, ,

Les secrets d’Amy, boutique de puériculture raisonnée

Aujourd’hui, je viens vous parler d’une boutique que j’ai découverte il y a peu : Les Secrets d’Amy.

Les Secrets d’Amy, c’est une jeune entreprise basée dans le Sud de la France, près de Marseille, qui fait de la vente à distance d’articles de puériculture. Mais loin de la grande enseigne commerciale qui vend à tors et à travers tout ce qui peut-être lié de près ou de loin à l’univers des bébés, ici, c’est tout à fait le chemin inverse qui a été emprunté et c’est bien ce qui m’a séduite. Des articles sélectionnés avec soin pour accueillir votre bébé en toute sécurité et de manière responsable.
C’est ce que j’appellerais de la puériculture raisonnée.

Lire la suite

, ,

Nouvelle année, nouveau défi green !

Ici, je vous faisais le bilan du « défi green » de l’année dernière, les gestes en faveur de l’environnement que nous avions choisi d’ajouter à nos pratiques déjà existantes en la matière. Nous avons plus réussi qu’échoué même si tout le contrat n’a pas été rempli alors ça nous donne envie de poursuivre le défi pour cette année.

Nouvelle année, nouveaux défis
Voici donc les 10 challenges 2018

Lire la suite

, ,

Défi green, on en est où ?

L’année dernière, à cette même date, je m’engageais plus « officiellement » pour un monde plus « green » en répondant au défi de Marie Youpie, blogueuse « écolo » émérite, ou devrais-je dire « amoureuse de la planète » parce que j’ai toujours eu un peu de mal avec le terme « écolo » particulièrement depuis qu’il est devenu plus « politique », « financier » ou plus « mode » que « sincère » dans le regard ou la bouche de certains.

Bref, comme je l’expliquais dans cet article, je suis tombée dans la marmite toute petite, celle qui vous fait aimer la planète comme membre à part entière de votre famille, celle qui vous laisse entrevoir la nature comme la base, le commencement et la fin, la seule chose qui vous a précédé et qui vous succédera, celle qui vous fait percevoir votre environnement comme votre allié au quotidien, quelque chose de naturel, qui va de soi.

Alors, ma participation au « Défi Green, entraide et partages ! » , c’était un peu une évidence. M’engager à transmettre mes connaissances et mon expérience sur le sujet autour de moi et sur le net et me permettre d’en apprendre encore plus, de continuer dans cette voie et de corriger mes défaillances en la matière, c’est bien ce qu’il me fallait. Un retour aux sources, à mon éducation et un moyen d’inculquer à mon tour à mes enfants, cet amour de la nature que j’ai naturellement reçu et les prémisses d’un comportement responsable à ce niveau.

Aujourd’hui sonne l’heure du bilan !
Il y a un an, nous avions donc fait la liste des points sur lesquels nous souhaitions particulièrement modifier (ou retrouver) nos habitudes, 10 petits « green challenge » à nous.

Avons-nous réussi ?

Lire la suite

,

DIY – un sapin épuré, nature et peu encombrant

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler décorations de Noël et qui dit décorations de Noël, dit sapin, l’élément principal de ce jour de fête s’il n’en fallait choisir qu’un.

L’année dernière, nous avions misé sur un sapin entièrement fabriqué en carton/papier, en mode carte en volume géante, dont vous pouvez retrouver le DIY ici. Nous avons toujours ce sapin puisqu’il est aussi facile à fabriquer qu’à ranger et conserver mais nous avions tout de même envie de nouveauté.

Cette année, nous avons donc fait encore plus simple que l’année dernière, dans un style épuré et naturel qui prend toujours aussi peu de place, nous avons misé sur le sapin en branches suspendues. Un classique des sapins revisités dont la matière première sera made in forêt la plus proche ou made in jardin/parc. Il vous demandera donc un minimum de dépenses. Lire la suite

, ,

J’ai testé les lingettes lavables Néobulle

Aujourd’hui, je viens tenter de vous convaincre d’arrêter définitivement les lingettes jetables pour le change de bébé !

C’est parti.
Répétez après moi : « je peux le faire, je peux le faire, je ne sais plus ce qu’est une lingette jetable, … »
Bon ok, je vais tenter une manière plus convaincante et surtout plus argumentée. Lire la suite

,

Passer au lavable en douceur

Aujourd’hui, je viens vous parler Défi Green et plus précisément jetable vs lavable.

S’il y a bien une chose que je me suis dite à la seconde même où il a fallu que nous nous équipions pour l’arrivée de notre premier petit, c’était que les lingettes et les couches jetables à la maison, ce n’était pas possible ! Lire la suite

,

New Challenge : Défi Green Blog

Il y a quelques semaines, j’ai découvert le blog de Marie Youpie, une fille écolo, vegan et fun ! Bref, une fille avec plein d’idées sympas et de bons plans et surtout qui porte le même prénom que moi, une fille forcément bien donc ! 😉

Et cette année, Marie lance un défi aux blogueurs/euses qui le souhaitent, un défi « green », un défi vous l’aurez compris qui tend vers l’écologie, l’amour de la planète, le respect de la nature.
Alors forcément j’en suis !

15420908_1240991629315012_1756564716777635085_n
Et pour les éventuels détracteurs qui voudraient d’ores et déjà parler de moi en disant « Ah encore une fille qui se dit écolo et qui va nous parler bio et compagnie parce que c’est la mode et nous donner des leçons parce qu’elle connaît le tri sélectif et qu’elle bouffe des pépins de courge ! », on va mettre les choses au clair tout de suite. Je ne prétends pas avoir la clé pour sauver la planète et les êtres vivants même si je kifferais ça, j’ai plein de défauts et une consommation actuelle qui comporte un certain nombre d’erreurs c’est évident mais surtout je ne suis pas devenue écolo parce que c’est « la mode », je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite !

Sauf que quand je suis née, on ne prononçait pas encore le mot « écologie » à tort et à travers, le « concept » n’était pas encore vraiment politisé et on ne se revendiquait pas spécialement « écolos » car notre manière de vivre était juste pour nous complètement normale et nous étions nombreux à faire ainsi (ou en tout cas je le croyais car je ne pensais pas que d’autres pouvaient vivre différemment puisque c’était normal, vous suivez ?).
On récoltait les fruits et les légumes qui poussaient dans notre jardin parce que c’était NORMAL.
On allait régulièrement faire des achats dans une coopérative d’alimentation biologique comme beaucoup le faisait et ça ne nous semblait pas EXTRAORDINAIRE ni ORIGINAL (même qu’il me semble que ça s’appelait la COOP AMIS NATURE, je croyais que c’était en un seul mot car on le disait vite et j’adorais ce mot ! ) et on achetait notre miel à un ami producteur, nos fromages et yaourts au camion d’un producteur du coin qui s’arrêtait devant chez nous parce que c’était tellement SIMPLE et BON.
On triait nos déchets parce que ça faisait partie de nos HABITUDES. Dans ma classe, en ce1 je crois, un raton-laveur appelé TRITOU (trie tout) venait même, via un logiciel, nous apprendre comment faire. (Par pitié, dites-moi que quelqu’un connaît Tritou le raton-laveur car on me prend pour une allumée quand j’en parle et moi, il m’a marqué Tritou et je l’adorais, je ne l’ai pas inventé tout de même ! 😉 )
On utilisait des langes, des gants, des mouchoirs en tissu, des chiffons, des serviettes en tissu et des produits tels que le vinaigre blanc,  … Et ça nous semblait tout à fait CLASSIQUE.
On connaissait les remèdes naturels et l’homéopathie et on trouvait cela EFFICACE.
On faisait la soupe et la purée maison la plupart du temps et on trouvait cela  FACILE.
On prenait le vélo pour faire nos petits trajets dans le village parce que c’était PRATIQUE.
Et on faisait certainement tout un tas d’autres choses mais c’est tellement ancré en moi que ça ne me paraît pas spécialement INHABITUEL, original ni même « écolo ».
Finalement, ce n’est que bien plus tard, une fois adulte, que j’ai découvert que d’autres faisaient différemment, que d’autres n’avaient pas les mêmes habitudes et que oui, en effet, il se pourrait bien que je vienne d’une famille à tendance écolo.
(Maman, tu me corrigeras si mes souvenirs sont erronés hein ?)

Bref, pas besoin de se mettre une étiquette parce que c’est la mode, ça fait bien, c’est tendance, … je ne suis pas écolo, j’aime profondément la nature et l’être humain (oui toujours, malgré tout), c’est tout !
Et j’en profite pour faire un petit aparté pour dire merci à quelqu’un. Tu vois maman, tu as réussi à nous transmettre l’essentiel, tout ça c’est le résultat de l’éducation que vous nous avez donnée. De tes enfants, tous sont profondément aimants et respectueux vis-à-vis du monde qui les entoure et ça c’est absolument génial ! 

Et j’aimerais vraiment que mes enfants puissent grandir ainsi, leur transmettre à mon tour tout cela, que ce soit naturel pour eux, qu’ils n’aient pas l’impression de faire un effort particulier, une démarche de fou, qu’on ne les félicite pas spécialement pour cela ou qu’on ne leur dise pas « ah ouais tu fais ça, c’est top ou c’est dingue ! » parce que, pour moi, c’est juste la vraie vie, faire attention à nous, à la nature, aux animaux, aux autres, à la planète, à l’endroit où l’on vit sans y réfléchir, connaître le nom de quelques plantes, savoir semer, connaître les animaux, être capable de réparer, de construire, d’imaginer, coudre, jardiner, cuisiner, récupérer, transformer, ce n’est pas écolo, c’est NORMAL !

 

15493766_1240991385981703_9144426978930651484_o

Ceci étant dit, revenons à nos moutons !
Comme aujourd’hui, il faut croire que c’est malheureusement devenu original ou inhabituel de vivre ainsi, comme de plus en plus de gens ne grandissent plus avec ce genre de considérations, ne savent plus faire tout cela car tout est facile, donné, construit, on peut jeter, on peut acheter, on a le choix (un peu trop peut-être) alors on voit fleurir sur le net des idées, des astuces, des bonnes adresses pour revenir aux bases, pour se rappeler ou découvrir comme il est assez simple de faire autrement, souvent plus économique et toujours plus écologique ou plus respectueux de l’environnement. Et comme moi-même, j’ai perdu en connaissance sur le sujet et j’ai encore beaucoup à apprendre et surtout comme ça me plaît, je me lance dans le projet de Marie Youpie : le défi green blog.

L’idée c’est que les blogueurs/blogueuses qui le souhaitent puissent partager avec tous leurs astuces, idées, pratiques, petits gestes pour la planète et se lancent des petits défis pour continuer à agir dans ce sens au travers d’articles postés sur leur blog et sur une page facebook à laquelle vous pouvez donc vous abonner : Défi Green Blog : les blogueurs s’engagent !

 

Comme ce n’est pas complètement nouveau pour nous, voici en vrac une bonne partie de ce que nous faisons déjà à la maison :

– utiliser des piles rechargeables
– acheter bio, made un France, local, … le plus souvent possible
– se déplacer en transport en commun ou à pied, bon c’est vrai, facile puisqu’on n’a pas de voiture (et comme j’avoue tout, après 10 ans sans, cette année on risque de craquer)
-trier nos déchets
– utiliser des lingettes et couches lavables pour les enfants
– fabriquer le liniment pour bébé (c’est tellement simple !)
– utiliser peu de produits cosmétiques ou des produits bios/naturels
– utiliser des produits naturels et écolos pour l’entretien de la maison : vinaigre blanc, pierre blanche, blanc de meudon, bicarbonate, microfibres, …
– utiliser des sacs en tissus pour nos courses et refuser de plus en plus les sacs du commerce
– utiliser un oriculi au lieu des cotons tige (ça, c’est très récent) et une cup au lieu des serviettes
– donner des papiers brouillons aux enfants pour les dessins
– user et abuser des vide -greniers, des sites d’occasion,… pour donner, vendre, acheter et redonner une nouvelle vie
– surveiller les étiquettes et bannir autant que possible les produits contenant de l’huile de palme (entre autre)

Et à présent, voici notre défi 2017 : 10 petits challenges que nous nous sommes fixés !

Des articles à une fréquence complètement aléatoire viendront au fur et à mesure de l’année rendre compte de notre engagement dans ces défis et de nos petites « victoires ».

Faire notre compost. Oui car ça y est nous avons une maison et un jardin. Plus d’excuses cette fois-ci ! Nous aimons faire la cuisine (même si nous avons cédé à la tentation Picard en particulier ces derniers temps avec le travail, les enfants et le déménagement), la soupe et la purée sont toujours maison alors ça en fait des épluchures. Il y avait un bac à compost dans le jardin lorsque nous avons emménagé mais il y avait un peu n’importe quoi dedans, il était mal situé, et le bac était dans un trés mauvais état. Nous avons de la chance, notre ville distribue des bacs moyennant une toute petite caution et nous offre également une réunion/cours pour apprendre comment le gérer !
Réduire l’usage de l’essuie-tout, des mouchoirs jetables et des cotons démaquillants
Utiliser des shampoing et savons solides et sans huile de palme (oui j’ai appris récemment que même 90 % des fabriquants de savons de Marseille et d’Alep en utilisaient lors de la fabrication)
Ressortir la yaourtière et me remettre sérieusement à la cuisine, biscuits maison, petits plats, …
Réduire les produits bio de supermarché suremballés au profit des produits de magasins bios en vrac et du marché.
Reprendre les couches lavables parce qu’avec le déménagement, j’étais passé aux jetables écolos.
Jardiner plus et cultiver deux trois petites bricoles.
Admirer, observer, profiter du jardin et de la nature avec les enfants. Peut-être que ce n’est pas un geste qui paraît écologique mais l’amour de la nature et la transmission de cet amour et des connaissances qui vont avec, c’est déjà le début de quelque chose non ?
Consommer des légumes et des fruits de saison. Nous le faisons déjà en principe sauf pour un fruit, la tomate, je ne peux pas m’empêcher d’en acheter toute l’année (j’ai honte), j’ai considérablement réduit cet hiver et n’ai acheté que quelques barquettes de tomates cerises.
Manger moins de viande et donc m’ouvrir au plats végétariens (gros défi pour moi de réussir à goûter certains plats sur lesquels je suis souvent très sceptiques au niveau du goût).

Et voilà, ça me paraît déjà pas si mal pour cette année ! Et vous, ça vous tente un Green challenge ? 

 

 

 

,

Vide-grenier, mon amour

Je suis une grande fan des vide-greniers. Et cela pour plusieurs raisons.

Prendre le temps
D’abord, c’est une des rares activités qui m’oblige à prendre mon temps, à observer, à flâner et dans la société actuelle, ce temps d’arrêt, cette mise en pause du quotidien que l’on parcourt souvent à un rythme effréné, peut vite se perdre.  Les vide-greniers me donnent cette sensation de non contrôle sur ce qui se passe, ce lâcher prise qui me manque ou que je n’ose mettre plus souvent en oeuvre, on ne sait pas ce que l’on cherche, ce que l’on va trouver ou pas, où l’on va, on se laisse guider et nos yeux se remplissent de mille couleurs, formes et objets parfois les plus incongrus.

Créer du lien
Les vide-greniers amènent aussi à faire des rencontres. On rencontre des objets, des époques mais avant tout des personnes. Pour cette « accro » au monde virtuel de l’internet que je suis et cette grande timide qui n’osait pas il y a encore quelques années commander une pizza par téléphone, c’est extrêmement bénéfique. Ces endroits regorgent de personnes toutes très différentes et créent du contact, et pas n’importe quel contact, un contact de ceux que j’aime, un contact « à la bonne franquette », un peu comme dans un village, entre voisins ou dans un même quartier, un contact positif où l’on se trouve des points communs avec chacun et où l’on apprend les uns des autres.
Au début je ne parlais pas spécialement dans les vide-greniers, je restais à distance des stands, les scrutant de loin, m’approchant discrètement d’un éventuel objet convoité. Et, si l’objet m’attirait véritablement, je le manipulais alors avec insistance, le retournant pour l’observer sous toutes ses coutures en prenant des mimiques de « pleine réflexion », tout ce cinéma pour « obliger » le vendeur à m’aborder, n’osant souvent pas moi-même lui demander son prix ou d’autres détails. Maintenant que ça fait quelques années que je les pratique, je m’approche sans problème, je salue facilement, j’interroge au besoin et les objets font le reste, créent des liens par leur nature, leur époque, leur origine,… On peut en apprendre beaucoup sur eux et sur leur propriétaire. C’est cette micro vie sociale de vide-grenier qui me plaît.

Assouvir une passion
Tout cela m’amène à en venir un peu plus aux objets, ces objets qui ont avant tout une histoire, qui peuvent rappeler des souvenirs, qui sont le témoin de différentes époques. Ce côté là me séduit. Et il se trouve que je suis devenue, depuis quelques années, une passionnée de jouets vintage des années 50 à 80. Je ne saurais me souvenir si ce sont les vide-greniers qui m’ont donné cet attrait pour les vieux jouets ou l’inverse, les vieux jouets qui m’ont donné envie de fouiner encore plus. J’aimais déjà les vide-greniers avant ma passion des jouets, pour les raisons énumérées ci-dessus, mais ça n’a fait qu’accentuer les choses. Et j’ai fini par acquérir un certain nombre de connaissances sur ces jouets, à savoir les reconnaître au premier coup d’oeil et à repérer leur potentiel. J’ai appris de plus en plus sur eux, à force de recherches et de discussions, à les dater, à reconnaître leur créateur, la marque, la fabrique, … leur histoire. Je n’achète pas ou plus tous les jouets qui peuvent paraître anciens, je sélectionne, je me focalise sur certaines fabriques, sur certaines époques, sur ce que je ressens face à eux. Il m’arrive de craquer mais je ne vais pas acheter dix mille fois le même jouet ou ses variantes, je n’aurais pas la place de tout stocker et ces jouets ne sont pas destinés à constituer un musée, mais à revivre dans les mains de mes enfants et les miennes.
Mon amour du vintage ne s’arrête pas qu’aux jouets : albums jeunesse, meubles, déco, vêtements pour Marmouset,… pour résumer, à la maison, on a un Polaroïd, on écoute des vinyles et notre téléphone à un fil 😉 tout cela au beau milieu de nouvelles technologies car on reste hypra connectés (trop peut-être) mais c’est compatible.

Faire des affaires et redonner vie
Pour terminer, j’aime les vide-greniers parce que ce sont tout de même de supers bons plans pour dénicher des tas de choses, acheter à moindre coût, recycler, donner une nouvelle vie à tout ce que l’on souhaite. J’apprécie donc leur côté écologique et économique également !

 

Et il se trouve que dans la famille, je ne suis pas la seule à aimer fouiner ! Et oui, Paparaignée a son péché mignon lui aussi : les jeux vidéos et les consoles, c’est un grand collectionneur et ça commence à prendre de la place 🙂 mais bon, avec tout ce que je viens de dire, je ne peux pas lui en vouloir n’est-ce pas. Et au moins les enfants seront bien encadrés sur ce point (enfin je l’espère). Ils sauront peut-être programmer et manier une manette avant de savoir parler, ça promet 😉

Bref, les vide-greniers, ce n’est même plus une passion, c’est une drogue ! Dès que l’on passe le week-end ailleurs, c’est presque la première chose que l’on regarde : y’a t-il des vide-greniers dans la région ? 😉

Ne vous étonnez donc pas de retrouver régulièrement dans la catégorie « trouvaille » du blog des articles sur nos trésors chinés ça et là.