Coudre un sarouel avec des poches

Il y a peu, j’ai fait l’acquisition d’une nouvelle machine à coudre.
La mienne était une machine bas de gamme qui avait bien oeuvré jusqu’ici pour des coutures très classiques : ourlets, tissus fins, …mais je commençais à m’arracher les cheveux et à perdre de plus en plus mon calme au fur et à mesure que les aiguilles cassaient, que mon fil faisait des noeuds ou que les points sautaient dès que je tentais les épaisseurs ou de la couture plus « complexe ».

J’ai donc craqué sur une vraie belle machine avant de craquer tout court 😉 , histoire de me lancer dans des petites cousettes pour les enfants et pour moi. Et je ne regrette pas mon investissement, c’est le jour et la nuit par rapport à mon ancienne machine. J’ai maintenant hâte d’avoir mon coin couture dans notre future maison pour me plonger encore plus dans ce monde de fils et d’aiguilles à chaque fois que j’en aurai l’occasion.

En attendant, je réquisitionne de temps à autre la table à manger et coudre est devenu un réel moment de bien-être, un moment rien qu’à moi, qui me détend, me motive, me défie, me donne quelques gentillettes sueurs froides comme j’aime et le sentiment extrêmement agréable de réaliser quelque chose, de construire, de mener à bien un petit projet.
J’apprends en faisant (un peu), en essayant (beaucoup), en me trompant (souvent) et je fouine sur le net qui regorge de patrons, de techniques, de tutoriels et d’aides pratiques pour tout ou presque. Une mine d’or !

 

Aujourd’hui, un sarouel.

J’en avais déjà fait un tout simple pour Caillou et pour ce faire, j’avais utilisé le patron et le tutoriel très gentiment mis à disposition par la blogueuse de Minuscule Infini et que vous pouvez retrouver directement en cliquant ici.
Il s’agit d’un sarouel évolutif et le patron va du 3 mois au 2 ans.

IMG_3540

Evidemment, je ne sais pas pourquoi, je préfère toujours me jeter dans le compliqué d’abord (ou disons pas dans le plus simple). Pour mémoire, je vous rappelle le coup du tipi. J’aurais pu me lancer dans un tipi classique avec un joli tissu, quelques ourlets et un simple nouage autour de 5 morceaux de bois. Mais non. Il a fallu faire un tipi réversible, avec les morceaux de bois intégrés dans les coutures et avec des appliqués. Ben oui sinon ce n’est pas drôle. Le goût du risque peut-être (enfin un risque à ma mesure hein 😉 ), l’excitation du challenge probablement, la satisfaction encore plus grande si la tâche demande un poil plus de travail et de défi sans doute.

Bref, en matière de couture ma devise semble être : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Du coup j’ai rapidement voulu faire un autre sarouel.
Pour Marmouset cette fois : « oui mais avec le devant différent du derrière et puis avec des poches et avec du passepoil les poches aussi parce que c’est beau et que j’ai découvert ça récemment sur le net et puis ça n’a pas l’air si difficile à poser tu sais Paparaignée, j’ai bien envie d’essayer pour voir ». Et Paparaignée d’acquiescer en écoutant d’une oreille, ne comprenant pas pourquoi je ne fais pas plus simple et sachant pertinemment que je n’en ferai qu’à ma tête de toute façon.
En clair, je m’emballe, je m’emballe et comme en plus la patience n’est jamais pas toujours mon fort, je me lance toujours directement dans le beau tissu commandé, sans essai au préalable. Et advienne que pourra !

 

Adaptation du patron du sarouel pour un plus grand

J’ai donc repris le patron du sarouel évolutif de Minuscule Infini car l’essai pour Caillou m’avait bien plu.
Le patron s’arrêtant au 2 ans, je l’ai donc légèrement adapté car Marmouset, 28 mois, taille du 3 voire 4 ans. Je ne sais pas combien il mesure et pèse mais au rendez-vous pédiatre des 2 ans, il y a 4 mois donc, il mesurait 94 cm pour 13,6 kg. C’est un enfant plutôt grand et assez fin.
Je n’ai donc pas modifié le sarouel taille 2 ans en largeur car je le préfère un peu plus ajusté plutôt que très bouffant, notamment pour les plus grands. J’ai simplement ajouté un peu de longueur :  4 cm exactement au bas de chaque jambe (j’ai utilisé un de ses pantalons comme point de comparaison).
Ce qui m’a donné ceci.

IMG_3800
Choix du tissu

Je suis tombée par hasard sur un tissu aux motifs « macareux » sur le net et Marmouset adorant cet animal (je vous expliquerai très prochainement d’où lui vient cette passion), j’ai craqué mais je ne voulais pas un sarouel entièrement dans ce tissu, je trouvais que mettre un tissu uni à l’arrière faisait moins chargé, plus « grand enfant », plus « stylé » si on peut dire ça, enfin je ne sais pas trop mais ça me plaisait bien.
Pour ce faire, rien de plus simple, il suffit de suivre le tutoriel de Minuscule Infini sauf qu’à l’étape 2, on trace le contour du patron dans deux tissus différents. Jusque là pas trop de risques.

L’affaire s’est un peu corsée lorsque j’ai décidé que je voulais ajouter des poches. Pour garder une harmonie, j’ai décidé de les faire dans le même tissu que l’arrière du sarouel. Après un tour sur Pinterest (ça y est je suis devenue accro moi aussi), j’ai vu des modèles de robes à poches passepoilées, j’ai donc voulu utiliser moi aussi du passepoil car cela me semblait assez simple et vraiment très joli.

 

Comment ajouter des poches passepoilées à votre sarouel ?

Pour la forme des poches, je me suis basée sur le modèle sarouel version fausses poches de Minuscule infini, vous pouvez le trouver ici (au bas de son article). Mais je voulais des vraies poches. Oui, je sais, à l’âge où Marmouset s’extasie devant un caillou, une brindille, une coquille d’escargot ou un marron, c’est un peu tendre le bâton pour me faire battre que de lui faire des vraies poches car désormais son vœu de garder avec lui ces dizaines de trésors trouvés ça et là va être exaucé et je risque de devoir vider ses poches remplies chaque soir.
Oui, c’est vrai, mais un jour, il sera grand et je regretterai le temps où la plus simple et insignifiante des petites choses lui paraissait un trésor extraordinaire ou un sujet d’observation passionnée. Alors, je peux bien lui faire ce petit plaisir.
Les poches doivent être cousues avant d’assembler les différents morceaux du sarouel.

Etape 1 : évider l’emplacement des poches
On trace et on découpe l’emplacement des poches sur la face avant du sarouel. Pour que ce soit bien symétrique, il suffit d’avoir plié la face avant du sarouel en deux, on dessine donc une seule poche et lorsque l’on découpe, on le fait dans les deux épaisseurs ça découpe aussi la seconde poche. On garde les poches que l’on a découpées pour s’en servir comme gabarit.

– Etape 2 : dessiner les poches
On place une des poches découpées sur le tissu que l’on souhaite utiliser. On en fait le contour, ce sera la partie visible de la poche. Autour de cette partie visible, on dessine la poche. J’ai fait un peu comme je le sentais pour la forme, disons que j’ai fait un contour plus large en bas de sorte qu’il puisse y mettre la main ou quelques trésors. (Attention, il y aura des coutures donc la poche sera plus petite que votre dessin).
Pour le côté gauche, il faut que ça suive le bord du sarouel, j’ai repris mon patron pour ce faire.
(Sur les photos, on a l’impression que j’ai changé de tissu mais non c’est juste l’effet du flash)
IMG_3693
IMG_3692
– Etape 3 : Découper les poches
On plie le tissu en deux pour qu’à la découpe, on se retrouve avec deux poches identiques. ça évite de dessiner à nouveau.
IMG_3694
On découpe la partie visible sur l’un des morceau (puisqu’on l’avait tracé, c’est facile). On se retrouve avec deux morceaux qui constitueront une seule et même poche. La partie évidée est la partie avant de la poche, la partie pleine est la partie arrière. On recommence donc l’opération pour avoir notre deuxième poche.

IMG_3695

– Etape  4 : Coudre le passepoil
IMG_3698

 

On coud le passepoil sur l’endroit du sarouel le long de la découpe de la poche. Pour coudre le passepoil, j’ai utilisé cette vidéo très bien faite. Comme préconisé, j’ai utilisé le pied ganseur de la machine à coudre (celui qui sert pour les fermetures éclairs) et ça fonctionne vraiment très bien !

 

 

 

– Etape 5 : coudre la partie avant de la poche
Une fois le passepoil cousu au sarouel, on épingle la partie avant de la poche (c’est celle qui est évidée) sur le passepoil et on coud le long du passepoil. La poche est placée endroit contre endroit sur le sarouel.
On crante avec des ciseaux la partie qui dépasse et on retourne la poche pour la placer à l’arrière du sarouel. En repassant le tout, elle va bien se placer.


IMG_3696

On obtient donc ceci.

IMG_3697

En principe, il faudrait réaliser une couture droite à quelques millimètres du passepoil de l’autre côté (côté endroit du sarouel). Je n’y ai pas pensé et ça ne pose pas trop de problème mais parfois, quand Marmouset remue beaucoup, au bout d’un moment, la poche peut avoir tendance à ressortir un peu, j’imagine que cette couture aurait aidé à mieux la maintenir.

– Etape 6 : coudre la partie arrière de la poche
On épingle la seconde partie de la poche (partie arrière) sur la première (partie avant), endroit de la poche contre endroit de la poche. On coud (ici, mon tissu est du jersey, j’ai utilisé un point zigzag trois points). Pensez à remettre votre pied classique si vous aviez utilisé le pied ganseur.
Attention de ne pas coudre le sarouel avec !
IMG_3699

La poche est terminée. On recommence pour l’autre poche.

Une fois les poches cousues, il n’y a plus qu’à continuer les étapes du tutoriel du sarouel évolutif de Minuscule Infini.

IMG_3702IMG_3703

 

Ceinture et chevilles

J’ai apporté une dernière modification. J’ai voulu réduire en hauteur les bandes bord-côte de la taille et des chevilles ce qui le rend moins évolutif puisque de ce fait, on ne va pas forcément replier ces bandes (ou moins).
Pour la taille, j’ai découpé une bande de 40 cm de long sur 16 cm de haut.
Le tour de taille de Marmouset étant de 50 cm, j’ai en fait enlevé 10 cm mais j’aurais pu enlever plus car c’était encore un peu lâche à mon goût, mon bord-côte étant très extensible. Du coup, je n’ai pas voulu tout découdre, j’ai enfilé un cordon en faisant deux trous dans la ceinture ce qui me permet d’ajuster le sarouel au mieux.
Pour les chevilles, j’ai découpé des bandes de 15 cm de long sur 16 cm de haut.
Ici, à l’inverse, j’aurais pu ajouter quelques centimètres en longueur, ça passe mais il ne faudrait pas que ce soit plus serré.

Et voilà un joli sarouel terminé et un Marmouset rhabillé qui peut se pavaner dans le métro !

IMG_3704 IMG_3748 IMG_3744 IMG_3741

Les tissus viennent tous de chez Ty florian Boutik.
– le tissu « macareux » : Sweat bouclette bio Andrea Lauren puffin
– le tissu arrière :Jersey/Interlock Coton Birch Fabrics « bleu nuit » 

– la ceinture et les chevilles : bord-côte bio Paapii maille fine
Le passepoil rouge vient de chez MamZelle Fourmi 

Merci à Minsucule Infini pour la mise à disposition de ses patrons et ses tutoriels complets !

{Projet 52, semaine 24} Mains

Pour cette semaine 24 du Projet 52, pas de longs discours, juste une photo pour revenir à l’essence même du projet et surtout parce qu’elle se suffira à elle-même, le thème « mains » me l’ayant immédiatement imposée.

IMG_3621

Un de ces moments, où quand il m’arrive de leur conter une histoire dans notre lit et qu’ils finissent par s’y endormir, des images empreintes de douceur, de complicité et de sérénité naissent instantanément.

{Projet 52, semaine 23} Apéro

Encore une fois, je suis en retard pour le Projet 52.
Cette fois la raison n’est pas un emploi du temps chargé ou deux monstrouilles en devenir (et pourtant ça pourrait) mais un véritable blocage sur la semaine 23 avec son thème « apéro ».
J’hésite à vous faire part de mon cheminement pour arriver à la pitoyable photo que vous trouverez au bas de l’article car je ne sais pas si cela va achever d’enfoncer le clou ou permettre de sauver quelques meubles, mais je tente.

La raison du blocage, c’est que ces dernières semaines, le temps n’était pas très propice à sortir, à inviter et donc à faire des apéros entre amis. Le manque de soleil et l’emploi du temps chargé (ah je savais bien que cette excuse apparaîtrait à un moment ou à un autre 😉 ) n’amènent pas la fête.
Alors oui, il peut nous arriver de nous faire des apéros, entre nous, à deux donc mais ça ne ressemble pas beaucoup à de véritables apéros conviviaux (ben déjà on est deux donc on a connu mieux niveau ambiance de ouf). Bon, après tout, pas besoin d’être nombreux pour se faire un petit apéritif mais depuis les enfants, il faut bien l’avouer, l’apéro consiste plutôt à boire un jus de fruit vite fait et à tenter de manger des rondelles de saucisson en cachette pour ne pas que Marmouset nous voie et en réclame ou à nous bourrer de cacahuètes et pistaches pour combler notre faim entre nos relais pour tenter d’endormir Caillou 😉

Et finalement, j’ai eu comme un doute. Je me suis penchée un peu plus sur la définition du nom « apéritif » et j’ai constaté que ce n’était pas tout un ensemble de boissons diverses et variées et de petits gâteaux, rondelles de saucisson, petites tomates et autres joyeusetés que l’on se plaît à grignoter entre amis avant un repas. Non, en fait, la définition véritable réduit l’apéritif à « une boisson alcoolisée censée ouvrir l’appétit« .

Alors, là c’est encore plus difficile de trouver une photo puisque je n’aime quasiment aucun alcool à part le cidre, (non, ne me dites pas que ce n’est pas de l’alcool), et la mirabelle, (ben oui je suis Vosgienne d’origine quand même, je dois faire honneur à mon « pays » et en cas de mal de gorge, c’est radical 😉 ). Et en ce qui concerne Paparaignée, ben du coup, il ne va pas se prendre un alcool tout seul, il n’en est pas encore là.

Bref, du coup, je crois qu’on ne fera pas pire photo mais dans un moment de désespoir absolu (oui mes préoccupations sont existentielles), j’ai vu ça lors d’un banal passage dans un magasin de surgelés bien connu et j’ai dégainé l’appareil photo.

IMG_3628

Le pire étant, je crois, que sur le moment, j’étais assez fière de moi (mais rassurez-vous la honte se planquait juste derrière et elle s’est vite montrée 😉 ).

 

L’avion avec deux petits : les avantages

Il y a un peu plus de 5 mois, nous avions prévu de rejoindre une partie de notre famille pour les fêtes.
Caillou allait avoir tout juste un mois et Marmouset n’avait pas encore 2 ans.
Sans enfant, nous avions l’habitude de prendre le train ou éventuellement de louer une voiture (puisque nous n’en possédons pas) mais désormais, avec deux petits, les presque 700 km à parcourir pour retrouver la famille nous paraissent beaucoup moins aisés et la réflexion quand au moyen de transport le plus adapté est de mise.

Et c’est finalement l’avion qui a reçu notre faveur.

IMG_0772

L’avion avec deux petits : 4 avantages.
Je dois bien l’avouer, prendre l’avion pour effectuer un trajet en France, ce n’est pas très raccord avec mon côté écolo. Mais j’ai dû me faire une raison et ce sera donc l’entorse à mes principes car l’avion a de forts avantages lorsque l’on a des enfants en bas-âge.

Lire la suite

Gâteau au pamplemousse

Un moment que l’on n’avait pas fait un gâteau.
Des quiches, des omelettes, des gratins, oui, (bref, des plats où il faut casser des oeufs, l’activité préférée de Marmouset). Mais des gâteaux non.

Marmouset n’est pas très gâteau, moi non plus.
Je préfère de loin le salé, et Marmouset, en digne fils de sa mère, aussi. Il réclame rarement des bonbons, en revanche, il peut se mettre dans des états pas possibles (que toi tu crois qu’il s’est cassé un truc ou qu’il y a eu un drame) pour un morceau de jambon ou de fromage.

Bref, on a tout de même fait un gâteau parce qu’on aime peut-être pas trop les manger, mais les faire oui 🙂
Un gâteau au pamplemousse.

IMG_3573
L’idée est venue d’un constat simple : nous avions deux pamplemousses. N’en attendez pas plus, c’est aussi bête que ça 😉
Sauf que les pamplemousses, je n’aime pas ça, Paparaignée n’est pas fan non plus et Marmouset n’en a jamais vraiment goûtés. Pas sûre qu’il apprécie l’amertume du fruit mangé tel quel, je n’avais pas envie de prendre le risque et de l’en dégoûter à tout jamais.

Mais pourquoi diable avions-nous donc des pamplemousses alors ?
On ne va pas se mentir. Je pourrais vous raconter que je suis cette mère parfaite qui tente de faire découvrir toutes les saveurs à ses enfants et qui fait de magnifiques plats variés et équilibrés chaque jour mais soyons honnêtes, il y avait deux pamplemousses dans le panier bio de la semaine, je n’allais pas les jeter tout de même (mais je suis tout de même cette mère parfaite qui varie les types de pâtes chaque soir 😉 ).

Je me suis donc dit que le meilleur moyen de réussir à ingérer cette amertume était de la camoufler dans un gâteau.

Voici donc la recette du gâteau au pamplemousse

Ingrédients
– 2 pamplemousses non traités
– 200 grammes de poudre d’amandes
– 150 grammes de sucre
– 2 oeufs
– 1 bonne cuillère à soupe d’huile

Etapes
Prélever une petite cuillère à café de zeste de pamplemousse
Récupérer la pulpe des pamplemousses

Mixer le sucre, les oeufs, le zeste et la pulpe de pamplemousse
Ajouter la poudre d’amandes et l’huile et mélanger
Beurrer généreusement un moule classique  ou utiliser un moule en silicone car la préparation risque d’accrocher plus qu’un gâteau habituel
Mettre au four 45 minutes à 180 °

 

Pour être honnête, je trouve que ce gâteau a un aspect agréable, il est croustillant autour et moelleux à l’intérieur mais l’amertume est encore un peu trop présente à mon goût. On mange un morceau, c’est agréable et une fois avalé, l’amertume se fait sentir. Un pamplemousse me semble donc largement suffisant. Mais c’est sûrement selon les goûts de chacun.

 

{Projet 52, semaine 22} HDR

« HDR »
HD quoi ? HDR, le thème de la semaine 22 du Projet 52.
Juste pour ça, je n’avais pas hâte d’arriver à la semaine 22.

HDR, mais qu’est-ce que c’est que ce truc au juste ?

Une Halte Divertissante et Revigorante ?
J’aurais préféré.

Un thème Hautement Difficile et Rude, ça oui sûrement ! 😉

J’ai donc tapé ces 3 lettres dans mon moteur de recherche préféré et j’ai appris que HDR (high dynamic range) était une technique photographique qui permettait d’optimiser au maximum la lumière. En clair, une photo peut être sur-exposée, et la seconde suivante sous-exposée. La photographie HDR va prendre le meilleur de chaque exposition photographique et le transposer sous une seule et même image.
Du coup, pour réaliser un HDR, il faut prendre plusieurs photos de la même scène en gardant un cadrage identique. Puis via un logiciel, la magie opère. Enfin, la magie, … c’est tout de même mieux quand on s’y connaît un minimum. Mon appareil photo étant mon téléphone, on ne peut pas dire que je sois spécialiste.

Mais moi, Histoire De Rien faire comme tout le monde, j’ai voulu tenter autre chose. Bon, ok, c’est surtout parce que le véritable HDR, c’est un travail technique tout de même, et il faut un minimum de lumière pour bien faire les choses, lumière qui si vous avez suivi la semaine 21 a provisoirement (je l’espère) disparu.
Alors j’ai cherché et cherché encore pour donner un sens différent à tout cela.
Et Histoire De Râler un peu 😉 , j’espère qu’il n’y aura pas trop d’autres thèmes de ce genre parce que j’aime beaucoup me triturer le cerveau mais pas comme ça 😉

« HDR »

J’aurais pu vous raconter une Histoire De Rat, de Requin ou de Renard mais je crois que ne j’en connais pas.

J’aurai pu alors juste choisir une Histoire Divertissante et Rigolote ou une Histoire Diabolique et Repoussante mais j’en connais trop.

J’aurais pu choisir de vous relater les petits tracas du quotidien : l’Humidité Déprimante et Rageante qui règne en ce moment chez nous, l’Horripilant et Désagréable Réveil de Marmouset quand il a lieu avant 6h du matin et mon Humeur De Rat dans ces cas là ou encore l’Hystérique Déjantée et Relou que je suis trop souvent avec Paparaignée. Mais je voulais éviter les sujets qui fâchent.

J’aurais pu vous montrer les Habituelles Délicieuses Risettes que Caillou m’offre chaque jour mais je me plais à jouer les égoïstes et à les garder rien que pour moi.

J’aurais pu vous donner la recette d’un Hachis Délicat et Raffiné ou d’un Hallucinant Dessert Raffraichissant mais je ne sais faire que le Hachis Parmentier et pour les desserts, notre effort se limite bien souvent à ouvrir un yaourt depuis que nous avons des enfants.

J’aurais pu vous présenter un coup de coeur pour un Habit Design et Révolutionnaire mais côté vêtement, actuellement, ma priorité serait plutôt de réussir à faire sécher ceux en ma possession (pour rappel, ici, on se croirait en novembre mais sans le chauffage).

J’aurais pu vous faire découvrir les fantastiques propriétés de l’Huile De Ricin mais les chroniques beauté et soin ne sont pas vraiment mon truc car à vrai dire je n’y connais rien.

Alors que faire avec ces 3 lettres ? Peut-être se lancer ! Finalement HDR, le vrai, aura eu raison de moi et je me suis résolue à charger un logiciel permettant de le mettre en application. Un peu de lumière par une fenêtre et un Charaignée au pelage doré. Le résultat aurait été sans doute plus spectaculaire avec un paysage, l’objet de ma photo ne met pas vraiment en valeur les propriétés de la technique.

1

Mais qu’importe, j’aurai essayé et dans ce petit échec, j’aurai tout de même réussi à capturer un Hôte Doux et Roux, le maître de ces lieux.

{Projet 52, semaine 21} Lumière

Semaine 21 du Projet 52 : « lumière ».

Un sujet qui aurait dû/pu tomber à pic car à cette période de l’année, la lumière extérieure est plaisante en général. Le soleil nous offre de multiples approches des paysages, de l’éclat, des nuances, des jeux d’ombres, …
Mais en ce moment, point de tout cela.
Le mois de mai s’est transformé en mois d’octobre (et encore j’ai vu des mois d’octobre bien plus lumineux) et novembre semble arriver bientôt ! La lumière extérieure a disparu et a laissé place à un monochrome de gris.
Alors, le point positif, s’il faut en trouver un, c’est qu’on va bientôt connaître par coeur toutes les nuances de gris (zut pas de thème « gris » pour ce projet 52, quel dommage) mais bon ça va là, je pense qu’on a tous bien vu ou plutôt qu’on voit de moins en moins, tu peux revenir lumière !

J’aurais pu prendre une photo de cette lumière qui n’est plus mais en fait la lumière est bien là, elle est juste ailleurs désormais, à l’intérieur. Une autre lumière donc, certes artificielle, est devenue notre quotidien.

Forcément une photo d’intérieur alors.
Et une lumière particulière que celle que j’ai choisie. Une lumière qui n’est pas destinée à éclairer, pas comme on le pense en tout cas. Une lumière qui n’est pas là dans ce but exclusif de nous apporter du jour et de tout nous faire voir. Une lumière qui agrandit notre champ de vision sur le monde , une lumière qui instruit, une lumière qui révèle.

 

IMG_3514

La lumière du globe terrestre déniché lors de notre dernier vide-grenier.

Une lumière qui nous a apporté un regard différent sur le monde, que l’on ne peut plus vraiment observer en ce moment, caché sous des nuages gris et des pluies quasi permanentes.

Une lumière qui a montré à Marmouset qu’il n’y avait pas que des escargots sur terre 😉

Une première prise de conscience qu’il y a un monde autour de nous, que nous ne sommes pas seuls, que nous habitons un pays parmi d’autres, des concepts encore difficiles à comprendre pour Marmouset mais qui vont prendre progressivement du sens.

« Tu vois, ici, dans ce pays, il y a beaucoup de renards. »
« Tu me montres des animaux que tu connais, je te dirai comment s’appelle le pays où ils vivent. »
« Et nous, tu te souviens où il est notre pays ? Où est-ce qu’on habite nous ? »

Des petits jeux en perspective, des apprentissages multiples pour cet amoureux des animaux et de la nature qui je l’espère aura aussi le goût du voyage et de la découverte de l’autre et du monde.

Mais pour le moment juste un moment magique, un objet qui s’illumine et qui laisse apparaître de jolies couleurs et une multitude d’animaux, un objet qui met en lumière et finalement une lumière dans ses yeux qui en dit long sur son émerveillement.

,

DIY – le petit établi rénové

Il y a peu, je vous parlais ici, d’un petit établi déniché dans un vide-grenier.
Ce petit établi sur lequel j’avais craqué car moi aussi je rêve d’en avoir un version adulte ! (non je ne réalise pas mes rêves à travers mes enfants 😉 ).

établi pour enfant

Abîmé, écaillé, pas très stable, ayant vécu (et c’est tant mieux), il avait besoin d’un petit rafraîchissement.

Aujourd’hui, je vais donc vous montrer en quelques mots et images comment je lui ai redonné un petit coup de jeune.
Je suis donc partie d’une base mais il est tout à fait possible de le réaliser soi-même en partant de rien ou du moins de peu de choses.

En gros, la structure est formée de 4 pieds et 3 plaques de bois aggloméré fixées autour (ici avec de la colle et des petites pointes visiblement). Vous pouvez construire cette structure en faisant tailler du médium aux dimensions souhaitées, en achetant des tasseaux assez larges en guise de pieds par exemple ou en faisant de la récup (pieds de chaise, reste de planches non utilisées, …).

IMG_3463

Sur la structure, vient se poser une planche de bois dans laquelle il faudra percer des trous de dimensions diverses correspondant à des vis et clous jouets en bois qu’il faudra s’être procurés au préalable.
Cette planche était maintenue ici par quatre grosses vis en bois (on voit les trous percés en haut de la structure sur la photo ci-dessus). J’ai préféré coller la planche pour que Marmouset puisse dévisser à volonté les vis en bois sans que tout ne se démonte et parce que ce sont les seuls trous avec des « tourbillons » donc où l’on peut véritablement visser.

Dans cet établi, il y a également une étagère bien utile si on veut pouvoir entreposer des boîtes pour ranger outils et visseries.

Pour information, voici toutes les mesures de notre établi si vous voulez vous faire une idée.
Hauteur : 40 cm
Longueur : 42 cm
Profondeur : 14 cm
Hauteur de l’étagère : 13 cm
Epaisseur des pieds : 2,2 cm
Epaisseur de la planche du dessus (planche pour visser et clouer) : 2 cm
Epaisseur des plaques d’aggloméré : 5 mm

De fait, il est assez petit et prend peu de place mais c’est tout à fait suffisant. Je l’aurais peut-être fait un poil plus haut mais Marmouset est particulièrement grand à ce qu’il paraît. 

Si vous créez votre établi avec des matériaux achetés, type planches de médium, un petit coup de peinture (si vous le souhaitez) sera facilement applicable. Pas besoin d’acheter un pot de peinture, l’achat d’un échantillon suffira.
Ici, un reste de petit pot orange et un reste de peinture grise à tableau a fait l’affaire. Il a juste fallu poncer les pieds avant l’application de la peinture grise.

IMG_3466  IMG_3464
Pour la planche du dessus, un bon ponçage manuel et un bon nettoyage.

IMG_3467 IMG_3468

 

J’ai ajouté sur chaque côté de l’établi des « porte outils ». Pour la clé de serrage, deux pointes qui permettent au manche de l’outil de passer. Pour le marteau et de l’autre côté, le tournevis, un piton à vis de bon diamètre constitue un rangement pratique, il se visse facilement à la main dans ce type de bois et il n’y a plus qu’à y glisser l’outil. Pour information, un piton à vis c’est ça (clic clic), non parce que moi je ne savais même pas que ça s’appelait comme ça alors bon, je préfère préciser.

IMG_3470

Et voilà, en quelques heures, un bel établi rénové sur lequel maman s’amuse autant que Marmouset ! (vivement que j’ai le même 😉 )
Un petit avant/après pour se rendre compte de la transformation.

IMG_3445

Avant

 

établi enfant

Après

IMG_3472

La boîte à outils vient du magasin Hema, elle contient des vis et des clous en bois, des boulons carrés, des petites planchettes à trous et quelques outils (le marteau et la clé de serrage de couleur bleue et le tournevis rouge accrochés sur le côté).
Les autres vis et clous en bois que l’on voit sur l’établi ainsi que le maillet et le serre-joint étaient vendus avec l’établi.

Les trouvailles du week-end

Samedi dernier, il y avait LE vide-grenier.

Oui j’ai l’air de dire ça à chaque fois mais là vraiment, c’est celui du printemps à ne pas manquer : à quelques rues de chez nous, un quartier agréable, des maisons avec des caves et des greniers donc des objets improbables réellement sortis du grenier, une véritable fête de quartier avec fanfare, concert, nourritures diverses et variées, vendeur ambulant de pâtisseries et café pour le matin, animations, …

Nous y avons passé la matinée. Un grand soleil (un quoi ? oui depuis nous sommes passés de mai à novembre directement et même la Seine déborde) et la chaleur étouffante d’avant l’orage. Une bonne pêche, pas de jouets Fisher Price vintage pour compléter notre belle collection mais d’autres petites choses. Des rencontres, un moment de jeu au square du quartier, un petit repas en plein air (hot-dog/frites et la petite glace artisanale de la camionnette connue dans toute la ville). Une matinée comme on en rêverait tous les jours non ?

Le butin en images.

Deux livres.
Comment, deux seulement ? Oui. J’aurais pu en ramener des sacs entiers tellement il y en avait mais je me suis retenue, la bibliothèque des garçons est quasi pleine alors la sélection devient obligatoire.

Un abécédaire à l’effigie de Mickey, le vrai, le seul, l’unique, adoré par Marmouset qui aime le regarder à la télévision. Attention, pas celui de La maison de Mickey, en animation 3D, surtout pas, j’ai des principes, j’aime le vieux, le vrai dessin, le plat (j’ai un véritable problème avec les réadaptations 3D en général mais j’assume), donc il regarde les anciens Mickey 😉 Et ce livre m’y a fait penser tout de suite puisqu’il est une reproduction exacte de la première édition publique de 1936.
J’adore les illustrations. Je l’ai feuilleté, refeuilleté, j’ai admiré les dessins, je me suis même dit « oh chouette c’est écrit en attaché, en plus comme dans les Babar, j’aime bien » mais j’ai omis un détail, un détail important pourtant : c’est écrit en espagnol, (interdit de rire 😉 ) sans blague, je vous assure, je n’avais pas remarqué, je dois vraiment être fatiguée. Bon, ce n’est pas très grave, ça reste un bel objet, et puis je parle espagnol en principe alors ça me fera réviser un peu 🙂

IMG_3442 IMG_3443

Un petit livre très simple, très basique, dit « pour bébé », datant de 1982, pour lequel j’ai craqué car j’aime beaucoup les illustrations qui ne me sont pas inconnues (mais impossible de me souvenir d’où je les connais). Bon, un livre certes peu féministe puisque maman fait la vaisselle et les courses et papa travaille mais bon c’est un peu ma vie en ce moment après tout et surtout je suis d’origine Vosgienne et dans l’histoire, maman cuit du lard alors forcément, j’ai été séduite 😉

IMG_3441

Deux hochets, abandonnés au fond d’un carton.
Après un bon nettoyage, ils sont comme neufs ou presque. Celui de gauche est vintage, celui de droite, je ne sais pas mais Caillou en est fan. Depuis qu’il l’a, il a appris à secouer et à taper et il s’en donne à coeur joie (et peu de temps après, il a réalisé qu’il était maître de sa voix et qu’il pouvait faire un certain nombre de variations, cela fait donc trois jours que mes oreilles saignent 😉 ).

IMG_3438

 

La petite taupe version mini peluche.
Si vous ne la connaissez pas, il faut vite vous procurer les dvd des dessins animés la mettant en scène. Ici, on est fan et on a vite donné le virus à Marmouset, j’en veux pour preuve le gâteau de ses 2 ans, si vous ne vous en souvenez plus, c’est par ici.

Ces peluches sont introuvables à ma connaissance en France, Marmouset en a déjà une version grand format, achetée à une dame d’origine Tchèque (en vide-grenier), ici, c’est une Polonaise qui a fait notre bonheur !

IMG_3437

Un zèbre.
Oui car un vide-grenier = un animal Papo ou Schleich (marques fétiches). Marmouset commence à en avoir une jolie collection.

IMG_3439

Un globe terrestre que l’on peut brancher pour qu’il s’illumine et avec un animal pour représenter chaque pays  (ou presque).
J’en avais un petite mais sans les animaux et je l’aimais bien. Une pointe de nostalgie + une future idée déco pour la future maison + un attachement certain de Marmouset pour les animaux = une forte envie de posséder cet objet que je trouve plutôt joli qui plus est. Marmouset aura peut-être le goût de la géographie, qui sait (parce que moi, c’est un peu la catastrophe à ce niveau là).

IMG_3440

Une petite dinette vintage.
Du joli, du petit, du mignon, du vintage et du made in France, tout ce qu’il fallait pour me plaire, un peu dépareillée certes mais Marmouset n’ayant pas de quoi nourrir poupées et doudous, c’est maintenant chose faite.

IMG_3444

Une table à repasser pour enfant, vintage.
Le chouette tissu d’origine m’a fait craquer et Marmouset pourra imiter papa qui repasse ses chemises chaque semaine. Manque plus que le fer maintenant !

IMG_3518

Un petit établi.
Mon coup de coeur de ce vide-grenier. La version mini du futur établi dont je rêve pour notre futur chez nous, Marmouset pourra bricoler comme les grands, avoir l’impression de faire vraiment comme sa maman (ou son papa mais l’établi ce sera quand même un peu plus pour moi d’abord 😉 ), et ne pas me piquer mes outils (enfin j’espère). J’adore particulièrement le mini serre-joint. Et si vous voulez voir comment je lui ai donné un petit coup de jeune, c’est ici qu’il faut cliquer.

IMG_3445