La naissance du blog


Le blog « Une araignée au plafond » est né en septembre 2015 de mon envie de partager des touches de mon quotidien de maman.

A force de discussions et partages, entre amis ou sur d’autres blogs, j’ai moi-même eu envie de présenter mes coups de coeur, mes découvertes, mes essais, mes bricolages,… autrement que via quelques commentaires et photos sur ma page personnelle facebook.

« Une araignée au plafond », c’est ce grain de folie qui m’anime et qui anime aussi ma petite famille, cette « hyper » activité qui m’envahit sans arrêt, ces milliers d’idées et d’envies qui s’entremêlent dans mon cerveau et dont quelques unes aboutissent, ces idées parfois délirantes ou peu communes sur lesquelles mon entourage (mais moi aussi finalement) peut parfois être sceptique ;-), cette envie d’essayer des tas de choses différentes, d’aller à droite et à gauche et de tout apprendre et découvrir !

 

Les principaux acteurs du blog

Parce que les publications du blog naissent de mon quotidien, une présentation de la famille Araignée s’impose :

  • la Mamaraignée, ben c’est moi, Marie, 34 ans (j’ai essayé de lutter mais c’est arrivé quand même), maîtresse (oui bon professeur des écoles on doit dire mais maîtresse j’aime bien), passionnée (de quoi ? ben de tout et de trop de choses c’est bien le problème), écolo et féministe (ben oui il me fallait bien quelques défauts 😉 ), complètement utopiste, un caractère parfois un peu trop trempé, timide (si si je vous jure, c’est compatible avec pipelette) et dérangée à la fois (si si ce mélange existe, c’est moi). Mais vous allez vite apprendre à me connaître à travers les articles du blog, alors je m’arrête là.

 

  • le Paparaignée, je préserverai quelque peu son anonymat (pour ceux qui ne le connaissent pas dans le privé). Finalement, c’est peut-être le moins araignée de la famille quoiqu’il faut se méfier de l’eau qui dort à ce qu’on dit. Disons qu’il est bien plus posé que moi et heureusement, il en faut bien un qui soit un peu plus raisonnable ou raisonné. Bon du coup il est parfois un peu trop terre à terre et cartésien pour moi mais il faut bien contrebalancer la rêverie et l’utopie permanente. A part ça, c’est un super chouette papa et aussi, à ce qu’il paraît, un geek de première, féru de nouvelles technologies et complètement addict aux jeux de société.

 

  • une première petite araignée, S* alias « Marmouset » (oui j’ai bien dit « alias », parce que j’ai parfois un grain hein mais je n’ai pas appelé mon fils Marmouset pour de vrai quand même).
    Pourquoi Marmouset ?79310173_p
    Alors Marmouset, quand j’étais petite, c’était simplement un petit garçon dans mes références, tiré des albums jeunesse des années 80 de Dina Kathelyn (peut-être que cela rappellera des souvenirs à quelqu’un). J’ai appris depuis que c’était aussi le nom d’un singe de type ouistiti, le nom des conseillers du roi à une certaine époque et le nom d’une petite figure grotesque ornant les chapiteaux des piliers. Bref, on s’en tiendra à Marmouset, variante de Marmot (quoique vu comme il remue et grimpe partout, petit singe pourrait aller aussi). Je lui assigne donc parfois ce surnom, tout à fait naturellement, comme j’ai dû moi-même l’entendre dans l’enfance.
    Marmouset, le mien, ne s’arrête jamais, il a une énergie débordante. Oui bon c’est un enfant, mais quand même, j’ai l’impression qu’il a beaucoup pris de sa maman là-dessus. De son papa, il a pris le côté observateur posé de choses pouvant paraître complètement insignifiantes 😉 Cela fait donc de lui un être plein de vie qui se pose parfois de longues minutes pour observer le fonctionnement de l’imprimante, tirer et enrouler le fil de l’aspirateur ou déboucher et reboucher un stylo de manière excessivement répétée (certes il expérimente mais parfois ça fait peur quand même). Et surtout, il ne faut pas faire à sa place, son adage pourrait être : « Moi tout seul ».
    Edit du 19 avril 2020 : Marmouset a désormais 6 ans et il n’a pas beaucoup changé, passionné à un point inimaginable par les jeux de société comme son papa et par la mythologie grecque comme sa maman, adorateur de nombres et de calculs invraisemblables, et voulant tout connaître sur l’origine du monde, les insectes, les plantes,… et sur trop de choses auxquelles souvent je ne connais rien. 

 

  • une deuxième petite araignée, L* alias « Caillou » 
    Pourquoi Caillou ?
    C’est simplement un clin d’oeil (encore une fois) à un personnage d’album jeunesse que j’adore, créé en 1989 par l’illustratrice Hélène Desputeaux. J’aime les premiers albums de bébé Caillou, les authentiques, ceux parus aux éditions Chouette, pas le Caillou des dessins animés, copie transformée avec un Caillou plus âgé et des traits différents. J’aime beaucoup sa petite bouille et son absence de cheveux (notre Caillou à nous était chevelu dès la naissance, c’était plutôt hérisson que caillou d’ailleurs contrairement son frère qui n’a pas eu vraiment de cheveux avant un moment mais bon il était doux et beau alors on l’a gardé quand même 😉 )Caillou a 4 ans, c’est un enfant plutôt solitaire et d’une très grande sensibilité. Longtemps sa passion a été les cailloux et les morceaux de bois, c’est un adorateur de la nature. Il est toujours en train d’imaginer des tas de choses en matière artistique. Il adore le yoga et la danse et rêve de faire du twist et du rock and roll (ce qui nous vaut une écoute musicale particulière mais j’aime assez), il réclame sans cesse du « manuel » comme il dit, bref, des activités de dessin, découpage, peinture,… il voudrait passer son temps à créer ce qui nous vaut un étalage de matériel « créatif » permanent au sol et des tas de productions différentes dont on ne sait plus que faire. Lorsqu’on l’emmène au musée, il trouve toujours ce qu’il voit magnifique et veut absolument dessiner ou peindre dès que l’on rentre.

 

  • une araignée en cours de construction, alias Ploumette
    Eh oui, si vous regardez bien la petite image logo du blog, créée par Marmouset pour remplacer l’ancienne qui n’était plus d’actualité, vous remarquerez qu’actuellement je ne suis pas seule en moi-même (alors c’est vrai, on peut se dire que je suis rarement seule dans mon cerveau mais là je parle d’autre chose). Nous sommes deux puisqu’une mini araignée a tissé sa toile dans mon ventre. Cette petite araignée devrait arriver au maximum fin juin, une petite fille qui semble encore plus agitée que ses frères à l’intérieur (ça promet). 
    Pourquoi Ploumette ?
    Bon maintenant vous me connaissez, toujours une référence littéraire (et toujours de la grande littérature ;)). Ploumette, c’est la copine de Ploum, cet ours jaune créé par Lise Marin à la fin des années 70. J’ai l’impression d’avoir toujours connu Ploum et j’adore trouver livres ou puzzles à son effigie en vide-grenier. C’est simple, c’est pour les tous petits, ça date mais ça reste intemporel et surtout ça plaît toujours !

 

 

 

  • le Charaignée, oui il compte beaucoup et il est très présent dans notre vie alors il doit être présenté aussi.

    Là on peut ajouter une musique flippante genre film de Hitchcock et on comprend.

    Là, on peut ajouter une musique flippante genre film de Hitchcock et on comprend.

    Le Charaignée a la particularité d’être aussi atteint que le reste de la famille mais je tends à penser que c’est avant tout parce qu’il est un chat et un chat pour ceux qui en ont un, vous conviendrez que c’est un être particulier quand même. Il peut donc avoir un coup de folie à tout moment, courir d’un bout à l’autre de la maison, sauter après les murs les yeux écarquillés, se mettre dans des endroits ou des positions improbables et surtout se planquer et nous bondir dessus soudainement pour nous attaquer.  Ah oui petit détail, le Paparaignée l’a appelé Pixel (ce qui confirme son côté geek).