,

TAG : Vis ma vie de maman

Sur son blog Mon Joli Coeur, Nathalie a répondu à un petit questionnaire qui tourne en ce moment sur les blogs parentaux et qui a été créé par la youtoubeuse Planète Maman.
A la fin de son article, elle m’a lancé le défi d’y répondre à mon tour. Je vais donc essayer d’être une bonne élève face aux 12 questions posées qui devraient vous en apprendre plus sur moi et mon rapport à la maternité

Lire la suite

New Challenge : Défi Green Blog

Il y a quelques semaines, j’ai découvert le blog de Marie Youpie, une fille écolo, vegan et fun ! Bref, une fille avec plein d’idées sympas et de bons plans et surtout qui porte le même prénom que moi, une fille forcément bien donc ! 😉

Et cette année, Marie lance un défi aux blogueurs/euses qui le souhaitent, un défi « green », un défi vous l’aurez compris qui tend vers l’écologie, l’amour de la planète, le respect de la nature.
Alors forcément j’en suis !

15420908_1240991629315012_1756564716777635085_n
Et pour les éventuels détracteurs qui voudraient d’ores et déjà parler de moi en disant « Ah encore une fille qui se dit écolo et qui va nous parler bio et compagnie parce que c’est la mode et nous donner des leçons parce qu’elle connaît le tri sélectif et qu’elle bouffe des pépins de courge ! », on va mettre les choses au clair tout de suite. Je ne prétends pas avoir la clé pour sauver la planète et les êtres vivants même si je kifferais ça, j’ai plein de défauts et une consommation actuelle qui comporte un certain nombre d’erreurs c’est évident mais surtout je ne suis pas devenue écolo parce que c’est « la mode », je suis tombée dans la marmite quand j’étais petite !

Sauf que quand je suis née, on ne prononçait pas encore le mot « écologie » à tort et à travers, le « concept » n’était pas encore vraiment politisé et on ne se revendiquait pas spécialement « écolos » car notre manière de vivre était juste pour nous complètement normale et nous étions nombreux à faire ainsi (ou en tout cas je le croyais car je ne pensais pas que d’autres pouvaient vivre différemment puisque c’était normal, vous suivez ?).
On récoltait les fruits et les légumes qui poussaient dans notre jardin parce que c’était NORMAL.
On allait régulièrement faire des achats dans une coopérative d’alimentation biologique comme beaucoup le faisait et ça ne nous semblait pas EXTRAORDINAIRE ni ORIGINAL (même qu’il me semble que ça s’appelait la COOP AMIS NATURE, je croyais que c’était en un seul mot car on le disait vite et j’adorais ce mot ! ) et on achetait notre miel à un ami producteur, nos fromages et yaourts au camion d’un producteur du coin qui s’arrêtait devant chez nous parce que c’était tellement SIMPLE et BON.
On triait nos déchets parce que ça faisait partie de nos HABITUDES. Dans ma classe, en ce1 je crois, un raton-laveur appelé TRITOU (trie tout) venait même, via un logiciel, nous apprendre comment faire. (Par pitié, dites-moi que quelqu’un connaît Tritou le raton-laveur car on me prend pour une allumée quand j’en parle et moi, il m’a marqué Tritou et je l’adorais, je ne l’ai pas inventé tout de même ! 😉 )
On utilisait des langes, des gants, des mouchoirs en tissu, des chiffons, des serviettes en tissu et des produits tels que le vinaigre blanc,  … Et ça nous semblait tout à fait CLASSIQUE.
On connaissait les remèdes naturels et l’homéopathie et on trouvait cela EFFICACE.
On faisait la soupe et la purée maison la plupart du temps et on trouvait cela  FACILE.
On prenait le vélo pour faire nos petits trajets dans le village parce que c’était PRATIQUE.
Et on faisait certainement tout un tas d’autres choses mais c’est tellement ancré en moi que ça ne me paraît pas spécialement INHABITUEL, original ni même « écolo ».
Finalement, ce n’est que bien plus tard, une fois adulte, que j’ai découvert que d’autres faisaient différemment, que d’autres n’avaient pas les mêmes habitudes et que oui, en effet, il se pourrait bien que je vienne d’une famille à tendance écolo.
(Maman, tu me corrigeras si mes souvenirs sont erronés hein ?)

Bref, pas besoin de se mettre une étiquette parce que c’est la mode, ça fait bien, c’est tendance, … je ne suis pas écolo, j’aime profondément la nature et l’être humain (oui toujours, malgré tout), c’est tout !
Et j’en profite pour faire un petit aparté pour dire merci à quelqu’un. Tu vois maman, tu as réussi à nous transmettre l’essentiel, tout ça c’est le résultat de l’éducation que vous nous avez donnée. De tes enfants, tous sont profondément aimants et respectueux vis-à-vis du monde qui les entoure et ça c’est absolument génial ! 

Et j’aimerais vraiment que mes enfants puissent grandir ainsi, leur transmettre à mon tour tout cela, que ce soit naturel pour eux, qu’ils n’aient pas l’impression de faire un effort particulier, une démarche de fou, qu’on ne les félicite pas spécialement pour cela ou qu’on ne leur dise pas « ah ouais tu fais ça, c’est top ou c’est dingue ! » parce que, pour moi, c’est juste la vraie vie, faire attention à nous, à la nature, aux animaux, aux autres, à la planète, à l’endroit où l’on vit sans y réfléchir, connaître le nom de quelques plantes, savoir semer, connaître les animaux, être capable de réparer, de construire, d’imaginer, coudre, jardiner, cuisiner, récupérer, transformer, ce n’est pas écolo, c’est NORMAL !

 

15493766_1240991385981703_9144426978930651484_o

Ceci étant dit, revenons à nos moutons !
Comme aujourd’hui, il faut croire que c’est malheureusement devenu original ou inhabituel de vivre ainsi, comme de plus en plus de gens ne grandissent plus avec ce genre de considérations, ne savent plus faire tout cela car tout est facile, donné, construit, on peut jeter, on peut acheter, on a le choix (un peu trop peut-être) alors on voit fleurir sur le net des idées, des astuces, des bonnes adresses pour revenir aux bases, pour se rappeler ou découvrir comme il est assez simple de faire autrement, souvent plus économique et toujours plus écologique ou plus respectueux de l’environnement. Et comme moi-même, j’ai perdu en connaissance sur le sujet et j’ai encore beaucoup à apprendre et surtout comme ça me plaît, je me lance dans le projet de Marie Youpie : le défi green blog.

L’idée c’est que les blogueurs/blogueuses qui le souhaitent puissent partager avec tous leurs astuces, idées, pratiques, petits gestes pour la planète et se lancent des petits défis pour continuer à agir dans ce sens au travers d’articles postés sur leur blog et sur une page facebook à laquelle vous pouvez donc vous abonner : Défi Green Blog : les blogueurs s’engagent !

 

Comme ce n’est pas complètement nouveau pour nous, voici en vrac une bonne partie de ce que nous faisons déjà à la maison :

– utiliser des piles rechargeables
– acheter bio, made un France, local, … le plus souvent possible
– se déplacer en transport en commun ou à pied, bon c’est vrai, facile puisqu’on n’a pas de voiture (et comme j’avoue tout, après 10 ans sans, cette année on risque de craquer)
-trier nos déchets
– utiliser des lingettes et couches lavables pour les enfants
– fabriquer le liniment pour bébé (c’est tellement simple !)
– utiliser peu de produits cosmétiques ou des produits bios/naturels
– utiliser des produits naturels et écolos pour l’entretien de la maison : vinaigre blanc, pierre blanche, blanc de meudon, bicarbonate, microfibres, …
– utiliser des sacs en tissus pour nos courses et refuser de plus en plus les sacs du commerce
– utiliser un oriculi au lieu des cotons tige (ça, c’est très récent) et une cup au lieu des serviettes
– donner des papiers brouillons aux enfants pour les dessins
– user et abuser des vide -greniers, des sites d’occasion,… pour donner, vendre, acheter et redonner une nouvelle vie
– surveiller les étiquettes et bannir autant que possible les produits contenant de l’huile de palme (entre autre)

Et à présent, voici notre défi 2017 : 10 petits challenges que nous nous sommes fixés !

Des articles à une fréquence complètement aléatoire viendront au fur et à mesure de l’année rendre compte de notre engagement dans ces défis et de nos petites « victoires ».

Faire notre compost. Oui car ça y est nous avons une maison et un jardin. Plus d’excuses cette fois-ci ! Nous aimons faire la cuisine (même si nous avons cédé à la tentation Picard en particulier ces derniers temps avec le travail, les enfants et le déménagement), la soupe et la purée sont toujours maison alors ça en fait des épluchures. Il y avait un bac à compost dans le jardin lorsque nous avons emménagé mais il y avait un peu n’importe quoi dedans, il était mal situé, et le bac était dans un trés mauvais état. Nous avons de la chance, notre ville distribue des bacs moyennant une toute petite caution et nous offre également une réunion/cours pour apprendre comment le gérer !
Réduire l’usage de l’essuie-tout, des mouchoirs jetables et des cotons démaquillants
Utiliser des shampoing et savons solides et sans huile de palme (oui j’ai appris récemment que même 90 % des fabriquants de savons de Marseille et d’Alep en utilisaient lors de la fabrication)
Ressortir la yaourtière et me remettre sérieusement à la cuisine, biscuits maison, petits plats, …
Réduire les produits bio de supermarché suremballés au profit des produits de magasins bios en vrac et du marché.
Reprendre les couches lavables parce qu’avec le déménagement, j’étais passé aux jetables écolos.
Jardiner plus et cultiver deux trois petites bricoles.
Admirer, observer, profiter du jardin et de la nature avec les enfants. Peut-être que ce n’est pas un geste qui paraît écologique mais l’amour de la nature et la transmission de cet amour et des connaissances qui vont avec, c’est déjà le début de quelque chose non ?
Consommer des légumes et des fruits de saison. Nous le faisons déjà en principe sauf pour un fruit, la tomate, je ne peux pas m’empêcher d’en acheter toute l’année (j’ai honte), j’ai considérablement réduit cet hiver et n’ai acheté que quelques barquettes de tomates cerises.
Manger moins de viande et donc m’ouvrir au plats végétariens (gros défi pour moi de réussir à goûter certains plats sur lesquels je suis souvent très sceptiques au niveau du goût).

Et voilà, ça me paraît déjà pas si mal pour cette année ! Et vous, ça vous tente un Green challenge ? 

 

 

 

Nouvelle année, nouveau projet 52

Bon, c’est décidé, il m’aura donc fallu finalement moins de 5 minutes pour me dire que je rempilais ! 
Si vous ne savez pas de quoi je parle, c’est très simple : le projet 52 !

Le projet 52, c’est 52 semaines, 52 thèmes, 52 photos et c’est lancé depuis 4 ans par Millie du blog C’est quoi ce bruit !
J’y ai participé en 2016 en ajoutant des « articles » ou des petites pensées à mes photos.

projet-52-logo-2017
Pour 2017, j’envisage les choses différemment, ce sera seulement des photos et sur Instagram. Oui parce que j’ai tendance à m’étaler, je suis comme ça, je parle et j’écris beaucoup, ça peut ne jamais s’arrêter (vous voyez ! ). Du coup ça m’a pris du temps et comme j’en manque déjà, j’ai laissé de côté des articles que j’aurais aimé publier. Une façon de me simplifier les choses donc, si j’y arrive.

Alors, si ça vous dit, vous pourrez me suivre désormais sur Instagram pour le Projet 52 mais pas que. J’ai réussi à m’y mettre et je crois que je vois à présent, à peu près, comment ça fonctionne.
Araignée au Plafond – Compte Intagram

Et si vous voulez en savoir un peu plus sur le Projet 52 et si vous voulez en être, c’est par là .

Et pour terminer, voici les thèmes de cette année.

projet-52-2017

{Projet 52, semaine 52} Merci

Nous y sommes ! 
La dernière semaine du Projet 52.
Enfin !

Non alors, entendons-nous bien, j’ai adoré participer à ce projet hein mais avec le retard que j’avais pris, je n’en voyais plus le bout 🙂

Alors « Merci », mais merci à quiiiiiii, à quoiiiiiiiiiiiiiii (pardon, une petite poussée de Patrickbruélite ou un moment de tristesse et de solitude infinie ou les deux peut-être 😉 )
Bref, il y a tellement de monde à qui je pourrais dire merci, la famille, des amis, des collègues, des connaissances, et même des inconnus en fait, plein !
Et bien finalement, pour éviter de m’étendre et de faire pleurer dans les chaumières, je dirai juste merci à ces deux bouilles d’amour, parce qu’ils ont été les sujets d’au moins 80 %  des articles du Projet, qu’ils ont pris la pose (ou pas) pour tout autant de photos et que sans eux, je n’aurais probablement pas commencé tout ça ! Et voilou (oui je vous avais caché que j’aimais terminer mes phrases par « voilou », je sais un mythe s’effondre)

img_5969

Oui je sais, c’est horrible, mes enfants n’ont pas de tête ! 

{Projet 52, semaine 51} Famille

Pour cette semaine 51 du Projet 52, et en ces temps de fêtes de fin d’année, évidemment avec le thème « famille », la photo s’annonçait facile.

Et pourtant non, pas une de ces photos de groupe devant le sapin ou attablés, pas une des ces photos où l’on trinque ou bien où l’on s’embrasse, pas une de ces photos pleine de rires et de paillettes.

Une famille, oui, mais pas celle là. Une autre image de la famille, plus intime, plus restreinte, plus imaginaire, une famille tout en douceur, une famille en devenir.
img_6077

 

{Projet 52, semaine 50} Dans mon lit

Le Projet 52 touche à sa fin et pour la semaine 50, il s’approche au plus près de mon intimité pour vous faire voir ce qui se passe « Dans mon lit »

Hé hé,…

Oui mais non, pas d’infos croustillantes en vue, c’est pas la fête du slaïp non plus (oui parfois je m’écarte du droit chemin littéraire mais je fais ce que je veux, c’est mon blog ha ha).
Et dans mon lit, en fait, à bien y regarder, voici ce qu’on y trouve le plus et le plus souvent !

img_5493

Une tétée, une caresse, un peu de jalousie par ci, un peu de câlinou par là et du plaisir partagé. 

 

{Projet 52, semaine 49} ça brille

Et pour la semaine 49 du Projet 52 et son thème « ça brille », cette photo.

img_5747

Oui, ici, les poissons sont violets et volent dans le ciel.
Je ne vous avais pas dit que j’habitais le pays des Bisounours ? 

{Projet 52, semaine 48} Au boulot

Pour cette semaine 48 du Projet 52, la photo sera encore en lien avec le sujet de ces dernières semaines, à savoir le déménagement ! Le thème : « Au boulot ».

Parce qu’après avoir vidé et rangé un certain nombre de cartons, est venu le temps de monter les meubles que nous avons achetés pour achever l’aménagement des espaces.

Et ici, tout le monde s’y met. Il faut dire que pour certains meubles d’une grande enseigne suédoise bien connue, pas besoin d’être un expert, même Marmouset a réussi à visser avec les petites clés fournies.
Pour Caillou, n’exagérons rien, le tournevis en plastique fera l’affaire histoire de, mais il a déjà le geste 🙂

img_5647

{Projet 52, semaine 47} C’est chiant

Difficile de répondre au thème de cette semaine concernant le Projet 52 : « C’est chiant ». Difficile car ma maman n’aura eu cesse de répéter à la fausse rebelle que je suis que l’on ne dit pas « c’est chiant ». Et là, je dois l’écrire. Je ne dois pas écrire c’est pénible, c’est désagréable ou c’est ennuyeux mais véritablement ce qui me viendrait naturellement et que j’essaie d’arrêter de dire 😉

Et en cette semaine 47, il y a quelque chose de véritablement pénible qui pourrait me pousser à ressortir mon éternel « c’est chiant ». 
Las cartons !

Pas les cartons à ouvrir et dont il faut ranger le contenu (même si ça aussi, à défaut d’être chiant c’est un peu relou) mais les cartons vides qu’il reste après le rangement. Les cartons à déplier, à aplatir et à plier à nouveau pour les faire entrer dans les poubelles de tri. Les cartons que les éboueurs ne peuvent plus prendre car il y en a beaucoup trop ou qu’ils sont bien trop imposants au point qu’il nous faudrait probablement une benne juste pour nous. Les cartons que l’on ne peut pas laisser dehors en attendant le passage des encombrants au risque qu’ils prennent la pluie et qu’ils se transforment en espèce de mélasse impossible à déplacer. Les cartons dans lesquels saute le chat ou se cachent les enfants et qui envahissent la maison car ils sont un formidable château fort ou le lendemain une maison des trois petits cochons. Les cartons que l’on remplit d’autres cartons inlassablement puisque de petites mains ne cessent de les vider pour en mettre partout ou faire une barricade.
Je croyais que ce serait plus facile de défaire les cartons que des les faire.
Je crois bien que j’ai eu tort.

Il y a plus grave, c’est vrai, mais quand même, si on ne peut pas le dire, on peut peut-être le chuchoter discrètement « les cartons de déménagement, c’est chiant »

15541229_711671395658296_5444432684616562261_n

{Projet 52, semaine 46} Cocooning

Pour cette semaine 46 du Projet 52, le thème est : « cocooning ».
Mais le cocooning, c’est quoi ?
Et bien sur un site bien connu dont je ne citerai pas le nom (commençant par « wiki » et se terminant par « pedia »), on trouve cette phrase lorsque l’on recherche ce mot : l’attitude consistant à se trouver si bien chez soi qu’on n’est guère poussé à en sortir excepté pour les nécessités vitales.

La parfaite définition de ce que l’on vit en ce moment donc ! Parce que depuis notre emménagement, et surtout depuis que nous avons sorti un peu plus la tête des cartons, le cocooning est devenu notre maître mot. Nous nous sentons juste bien. Il y a de l’espace et des espaces différents en fonction des activités et des envies.

L’attrait de la nouveauté qui donne l’envie d’y rester des heures durant et de se couper du monde. La nouveauté s’estompera progressivement mais l’attrait et le bien-être resteront encore bien longtemps j’espère !

img_5774

Un petit bout de notre chez nous où l’on cocoone volontiers, la mezzanine du salon, un grand tapis en moumoute, des coussins et c’est parti pour de longs moments à écouter des histoires ou de la musique et à câliner. Même le chat y trouve refuge régulièrement.