et sinon, pensez à garder un emballage d’un achat effectué dans l’année ou passez devant les boutiques des commerçants le jour de ramassage du carton, vous trouverez à coup sûr votre bonheur)
  • des feuilles grand format vertes (4 ou 5), l’idéal étant que la largeur de la feuille soit presque équivalente à la moitié de la largeur du grand carton. Là encore, si vous ne souhaitez/pouvez pas acheter de grandes feuilles, vous pouvez recycler ce que vous trouverez, cartons, affiches, rouleau de papier, …. que vous pourrez garder brut ou peindre de la couleur de votre choix. J’ai pris des feuilles pas trop fines pour que le sapin puisse résister aux décorations les plus lourdes.
  • un pistolet à colle et des bâtons de colle (plus efficace que de la simple colle pour assurer un bon maintien et très rapide puisque ne nécessitant pas de temps de séchage, les colles fortes pour bricolage doivent pouvoir faire l’affaire aussi)
  • une paire de ciseaux

 

Etape 1
Plier le grand carton en deux comme pour réaliser une carte, l’ouvrir ensuite, vous aurez ainsi la marque de la pliure au milieu
J’ai utilisé un emballage de meuble comportant déjà une pliure et je l’ai redécoupé comme il faut.

img_5682
Etape 2
Plier chaque feuille de papier en éventail (dans le sens de la largeur car cela permet d’avoir plus de pliures donc une plus grande ouverture de la carte sinon le sapin sera peu visible)

img_5711 img_5715
Etape 3
Découper le bout de chaque éventail si l’on n’a pas réussi à plier bien droit (c’était mon cas) puis découper les éventails en plusieurs morceaux afin d’en avoir de toutes les tailles (longueurs)

img_5712
Etape 4
Ranger les morceaux du plus grand au plus petit sur la moitié du grand carton et les coller au pistolet à colle contre la pliure du carton

img_5716
Etape 5
Mettre de la colle sur l’autre côté de chaque éventail, (la face apparente sur la photo ci-dessus) et plier le carton en deux en le maintenant quelques secondes le temps que ça adhère bien. Cette étape est la plus ennuyeuse car le temps d’arriver à mettre de la colle sur le dernier éventail, la colle du premier aura séché. J’ai donc procédé par étape, en faisant chaque éventail l’un après l’autre et en repliant le carton par dessus à chaque fois. De fait on ne peut plus rouvrir le carton complètement mais l’ouverture est suffisante pour mettre la colle sur les autres morceaux.

Etape 6
Placer le sapin debout, on peut placer des cale porte ou autres petits objets lourds pour maintenir le carton bien ouvert le temps qu’il se tienne seul.

img_5720
Etape 7
Décorer le sapin comme on le souhaite.
Je pense qu’il faut éviter les décorations véritablement lourdes particulièrement si le sapin est en papier très fin pour éviter que cela ne se déchire mais c’est tout de même relativement solide. J’ai fixé la guirlande et les petites décorations légères avec des gommettes transparentes autocollantes qui servent habituellement à coller des photos dans des albums. J’ai utilisé une aiguille de type aiguille à broder pour percer de petits trous dans le papier plié en éventail et ainsi faire passer la ficelle des décorations à l’intérieur. La ficelle passe par le dessous et une fois de l’autre côté, on effectue un noeud qui empêche sa sortie.

Marmouset a également peint des anges (si ce sont des anges 😉 ) et une étoile découpés au cutter dans du carton récupéré lors d’achat de mobilier et on a fixé le tout sur le sapin.

img_5683

img_5690

 

img_5723 img_5724 img_5725

Coudre un sarouel avec des poches

Il y a peu, j’ai fait l’acquisition d’une nouvelle machine à coudre.
La mienne était une machine bas de gamme qui avait bien oeuvré jusqu’ici pour des coutures très classiques : ourlets, tissus fins, …mais je commençais à m’arracher les cheveux et à perdre de plus en plus mon calme au fur et à mesure que les aiguilles cassaient, que mon fil faisait des noeuds ou que les points sautaient dès que je tentais les épaisseurs ou de la couture plus « complexe ».

J’ai donc craqué sur une vraie belle machine avant de craquer tout court 😉 , histoire de me lancer dans des petites cousettes pour les enfants et pour moi. Et je ne regrette pas mon investissement, c’est le jour et la nuit par rapport à mon ancienne machine. J’ai maintenant hâte d’avoir mon coin couture dans notre future maison pour me plonger encore plus dans ce monde de fils et d’aiguilles à chaque fois que j’en aurai l’occasion.

En attendant, je réquisitionne de temps à autre la table à manger et coudre est devenu un réel moment de bien-être, un moment rien qu’à moi, qui me détend, me motive, me défie, me donne quelques gentillettes sueurs froides comme j’aime et le sentiment extrêmement agréable de réaliser quelque chose, de construire, de mener à bien un petit projet.
J’apprends en faisant (un peu), en essayant (beaucoup), en me trompant (souvent) et je fouine sur le net qui regorge de patrons, de techniques, de tutoriels et d’aides pratiques pour tout ou presque. Une mine d’or !

 

Aujourd’hui, un sarouel.

J’en avais déjà fait un tout simple pour Caillou et pour ce faire, j’avais utilisé le patron et le tutoriel très gentiment mis à disposition par la blogueuse de Minuscule Infini et que vous pouvez retrouver directement en cliquant ici.
Il s’agit d’un sarouel évolutif et le patron va du 3 mois au 2 ans.

IMG_3540

Evidemment, je ne sais pas pourquoi, je préfère toujours me jeter dans le compliqué d’abord (ou disons pas dans le plus simple). Pour mémoire, je vous rappelle le coup du tipi. J’aurais pu me lancer dans un tipi classique avec un joli tissu, quelques ourlets et un simple nouage autour de 5 morceaux de bois. Mais non. Il a fallu faire un tipi réversible, avec les morceaux de bois intégrés dans les coutures et avec des appliqués. Ben oui sinon ce n’est pas drôle. Le goût du risque peut-être (enfin un risque à ma mesure hein 😉 ), l’excitation du challenge probablement, la satisfaction encore plus grande si la tâche demande un poil plus de travail et de défi sans doute.

Bref, en matière de couture ma devise semble être : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Du coup j’ai rapidement voulu faire un autre sarouel.
Pour Marmouset cette fois : « oui mais avec le devant différent du derrière et puis avec des poches et avec du passepoil les poches aussi parce que c’est beau et que j’ai découvert ça récemment sur le net et puis ça n’a pas l’air si difficile à poser tu sais Paparaignée, j’ai bien envie d’essayer pour voir ». Et Paparaignée d’acquiescer en écoutant d’une oreille, ne comprenant pas pourquoi je ne fais pas plus simple et sachant pertinemment que je n’en ferai qu’à ma tête de toute façon.
En clair, je m’emballe, je m’emballe et comme en plus la patience n’est jamais pas toujours mon fort, je me lance toujours directement dans le beau tissu commandé, sans essai au préalable. Et advienne que pourra !

 

Adaptation du patron du sarouel pour un plus grand

J’ai donc repris le patron du sarouel évolutif de Minuscule Infini car l’essai pour Caillou m’avait bien plu.
Le patron s’arrêtant au 2 ans, je l’ai donc légèrement adapté car Marmouset, 28 mois, taille du 3 voire 4 ans. Je ne sais pas combien il mesure et pèse mais au rendez-vous pédiatre des 2 ans, il y a 4 mois donc, il mesurait 94 cm pour 13,6 kg. C’est un enfant plutôt grand et assez fin.
Je n’ai donc pas modifié le sarouel taille 2 ans en largeur car je le préfère un peu plus ajusté plutôt que très bouffant, notamment pour les plus grands. J’ai simplement ajouté un peu de longueur :  4 cm exactement au bas de chaque jambe (j’ai utilisé un de ses pantalons comme point de comparaison).
Ce qui m’a donné ceci.

IMG_3800
Choix du tissu

Je suis tombée par hasard sur un tissu aux motifs « macareux » sur le net et Marmouset adorant cet animal (je vous expliquerai très prochainement d’où lui vient cette passion), j’ai craqué mais je ne voulais pas un sarouel entièrement dans ce tissu, je trouvais que mettre un tissu uni à l’arrière faisait moins chargé, plus « grand enfant », plus « stylé » si on peut dire ça, enfin je ne sais pas trop mais ça me plaisait bien.
Pour ce faire, rien de plus simple, il suffit de suivre le tutoriel de Minuscule Infini sauf qu’à l’étape 2, on trace le contour du patron dans deux tissus différents. Jusque là pas trop de risques.

L’affaire s’est un peu corsée lorsque j’ai décidé que je voulais ajouter des poches. Pour garder une harmonie, j’ai décidé de les faire dans le même tissu que l’arrière du sarouel. Après un tour sur Pinterest (ça y est je suis devenue accro moi aussi), j’ai vu des modèles de robes à poches passepoilées, j’ai donc voulu utiliser moi aussi du passepoil car cela me semblait assez simple et vraiment très joli.

 

Comment ajouter des poches passepoilées à votre sarouel ?

Pour la forme des poches, je me suis basée sur le modèle sarouel version fausses poches de Minuscule infini, vous pouvez le trouver ici (au bas de son article). Mais je voulais des vraies poches. Oui, je sais, à l’âge où Marmouset s’extasie devant un caillou, une brindille, une coquille d’escargot ou un marron, c’est un peu tendre le bâton pour me faire battre que de lui faire des vraies poches car désormais son vœu de garder avec lui ces dizaines de trésors trouvés ça et là va être exaucé et je risque de devoir vider ses poches remplies chaque soir.
Oui, c’est vrai, mais un jour, il sera grand et je regretterai le temps où la plus simple et insignifiante des petites choses lui paraissait un trésor extraordinaire ou un sujet d’observation passionnée. Alors, je peux bien lui faire ce petit plaisir.
Les poches doivent être cousues avant d’assembler les différents morceaux du sarouel.

Etape 1 : évider l’emplacement des poches
On trace et on découpe l’emplacement des poches sur la face avant du sarouel. Pour que ce soit bien symétrique, il suffit d’avoir plié la face avant du sarouel en deux, on dessine donc une seule poche et lorsque l’on découpe, on le fait dans les deux épaisseurs ça découpe aussi la seconde poche. On garde les poches que l’on a découpées pour s’en servir comme gabarit.

– Etape 2 : dessiner les poches
On place une des poches découpées sur le tissu que l’on souhaite utiliser. On en fait le contour, ce sera la partie visible de la poche. Autour de cette partie visible, on dessine la poche. J’ai fait un peu comme je le sentais pour la forme, disons que j’ai fait un contour plus large en bas de sorte qu’il puisse y mettre la main ou quelques trésors. (Attention, il y aura des coutures donc la poche sera plus petite que votre dessin).
Pour le côté gauche, il faut que ça suive le bord du sarouel, j’ai repris mon patron pour ce faire.
(Sur les photos, on a l’impression que j’ai changé de tissu mais non c’est juste l’effet du flash)
IMG_3693
IMG_3692
– Etape 3 : Découper les poches
On plie le tissu en deux pour qu’à la découpe, on se retrouve avec deux poches identiques. ça évite de dessiner à nouveau.
IMG_3694
On découpe la partie visible sur l’un des morceau (puisqu’on l’avait tracé, c’est facile). On se retrouve avec deux morceaux qui constitueront une seule et même poche. La partie évidée est la partie avant de la poche, la partie pleine est la partie arrière. On recommence donc l’opération pour avoir notre deuxième poche.

IMG_3695

– Etape  4 : Coudre le passepoil
IMG_3698

 

On coud le passepoil sur l’endroit du sarouel le long de la découpe de la poche. Pour coudre le passepoil, j’ai utilisé cette vidéo très bien faite. Comme préconisé, j’ai utilisé le pied ganseur de la machine à coudre (celui qui sert pour les fermetures éclairs) et ça fonctionne vraiment très bien !

 

 

 

– Etape 5 : coudre la partie avant de la poche
Une fois le passepoil cousu au sarouel, on épingle la partie avant de la poche (c’est celle qui est évidée) sur le passepoil et on coud le long du passepoil. La poche est placée endroit contre endroit sur le sarouel.
On crante avec des ciseaux la partie qui dépasse et on retourne la poche pour la placer à l’arrière du sarouel. En repassant le tout, elle va bien se placer.


IMG_3696

On obtient donc ceci.

IMG_3697

En principe, il faudrait réaliser une couture droite à quelques millimètres du passepoil de l’autre côté (côté endroit du sarouel). Je n’y ai pas pensé et ça ne pose pas trop de problème mais parfois, quand Marmouset remue beaucoup, au bout d’un moment, la poche peut avoir tendance à ressortir un peu, j’imagine que cette couture aurait aidé à mieux la maintenir.

– Etape 6 : coudre la partie arrière de la poche
On épingle la seconde partie de la poche (partie arrière) sur la première (partie avant), endroit de la poche contre endroit de la poche. On coud (ici, mon tissu est du jersey, j’ai utilisé un point zigzag trois points). Pensez à remettre votre pied classique si vous aviez utilisé le pied ganseur.
Attention de ne pas coudre le sarouel avec !
IMG_3699

La poche est terminée. On recommence pour l’autre poche.

Une fois les poches cousues, il n’y a plus qu’à continuer les étapes du tutoriel du sarouel évolutif de Minuscule Infini.

IMG_3702IMG_3703

 

Ceinture et chevilles

J’ai apporté une dernière modification. J’ai voulu réduire en hauteur les bandes bord-côte de la taille et des chevilles ce qui le rend moins évolutif puisque de ce fait, on ne va pas forcément replier ces bandes (ou moins).
Pour la taille, j’ai découpé une bande de 40 cm de long sur 16 cm de haut.
Le tour de taille de Marmouset étant de 50 cm, j’ai en fait enlevé 10 cm mais j’aurais pu enlever plus car c’était encore un peu lâche à mon goût, mon bord-côte étant très extensible. Du coup, je n’ai pas voulu tout découdre, j’ai enfilé un cordon en faisant deux trous dans la ceinture ce qui me permet d’ajuster le sarouel au mieux.
Pour les chevilles, j’ai découpé des bandes de 15 cm de long sur 16 cm de haut.
Ici, à l’inverse, j’aurais pu ajouter quelques centimètres en longueur, ça passe mais il ne faudrait pas que ce soit plus serré.

Et voilà un joli sarouel terminé et un Marmouset rhabillé qui peut se pavaner dans le métro !

IMG_3704 IMG_3748 IMG_3744 IMG_3741

Les tissus viennent tous de chez Ty florian Boutik.
– le tissu « macareux » : Sweat bouclette bio Andrea Lauren puffin
– le tissu arrière :Jersey/Interlock Coton Birch Fabrics « bleu nuit » 

– la ceinture et les chevilles : bord-côte bio Paapii maille fine
Le passepoil rouge vient de chez MamZelle Fourmi 

Merci à Minsucule Infini pour la mise à disposition de ses patrons et ses tutoriels complets !

,

DIY – le petit établi rénové

Il y a peu, je vous parlais ici, d’un petit établi déniché dans un vide-grenier.
Ce petit établi sur lequel j’avais craqué car moi aussi je rêve d’en avoir un version adulte ! (non je ne réalise pas mes rêves à travers mes enfants 😉 ).

établi pour enfant

Abîmé, écaillé, pas très stable, ayant vécu (et c’est tant mieux), il avait besoin d’un petit rafraîchissement.

Aujourd’hui, je vais donc vous montrer en quelques mots et images comment je lui ai redonné un petit coup de jeune.
Je suis donc partie d’une base mais il est tout à fait possible de le réaliser soi-même en partant de rien ou du moins de peu de choses.

En gros, la structure est formée de 4 pieds et 3 plaques de bois aggloméré fixées autour (ici avec de la colle et des petites pointes visiblement). Vous pouvez construire cette structure en faisant tailler du médium aux dimensions souhaitées, en achetant des tasseaux assez larges en guise de pieds par exemple ou en faisant de la récup (pieds de chaise, reste de planches non utilisées, …).

IMG_3463

Sur la structure, vient se poser une planche de bois dans laquelle il faudra percer des trous de dimensions diverses correspondant à des vis et clous jouets en bois qu’il faudra s’être procurés au préalable.
Cette planche était maintenue ici par quatre grosses vis en bois (on voit les trous percés en haut de la structure sur la photo ci-dessus). J’ai préféré coller la planche pour que Marmouset puisse dévisser à volonté les vis en bois sans que tout ne se démonte et parce que ce sont les seuls trous avec des « tourbillons » donc où l’on peut véritablement visser.

Dans cet établi, il y a également une étagère bien utile si on veut pouvoir entreposer des boîtes pour ranger outils et visseries.

Pour information, voici toutes les mesures de notre établi si vous voulez vous faire une idée.
Hauteur : 40 cm
Longueur : 42 cm
Profondeur : 14 cm
Hauteur de l’étagère : 13 cm
Epaisseur des pieds : 2,2 cm
Epaisseur de la planche du dessus (planche pour visser et clouer) : 2 cm
Epaisseur des plaques d’aggloméré : 5 mm

De fait, il est assez petit et prend peu de place mais c’est tout à fait suffisant. Je l’aurais peut-être fait un poil plus haut mais Marmouset est particulièrement grand à ce qu’il paraît. 

Si vous créez votre établi avec des matériaux achetés, type planches de médium, un petit coup de peinture (si vous le souhaitez) sera facilement applicable. Pas besoin d’acheter un pot de peinture, l’achat d’un échantillon suffira.
Ici, un reste de petit pot orange et un reste de peinture grise à tableau a fait l’affaire. Il a juste fallu poncer les pieds avant l’application de la peinture grise.

IMG_3466  IMG_3464
Pour la planche du dessus, un bon ponçage manuel et un bon nettoyage.

IMG_3467 IMG_3468

 

J’ai ajouté sur chaque côté de l’établi des « porte outils ». Pour la clé de serrage, deux pointes qui permettent au manche de l’outil de passer. Pour le marteau et de l’autre côté, le tournevis, un piton à vis de bon diamètre constitue un rangement pratique, il se visse facilement à la main dans ce type de bois et il n’y a plus qu’à y glisser l’outil. Pour information, un piton à vis c’est ça (clic clic), non parce que moi je ne savais même pas que ça s’appelait comme ça alors bon, je préfère préciser.

IMG_3470

Et voilà, en quelques heures, un bel établi rénové sur lequel maman s’amuse autant que Marmouset ! (vivement que j’ai le même 😉 )
Un petit avant/après pour se rendre compte de la transformation.

IMG_3445

Avant

 

établi enfant

Après

IMG_3472

La boîte à outils vient du magasin Hema, elle contient des vis et des clous en bois, des boulons carrés, des petites planchettes à trous et quelques outils (le marteau et la clé de serrage de couleur bleue et le tournevis rouge accrochés sur le côté).
Les autres vis et clous en bois que l’on voit sur l’établi ainsi que le maillet et le serre-joint étaient vendus avec l’établi.

,

DIY – Une histoire en papier mousse

Hier, c’était mercredi et le mercredi, c’est, c’est …. je vous vois venir, non ce n’est pas ravioli (si si vous y avez pensé), c’est Marmouset tout l’après-midi !
Et en l’occurrence, comme on a beaucoup de chance, en ce moment, le mercredi, c’est pluie aussi, chouette !

Bref pluie (pas les petits gouttes hein, la bonne grosse averse qui ne s’arrête plus) = Marmouset enfermé une partie de la journée = activité à trouver si je veux garder un appartement digne de ce nom et accessoirement tenir encore debout à la fin de la journée.

Et hier, c’était après-midi mousse ! (Oui, passé un certain âge et avec des enfants, c’est plus soirée mousse, c’est aprèm mousse). Plus exactement papier mousse !

Le papier mousse quésako ?

Je vous en avais déjà parlé ici. C’est un « papier » épais qui une fois mouillé, tient tout seul sur le carrelage ou la vitre dans la douche ou la baignoire. Il se superpose également sur lui-même.
On peut donc imaginer fabriquer dans cette matière, une infinité de jeux et de décors pour laisser les enfants rêver et s’inventer des tas d’histoires.
Et point bonus, pour les enfants qui deviennent un peu réticent à aller au bain, là ils seront bizarrement tout de suite plus motivés !

PETIT-COLLECTIONNEUR-DE-COULEURS-LE_ouvrage_popinMarmouset avait déjà adoré jouer avec les quelques animaux de la ferme découpés dans ce papier mousse alors j’ai réitéré. Cette fois, je me suis largement inspirée d’un album jeunesse très apprécié de Marmouset dont je vous parlais il y a peu iciLe petit collectionneur de couleurs de Sylvie Poillevé.
Pour rappel, c’est l’histoire d’un petit bonhomme qui part en voyage avec son doudou nuage pour voir si le reste du monde est aussi blanc que son doudou. Chaque pays lui fait découvrir une couleur dont il ramène à chaque fois un élément.

IMG_3226Pour reproduire cette activité, il vous faudra donc :

Un peu de matériel
– du papier mousse de différentes couleurs (que l’on trouve facilement en magasin de loisirs créatifs, ici Cultura)
– un crayon à papier
– une paire de ciseaux
– des stylos ou feutres (pour dessiner éventuellement quelques détails sur le papier mousse, après test, ça ne bave pas, ça ne disparaît pas, malgré l’immersion dans l’eau mais je pense qu’il ne faut pas en abuser non plus)

Un Marmouset indiquant pour chaque pays l’élément rapporté par le petit bonhomme + un animal ou objet bien présent à ajouter.

Une Maman ou un Papa qui reproduit, découpe, demande son avis au principal intéressé, se souvient de l’histoire avec lui, …

(en option) Un Caillou  acclamant chaque réalisation effectuée (excellent pour l’estime de soi 😉 )
Et voilà un Marmouset dans son bain, ravi, qui raconte et raconte encore, fidèle à l’histoire puis moins, enlève les bottes et le chapeau du petit bonhomme pour les mettre à l’ours ou à la grenouille, imagine des formes avec les rayons du soleil, mélange tout et réinvente pour prolonger encore le plaisir !

IMG_3231 IMG_3234 IMG_3232 IMG_3228 IMG_3239

DIY – Un tipi pour chat

Non, ce titre d’article n’est pas une blague.
Non, je ne suis pas en manque d’enfant puisque j’en ai deux et je ne fais donc pas de transfert sur mon animal.
Non, je ne fais pas partie de ces « maman à son chatchat » qui couvrent leur animal d’accessoires inutiles et hors de prix (quoique inutiles, ça a pu m’arriver 😉 ).

Oui, j’ai bien réalisé un tipi pour le Charaignée mais j’ai vraiment une bonne excuse. Depuis que j’ai fait le tipi de Marmouset, le Charaignée se jette dedans, passe sous les différents pans de tissu, s’y planque pour bondir sur nos pieds toutes griffes dehors dès que l’on passe à proximité, fait des aller-retour d’un pan à l’autre comme un fou et menace de le faire écrouler régulièrement. Bref, vraisemblablement, l’ouvrage lui a plu et j’ai pris cet engouement soudain pour un besoin de cachette. Et oui, pauvre petit chat malheureux, ce n’est pas comme si on le retrouvait régulièrement dans le fauteuil à bascule, le tiroir à écharpes du dressing, les piles de vêtements dans l’armoire, le casier de l’ancien petit fauteuil de pêche, la chaise de bureau, le séchoir à linge, la boîte à petites voitures de Marmouset, … et j’en passe, mais visiblement, des petits coins à lui, il lui en faut toujours plus 😉

Quelques chutes du tipi de Marmouset, une machine à coudre et quelques accessoires plus tard, Charaignée pouvait intégrer son nouveau domaine !

IMG_2938

Ce tipi est très facilement réalisable, en moins d’une heure, le tour est joué.

Le matériel 
– tissu(s)
– baguette, petite branche, tuteur, … pour la structure du tipi
– ficelle
– ruban
– épingles, fil, machine à coudre, craies à tissu, compas

 

La réalisation

Préparation des tissus
Il faut tracer et découper 5 (presque) triangles dans le ou les tissus choisis, des trapèzes en fait. Les trapèzes ont une hauteur de 52 cm, ils mesurent 34 cm en leur base et 4 cm au niveau de la pointe.
Ensuite, on effectue des ourlets au niveau de la base et la pointe de chaque trapèze, c’est-à dire en haut et en bas.

IMG_2871IMG_2935
Création de la porte
Sur l’un des trapèzes, on trace un cercle correspondant à l’ouverture que l’on souhaite pour que l’animal puisse entrer dans le tipi. On trace un autre cercle légèrement plus grand.
Dans un autre tissu, on reporte les deux cercles et on découpe l’anneau créé par les deux cercles.
Il suffit ensuite de l’épingler sur le trapèze à l’endroit où l’on avait tracé les cercles (ou on peut tracer un autre anneau sur du thermocollant pour l’appliquer si on préfère). Puis on utilise un point zigzag à la machine à coudre pour fixer l’anneau dans un premier temps au niveau du bord extérieur. Avant d’effectuer le même point au niveau du bord intérieur, on pense à découper le tissu pour évider le cercle.
On peut ajouter des appliqués pour décorer, ici un chat pour bien désigner le maître des lieux 😉 J’ai en fait repris le motif du berceau de Caillou que vous pouvez voir dans cet article et où la technique de l’appliqué est également expliquée.

IMG_2872
Assemblage des tissus
On assemble ensuite les pans de tissu (trapèzes) entre eux endroit sur endroit. Pour assurer la fixation aux morceaux de bois par la suite, il faut penser à intégrer dans la couture un morceau de ruban ou de scratch (attention le scratch est épais, il faut penser à changer l’aiguille de sa machine à coudre). J’ai choisi le ruban, il suffit d’en fixer un morceau en haut de la couture et un en bas. Je n’en avais plus assez pour le bas et je n’ai pas eu la patience d’attendre et d’en racheter alors j’en ai seulement mis en haut.
Lorsque les trapèzes sont tous assemblés, on retourne le tout.

IMG_2936 IMG_2937
Assemblage final
J’ai coupé d’anciens tuteurs dont je ne me sers plus pour former la structure du tipi.
Il suffit de les attacher aux rubans le long de chaque couture puis de les croiser en haut et de nouer le tout avec une ficelle. J’ai voulu peindre le haut pour ajouter une touche déco mais la peinture ne tient pas très bien sur mes tuteurs 🙁 et s’effrite.

IMG_2933

Accessoirisation
Pour finir, on place un coussin ou tissu à l’intérieur pour un endroit douillet spécial mistigri. On peut très bien coudre au tipi un pentagone de la bonne dimension en guise de sol mais je voulais laisser la possibilité au Charaignée de pouvoir passer sous les pans de tissu car ça lui plaît beaucoup, particulièrement pour sortir la patte et nous attraper si l’on passe à côté 😉

Et voilà un chat heureux !

IMG_2943 IMG_2944 IMG_2945 IMG_2946

Cette réalisation vous a plu, n’hésitez pas à commenter et à partager pour faire vivre ce blog !

Les tissus viennent des boutiques Ma Petite Mercerie (tissu coton uni vert pin), Atomic tissus via A little Mercerie (coton imprimé triangles) et Antone et Linette (tissus  Teepees de Camelot Fabrics)

DIY – Fabriquer un tipi

Cela fait un moment que Marmouset adore se cacher, chercher des endroits où se faufiler, s’enfermer dans les placards, se glisser dans des espaces improbables, s’enfouir sous la couette en criant « caché moi ». Bref, nous avons vite compris le message, une envie de petit endroit à lui où s’isoler avec tous ses secrets 😉

Et le vieux drap un peu fade replié sur une partie du lit à barreaux et coincé tant bien que mal pour fabriquer une cachette n’était visiblement pas l’idéal. Peu esthétique et peu pratique, il nous embêtait plus qu’autre chose et finissait roulé en boule sous le lit.
C’est là que Paparaignée intervient (ben oui ça arrive de temps en temps, mwouahahahaha 😉 ) puisqu’il a alors émis l’idée de lui fabriquer un tipi.
Il ne fallait pas me le dire deux fois ! Alors que Paparaignée, lui, pensait à un morceau de tissu négligemment placé autour de quelques morceaux de bois, je rêvais déjà à un futur projet de tipi ultra design et fonctionnel digne d’un architecte ! Car après la cuisine de l’année dernière, j’attendais l’opportunité de me lancer à nouveau un petit défi !

Bien entendu, après le rêve, vient la réalité. On se rend compte que tout n’est pas faisable, on fait des recherches, des calculs, on ne sait pas si tout va fonctionner, on réalise que l’on n’avait pas tout prévu, on cherche des alternatives aux imprévus, on transpire beaucoup, on s’énerve un peu, on stresse parfois, on doute souvent, on se dit qu’on aurait pu en acheter un de tipi en fait et puis on reprend espoir, on s’émerveille en voyant le projet prendre forme et on devient aussi excité que celui qui attend notre création. Et finalement qu’est-ce qu’on est heureux et fier à la fin d’avoir plus ou moins réussi à faire aboutir notre envie. C’est à ce moment que l’on affiche le même sourire que le principal intéressé (de qui on serait presque jaloux finalement, car nous aussi on aimerait bien se planquer dans le tipi et avoir à nouveau 2 ans, d’ailleurs on le fait, mais chut, c’est un secret).

Alors, si vous aussi, vous voulez redevenir un enfant et illuminer le regard du/des votre(s), voici tout de suite le tutoriel complet du tipi de Marmouset 🙂

Ce tipi est un peu plus complexe qu’un tipi de base parce que je lui souhaitais plusieurs fonctions :

déplaçable sans que tout ne s’écroule si possible (où si ça s’écroule, au moins d’un seul tenant qu’on puisse le remettre facilement). En effet, Marmouset cumule actuellement plusieurs périodes donc la fameuse « je cours et je me précipite alors que je pourrais marcher et ce qui se trouve sur mon passage ne survit pas toujours quand ce n’est pas moi qui me prend un gnon » ainsi que l’autre fameuse période « déménageur », c’est à dire la période où tu proposes naïvement une activité ou un jeu et où au lieu de s’y atteler, il déménage l’intégralité de ce que tu as préparé dans un coin puis dans un autre (apparemment c’est drôle et c’est passionnant). A défaut de comprendre, cela me permettra peut-être de mieux réussir à rester zen avec mes élèves lorsqu’au lieu de jouer à la cuisine, ils font un magnifique tas de légumes et de vaisselles dans le coin… lecture !

 pliable et dépliable facilement même par un enfant car notre appartement n’est pas extensible, les loulous sont déjà dans la même chambre et le salon a parfois besoin de retrouver sa fonction 😉

joli à l’extérieur et à l’intérieur pour faire encore plus rêver Marmouset et parce que ça me donne encore un peu plus de travail (la maso 🙂 )

réversible. Oui bon ça c’est pour le fun, histoire que le défi soit de taille hein 😉 Mais sans rire, je me disais que si je n’en pouvais plus de voir cette même masse de couleur ou de motifs choisie, au moins, je pourrais changer et donner à Marmouset l’impression d’avoir un nouveau tipi 😉 ) Et puis s’il entre dans une période « pfffff, c’est nul et c’est moche, j’en ai marre, je veux changer », au lieu de m’énerver, de m’attrister et de lui rétorquer que ce n’est pas la fête du slip et qu’il devrait déjà s’estimer heureux d’avoir un tipi non mais !  paf je retourne le tissu et on change un peu.

Tipi : tutoriel

D’abord une image de la réalisation finale histoire de garder la motivation dans les moments difficiles et parce que c’est toujours mieux pour savoir où l’on va dans les différentes étapes !

fabriquer un tipiJe dis « les moments difficiles », mais rassurez-vous, c’est finalement assez simple à faire, même quand, comme moi, on n’est pas un expert en couture. C’est parfois juste un peu long surtout si la machine à coudre dont on dispose n’est pas facilement apprivoisable ou très basique comme la mienne, il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois et on met plus de temps que prévu. Avec les bons outils et les bonnes techniques, ça roule et en quelques heures (quelques jours si vous avez un Caillou et/ou un Marmouset dans les pattes), c’est fini !

Maintenant que vous savez tout, venons-en aux faits.

Le matériel
– 2 grands tissus différents de 1,50 mètre sur 2,70 mètres chacun
– quelques tissus format A3 pour les appliqués (décorations à l’intérieur du tipi, mais vous pouvez ignorer cette étape et choisir un tissu imprimé par exemple si vous préférez)
– de la vlieseline (intissé thermocollant blanc pour les appliqués)
– 5 tasseaux (2 mètres de long et 13 mm d’épaisseur achetés chez Castorama)
– 3 mètres de biais
– de la ficelle pas trop épaisse
– des oeillets (ici 28) et une pince à sertir pour les poser
– du matériel de base : du fil, des ciseaux de couture, des épingles , un découd vite (quand on se trompe ou que la machine fait n’importe quoi grrrrrrrrr), des craies à tissu et bien entendu une machine à coudre

La réalisation
Ce tipi n’est pas tout droit sorti de mon cerveau, pas entièrement en tout cas car même s’il fume constamment, il a souvent besoin d’un petit coup de pouce pour le démarrage, une base sur laquelle s’appuyer. Et cette fois, c’est sur le blog Mon Petit Méli-Mélo que j’ai trouvé de quoi largement m’inspirer.

  • DécoupeDécouper des triangles dans les deux grands tissus. Pour cela, en suivant le schéma ci-dessus, marquer des repères tous les 12 et 82 cm et tracer à l’aide des tasseaux. Le tipi forme un pentagone, il y a donc 5 triangles dont l’un sera coupé en deux pour former la porte.Vous pouvez adapter les mesures en fonction de l’emprise au sol que vous souhaitez pour votre tipi. Pour la connaître, il  vous suffit de vous rendre sur ce site qui procède à tous les calculs pour vous. En rentrant la longueur d’un côté du pentagone, vous connaîtrez les rayons des cercles inscrit et circonscrit au pentagone et inversement en inscrivant le rayon désiré d’un des cercles, vous connaîtrez la longueur d’un côté du pentagone.
    Notre tipi aura une base avec des côtés de 80 cm de longueur (je compte deux centimètres de couture) ce qui donne 55 cm de rayon de cercle inscrit et 68 cm de rayon de cercle circonscrit.IMG_2575
  • Choix des appliqués
    Les appliqués sont des motifs décoratifs que l’on va coudre au tissu.Il vaut mieux choisir des motifs assez simples surtout si l’on débute et ainsi éviter qu’il y ait trop de détails, trop d’angles ou des bords trop rapprochés au moment de la couture.
    Pour les appliqués, je souhaitais des animaux comme pour un effet « grotte préhistorique », j’ai effectué une recherche rapide sur google image et repéré quelques dessins intéressants. Paparaignée a fait une impression A3 de chaque animal et je les ai découpés.IMG_2398 IMG_2401Après réflexion, j’ai finalement éliminé les animaux « origamis » dessinés uniquement avec des bords droits et j’ai gardé un ours tel quel, un lapin que j’ai redessiné en lui ajoutant des pattes, le buffle/bison que j’ai redessiné avec des courbes et un renard pour lequel je n’ai retouché que la queue afin qu’elle soit en l’air et pas enroulée dans ses pattes.
  • Pose des appliqués.
    Vous pouvez regarder cette vidéo très bien faite pour vous aider.
    On découpe des formes dans du tissu et de la vlieseline un peu plus grands que les motifs à appliquer. On place la vlieseline sur le tissu face rugueuse contre envers du tissu et on repasse bien. On reporte le motif sur la vlieseline en faisant le contour avec un feutre puis on le découpe. On enlève le voile protecteur de la vlieseline. Attention, si on n’a pas repassé bien longuement, parfois, toute la vlieseline se décolle et pas juste le voile, ce n’est pas toujours évident et il faut parfois repasser à nouveau.
    On pose l’appliqué sur le tissu à l’endroit voulu. On repasse bien, cela permet de le fixer et donc de faciliter la couture. Puis on dégaine sa machine à coudre et on coud avec un point zigzag serré le long de l’appliqué. En gros, le point est au bord de l’appliqué à l’intérieur. Pour que la couture soit bien positionnée, il suffit que le bord du tissu de l’appliqué passe au milieu du pied de la machine.
    IMG_2592 IMG_2593 IMG_2594 IMG_2599
  • Assemblage de chaque partie
    Coudre tous les triangles entre eux en les positionnant endroit sur endroit, à environ un centimètre du bord (on obtient à peu près cette mesure si le pied de la machine suit le bord du tissu, ça permet de coudre bien droit et d’être sûr que les deux réalisations se superposent une fois cousues à la fin). Les triangles sont tous les mêmes sauf pour la porte, il y aura un demi triangle de chaque côté de l’ouvrage final.IMG_2629 IMG_2630
  • Assemblage final
    Il va falloir assembler les deux réalisations ci-dessus et veiller à ce que tout concorde bien, ce qui n’est pas si simple même si on a essayé de faire preuve d’un maximum de précision dans la prise des mesures et les découpes. C’est donc la partie la plus délicate à mon sens.Repasser dans un premier temps chaque couture réalisée à l’étape précédente pour bien les aplatir. Cela va permettre de ne pas avoir trop de soucis au moment d’autres coutures et de ne pas avoir de bosses à l’intérieur lorsque l’assemblage final sera effectué.IMG_2632
    Réaliser des ourlets en haut et en bas des deux faces à assembler.
    Je n’ai fait les ourlets que pour une face au départ, en repliant légèrement le tissu vers l’intérieur et en épinglant (pensez bien à placer vos épingles de manière à pouvoir les retirer tout au long de la couture, c’est-à-dire la tête vers vous lorsque le tissu passe dans la machine à coudre).
    Au moment de devoir réaliser les ourlets de l’autre face, pour être sûre que les deux faces soit bien ajustées (même hauteur), je les ai superposées envers contre envers et j’ai épinglé au niveau de chaque couture (entre les triangles) en plaçant les épingles assez rapprochées pour être sûre que ça ne bouge pas. Il faut bien épingler dans la couture du tissu supérieur et vérifier que ça passe dans la couture de celui du dessous.IMG_2636
    IMG_2635
    J’ai ensuite plié et épinglé le tissu en haut et en bas de la face sans ourlet de manière à l’ajuster à l’autre face. J’ai cousu ces ourlets sans ôter les épingles placées dans les coutures, j’ai simplement relevé le pan de tissu qui avait déjà les ourlets pour ne pas le coudre.IMG_2634
    Pour terminer, coudre les fourreaux pour placer les tasseaux. Pour chaque fourreau, réaliser deux coutures droites de part et d’autre de chaque jointure de triangle (là où l’on a placé les épingles précédemment), à environ 1,5 cm (les fourreaux font donc 3 cm de large).
    La difficulté arrive lorsque l’on doit coudre le fourreau du milieu car il y a beaucoup de tissu des deux côtés,et un grand pan de tissu doit donc passer dans le tout petit espace entre le pied de la machine et le reste de la machine, il faut rouler le tissu sur lui-même pour le faire passer.

 

  • Finitions de la porte
    Réaliser les finitions des battants de la porte.
    Faire des ourlets, en repliant vers l’intérieur les deux tissus superposés ou poser un biais (ce que j’ai choisi). J’ai suivi cette vidéo de l’Etoile de coton qui sera plus parlante que n’importe quel discours.
    Avant la pose, comme l’explique la vidéo, un point zigzag à la machine est un vrai plus, les tissus sont ainsi déjà bien ajustés, on peut couper ce qui dépasse, ils sont bien maintenus pour la pose du biais. Le biais n’est pas encore ultra maîtrisé chez moi mais je m’améliore.IMG_2652 IMG_2653
    Poser des oeillets le long du biais en haut, sur environ 40 cm en haut pour pouvoir lier les deux pans de la porte. Marquer au crayon/stylo un point tous les 3 cm en mesurant avec une règle. Utiliser une pince à sertir pour trouer et fixer les oeillets.
    J’ai acheté sur internet une pince de marque Vario Prym que l’on trouve dans de nombreux magasins de loisirs créatifs ou de couture et les oeillets correspondants de diamètre 4 mm. Cette pince permet également de poser des boutons pression, il m’a donc paru très intéressant d’investir quelques euros dans cet outil.
    La pose est très rapide extrêmement facile, c’est vraiment très pratique !IMG_2699
    Passer une ficelle assez fine de type lacet dans les oeillets, serrer et nouer.IMG_2700
  • Montage et ajustements
    Passer les tasseaux dans chaque fourreau. Relever le tipi, bien écarter les tasseaux en bas, ajuster le tout (plus facile à deux) et enrouler une ficelle autour des tasseaux pour les attacher et solidifier le tout. Pour que le pliage, dépliage du tipi ne fasse pas tout bouger à chaque fois et que la ficelle ne glisse pas, la passer entre les tasseaux en croisant un peu comme si l’on dessinait une étoile. Pour ma part, après quelques jours d’utilisation et de pliage/dépliage intensif, je pense qu’il serait utile de faire un trou à la perceuse dans chaque tasseaux pour passer la ficelle car ça finit tout de même par bouger un peu sans cela.

Et voilà le travail !

fabriquer un tipi fabriquer un tipi fabriquer un tipi

Laisser rêver et profiter votre/vos petit(e)(s).

Cette réalisation vous a plu, n’hésitez pas à commenter et à partager pour faire vivre ce blog !

Les tissus viennent des boutiques Ma Petite Mercerie (tissu coton uni vert pin), Atomic tissus via A little Mercerie (coton imprimé triangles) et Antone et Linette (tissus Let’s go et Teepees de Camelot Fabrics)
Les accessoires viennent des boutiques
– ficelle : Hema et Au plaisir de faire ses cartes (via A little Mercerie)
– oeillets et pince à sertir : Creavea
– biais et fils à coudre : Ma Petite Mercerie (biais menthe à l’eau 20 mm, cône de fil à broder vert foncé 1000 m et bobine de fil « les fils verts » numéro 02088)

 

,

Le réveil lapin : test et transformation

Il y a quelques semaines maintenant, j’ai fait un nouvel achat pour Marmouset.
Et je dois bien l’avouer, un achat dans le but d’améliorer mon bien-être et celui de Paparaignée.
Un achat de parent indigne et fourbe qui tente de convaincre son enfant que c’est THE super cadeau trop bien qu’il lui faut et qu’il a trop de chance d’avoir un cadeau comme ça, sans occasion particulière (histoire que son cerveau imprime bien qu’il est un peu obligé de l’utiliser du coup).
Autrement dit, un cadeau un peu plus pour nous que pour lui parce que parfois, on a le droit quand même. 😉

J’ai acheté le réveil lapin.

réveil veilleuse pour enfant

Alors le réveil lapin, qu’est-ce que c’est ?

En fait, nous l’appelons comme ça ici mais son véritable nom, c’est la veilleuse réveil Kid’s Sleep Moon de chez Claessens’Kids, une entreprise Suisse.
C’est une sorte de réveil qui aide l’enfant a se situer dans le temps.
Enfin ça, vous le comprendrez rapidement, ce n’est pas de moi, c’est la jolie phrase que vous pourrez lire dans le descriptif de l’objet si vous vous y intéressez de plus près, l’argument pédagogique et donc qui fait vendre.
En vérité, c’est surtout un réveil qui est censé indiquer à l’enfant quand il peut se lever et quand il ne peut pas car c’est encore l’heure de dormir. Alors oui, avec ce réveil, l’enfant entre doucement dans son tout premier apprentissage du temps m’enfin, soyons honnêtes, ce réveil est indiqué à partir de 3 ans et à cet âge, ce que l’on veut, ce n’est pas qu’il comprenne jour/nuit, ça à priori c’est déjà fait, mais que nous parents, puissions retrouver les joies de la grasse matinée (la quoi ?). Bon, ici, dans la famille Araignée, lorsque l’on parle de grasse matinée, on parle de dormir jusqu’à 6h30 hein, allez, soyons fous, 7h (là déjà on serait comme des dingues si si). On n’envisage pas du tout la vraie grasse matinée qu’on a pu connaître un jour (la quoi ? en tout cas on ne se souvient plus de quand c’était 🙂 ).


Description et fonctionnement

Le réveil lapin comporte deux façades interchangeables à placer à l’avant du réveil selon l’âge de l’enfant et la fonction souhaitée.

AB0003427263_1 AB0003427278_1

La première plaque peut être utilisée dès la naissance, elle représente un lapin qui dort et fait fonction de veilleuse. L’image s’illumine lorsque l’on met l’appareil en route et on peut également lancer un son parmi 4 au choix : 2 berceuses, un son intra-utérin et un son type fontaine.

A partir de 2 ans et demi (d’après ce qui est indiqué sur la notice), on peut utiliser la fonction indicateur de réveil. On place alors l’autre plaque, séparée en deux images, le lapin éveillé qui s’amuse avec un ballon au soleil et le lapin qui dort avec la lune par la fenêtre. On programme l’heure de réveil souhaitée et on explique à l’enfant que lorsque le personnage dort et que la lune est affichée, c’est trop tôt pour se lever, il doit rester au lit. A l’heure programmée, le personnage passe en position réveillée et le soleil se lève, l’enfant sait alors qu’il peut se lever.

Pour les plus grands qui vont à l’école, on peut passer dans une véritable fonction de réveil avec une alarme lorsque l’on doit se lever (au choix : chant du coq, train, oiseaux, coucou).

Les plus
– Trois fonctions selon l’âge : veilleuse, indicateur de réveil, véritable réveil
– Trois réglages différents de réveil : semaine, week-end, sieste
– Possibilité de programmer 10 minutes avant l’heure du coucher, le soleil qui se couche (une petite sonnerie retentit alors lorsque la lune apparaît)
– Possibilité d’acheter des plaques supplémentaires à l’effigie d’autres animaux
– Volume ajustable
– Luminosité ajustable
– Fonctionne sur secteur ou avec piles
– Programmation aisée et manipulation facile


Nos attentes

Avant, avec Marmouset, on avait le droit à un lever à 7h minimum mais ça, c’était avant. Depuis le mois de septembre dernier, on ne sait pas pourquoi, il se lève entre 6h et 6h30 au mieux et parfois (trop souvent) à 5h30. On lui proposerait bien de dormir avec nous pour finir la nuit, mais on a déjà tenté, il pose la tête 5 secondes sur l’oreiller, se tourne, se retourne, nous mettant quelques claques au passage, puis il bondit hors du lit dans un retentissant « A Y EST, IENS MAMAN, IENS PAPA ». (traduire VIENS). Et c’est parti pour une matinée bien remplie avec un Marmouset qui pète la forme ! Bizarrement nous, non. On doit lutter et assurer jusqu’à l’heure de la sieste que l’on attend avec impatience. Il faut donc avoir un stock inépuisable d’activités car la matinée est longue ; sortir la peinture ; danser la Capucine et danser sur d’autres chansons (avec les deux seuls pas que Marmouset sait faire, soit tourner en rond pendant de longues minutes et taper du pied) ; faire le même puzzle ou jeu de société 15 fois de suite ; faire le cheval au galop avec 13 kg d’enfant sur le dos : jouer au coiffeur sauf que la cliente, c’est moi et que tous les cheveux ramenés en avant c’est super tendance chez les moins de 3 ans (« maman cachée », en effet maman ne voit plus rien et commence à prendre peur en voyant tous ces cheveux sur la brosse) ; faire bateau sur l’eau inlassablement ; participer aux délires culinaires de son enfant (oh là là, c’est drôlement bon, c’est quoi ? – ah de la saucisse – avec quoi ? – ah de la viande – et des légumes aussi peut-être hein ? quoi comme légumes ? – ah du poulet ? – ok super, c’est vraiment délicieux ! ) ; sortir la pâte à modeler puis la ranger parce que finalement c’est les tampons qu’il veut, ah non, les gommettes, au temps pour moi, …

Bref, il nous fallait une solution et devant les commentaires plébiscitant le réveil lapin, j’ai succombé.

Impatiente de le recevoir, je pensais que c’était LA solution pour que Marmouset comprenne que même si à 5h30, il était réveillé, il faudrait attendre un peu avant de venir nous chercher et se rendormir car c’est encore la nuit.


Crash Test by Marmouset

A l’arrivée du réveil, j’en ai bien sûr fait des caisses :
« Eh Marmouset ! Regarde ! Il y a un paquet pour toi, c’est un cadeau de maman et papa. Tu l’ouvres ? Ouaaaaaaahhhhh, un réveil lapin, c’est gééééniiial, oh la laaaa, mais il est trop chouette ce lapin ! Viens, on va le brancher, tu vas voir, je vais te montrer. »
Et de lui expliquer de manière simple le fonctionnement du réveil.

Comme il ne faut pas non plus mettre un trop grand décalage entre l’heure habituelle de lever et l’heure à laquelle on souhaiterait que l’enfant se lève, j’ai programmé le réveil à 7h00 la semaine, 7h30 le week-end (grasse mat de ouf !), et comme il ne sonne pas mais que c’est juste un repère visuel, Marmouset pourrait même dormir plus si l’envie lui prenait (oui on peut rêver).

réveil kid's sleep moon

Premier jour.
Un succès, Marmouset le prend comme un jeu. Et le matin, on ne le voit pas débarquer dans la chambre avant que lapin ne soit réveillé. Est-ce le hasard ? Ou a-t-il véritablement compris et joué le jeu du réveil lapin ? On ne sait pas, dans ses jours de grande bonté, ça arrive qu’il se réveille un peu plus tard aussi.

Deuxième jour.
Marmouset pointe le bout de son nez dans notre chambre avant l’heure dite. On lui explique : « Tu vois, lapin ne s’est pas réveillé encore, il faut retourner au dodo mais si vraiment tu ne veux pas dormir, tu peux prendre un livre. » Parents indignes qui essaient à tout prix de se débarrasser de l’enfant pour finir leur nuit. Comme Marmouset est en pleine forme, il ne va pas se recoucher mais comme il est cool quand même, il regarde quelques livres et attend un peu (au moins 15 minutes, youhouu !).

Troisième jour.
Tout comme la veille.

Quelques jours après.
Toujours aucun effet mais je suis patiente, en tout cas j’essaie, ce n’est pas comme si ça faisait plusieurs mois qu’on subissait des réveils ultra matinaux n’est-ce pas 😉 . Il faut sûrement un peu de temps.

Quelques jours après encore.
Et là, c’est le drame. Ce que je ne craignais pas du tout est arrivé : « maman ? – oui ? – Peur nanin »
Comment ça tu as peur du lapin, mais non voyons, il ne faut pas avoir peur du lapin, il est gentil, il veille sur toi,… (et surtout il m’a coûté un bras alors ça ne va pas être possible, déjà qu’il ne remplit pas son rôle ce c** de lapin alors si en plus il se met à faire peur, c’est le comble).
Et le soir suivant, puis les autres, dès que la sonnerie du coucher retentit, une bouille de petit chat malheureux et cette même phrase : « non, pas nanin. »
Mouais, pas un grand succès ce réveil lapin !


Une fausse bonne idée ce réveil ?

Finalement, plus qu’un échec ce réveil lapin.
Mais alors, pourquoi les parents qui témoignent sur les différents sites qui le vendent, disent que c’est absolument génial ?

Plusieurs hypothèses :

  • Pour 150 parents qui disent que c’est formidable, on a 1000 déçus. Et ces derniers, ceux chez qui le réveil n’a eu aucun effet, n’ont bien sûr pas eu la force de témoigner car toujours complètement épuisés par ces nuits raccourcies. Ou pire, exténués et dépressifs, ils se trouvent tous en hôpital psychiatrique pour avoir agresser des personnes faisant de la publicité pour Duracell (mais si le lapin géant rose, rappelez-vous !) en prétextant qu’elles n’aidaient pas leur enfant à se réveiller quand il fallait, du coup ils n’ont pas pu poster de commentaires.
  • Les parents mentent. Ben oui, la théorie du complot quoi ! Mais bon, je ne suis pas sûre qu’elle puisse être appliquée ici, je n’en vois pas l’intérêt. A moins d’une conspiration des enfants eux-mêmes pour nous faire tourner encore plus en bourrique et surtout nous montrer que non, ça ne sert à rien de chercher, ils veulent se lever tôt pour profiter de nous et rien n’y fera, on doit juste accepter la situation ( et peut-être même en profiter parce qu’à l’adolescence il faudra les secouer pour qu’ils se lèvent). Mouais, sont futés mais quand même, à ce point là, le doute m’habite.
  • Marmouset est juste encore petit, c’est indiqué 30 mois pour la fonction réveil et il n’en a que 24, et comme il n’est pas surdoué (ah bon ? zut c’est pas ce qui était prévu), il ne comprend pas bien l’intérêt de ce réveil.
    « Il est réveillé le lapin ?
    -Oui (qu’est-ce qu’il faut que je réponde ?)
    -Tu es sûr ? Il est réveillé le lapin ? Regarde !
    -Non, dodo nanin.
    Et certainement de penser, ben oui oui il fait dodo, ben il fait bien ce qu’il veut, moi je suis réveillé hein, on joue maintenant ?
  • Au contraire, Marmouset est surdoué, ben oui, c’est mon fils, il est forcément en avance hein 😉 Il n’est pas né de la dernière pluie et se dit que je le prends vraiment pour un lapin de 6 semaines (c’est le cas de le dire). En fait, il a bien compris qu’on réglait le réveil comme on voulait et que ce n’est pas le lapin qui voulait qu’il dorme mais nous.
    « Il est réveillé le lapin ?
    – Oui (maman est fatiguée, sur un malentendu, ça peut passer)
    – Tu es sûr ? Il est réveillé le lapin ? Regarde !
    – Non, dodo nanin.
    Et certainement de penser : tu n’avais qu’à mieux le régler et lui dire à lui de se lever plus tôt, pourquoi c’est moi qui m’alignerait d’abord, on joue maintenant ?
  • Marmouset n’est ni trop petit, ni en avance, il a juste du caractère comme beaucoup d’enfants de cet âge là. Après tout, on est encore dans la période du non. Il a bien compris ce qu’il fallait faire mais ça ne l’intéresse guère.
    « Il est réveillé le lapin ?
    – Oui (rhooo, ce qu’elle m’énerve avec son truc de lapin)
    – Tu es sûr ? Il est réveillé le lapin ? Regarde !
    – Non dodo nanin.
    Et certainement de penser : mais ça m’est égal, moi de toute façon, j’ai décidé qu’il était réveillé et puis c’est tout, on joue maintenant ?


La dernière chance : un DIY

Et puis, j’ai eu une idée. Parce que quand même, je l’ai eu en promo le réveil lapin m’enfin je n’aime pas trop acheter des choses à perte hein.
J’ai décidé de le transformer pour le rendre plus attirant pour mon Marmouset. Vous connaissez son idole. Mais si, souvenez-vous de cet article.
La petite taupe !

Une feuille de type transparent pour rétroprojecteur, des feutres indélébiles et le tour était joué ! Le réveil lapin allait devenir le réveil petite taupe !

réveil veilleuse kid's sleep moonPuisqu’on peut changer la façade, qu’à cela ne tienne, il suffit d’en faire le contour au feutre sur le transparent. Puis, on reproduit une image qui met en scène le personnage que l’on souhaite voir sur le réveil, ici la petite taupe donc. Pour cela, rien de plus simple, on pose le transparent sur l’image que l’on a imprimée ou même directement sur sa tablette par exemple, comme une table lumineuse en quelque sorte. On fait le contour et pour finir, on ajoute des éléments de décor.
(Je précise que je l’ai d’abord testé toute une journée, le plastique transparent ne chauffe pas, ne fond pas, ne brûle pas, aucun risque)

IMG_2213
Parce que le lapin, il raconte peut-être des carottes euh des salades (mouahhhhh je suis au maximum de ma drôlerie méfiez-vous), c’est vrai après tout, il dit qu’on doit rester au lit mais on ne le connaît pas, on n’a pas gardé les cochons ensemble comme on dit. Alors que la petite taupe, depuis le temps, on lui a accordé notre confiance, on lui ouvrirait notre porte les yeux fermés (ne vous déguisez pas en petite taupe pour vous taper l’incruste, on n’est pas atteint à ce point non plus 😉 ), on peut la croire sur parole elle, si elle dit que ce n’est pas l’heure de se lever, ce n’est pas l’heure !

réveil veilleuse enfantDepuis la métamorphose du réveil, il y a 3 jours, Marmouset est venu nous chercher après 7h et même une fois à 8h15, le miracle ! Je ne sais pas si ça va fonctionner tous les jours mais ça m’est égal, Marmouset est aux anges, il n’a plus peur du « nanin », et il a un petit réveil tout mignon qui lui correspond !

Finalement, ce réveil, pas tant une arnaque qu’on aurait pu le croire au début. Et je suis peut-être allée un peu vite en besogne, voulant tout de suite que ça fonctionne ! Il aurait été certainement plus judicieux d’utiliser simplement la fonction veilleuse au début puis de changer la façade en laissant Marmouset se familiariser avec l’objet et constater lui-même les changements (comme pour tout jeu ou objet que je lui présente habituellement d’ailleurs).
Alors, ce réveil, on le garde et on l’aime !

Depuis, un petit bilan ici.
Et aujourd’hui, à bientôt 4 ans, Marmouset adore toujours son réveil, il me questionne sur l’heure et sait très bien jouer en autonomie au besoin avant de venir nous chercher. Mais surtout le réveil l’aide désormais beaucoup car le fait qu’il fasse nuit tôt en hiver mais que l’on ne se couche pas dès la nuit tombée et inversement, le fait que l’été, on se couche alors qu’il fait encore jour le perturbe et l’interroge pas mal, avec le réveil, il sait vraiment si c’est l’heure du jour dans le sens d’éveil ou l’heure de la nuit dans le sens de sommeil.


IMG_2198
IMG_2201
réveil veilleuse petite taupe