Pas de Noël sans sablés

Le 23 décembre, nous avons expérimenté avec Marmouset une recette classique de Noël : les sablés. Classique et très simple certes, mais qui ne déçoit jamais. Ce fut un succès, non seulement du point de vue des « goûteurs » mais aussi de celui du cuisinier. Marmouset a en effet adoré réaliser cette recette, manipuler les emporte-pièces et le rouleau comme il le fait déjà avec sa pâte à modeler. Comme d’habitude, il n’a pas tellement voulu les manger après mais ce n’est pas un problème, nous on s’est bien régalé et on en a fait profiter les copains chez la nounou en allant leur faire un petit coucou.
Voici donc la recette, c’est pour 10 personnes (nous avons divisé par 3 et nous en avions une grande plaque)
Ingrédients
– 3 oeufs
– 500 g de farine
– 250 de beurre mou
– 250 g de sucre en poudre
– (facultatif) un jaune d’oeuf ou un peu de lait pour dorer

Préparation
Battre le beurre pour qu’il devienne pommade.
Ajouter les oeufs, le sucre et battre à nouveau (pendant 10 min).
Ajouter la farine, pétrir à la main pour former une boule.
Laisser reposer un peu au frigo (facultatif).
Sortir la pâte du frigo, la malaxer pour l’attendrir un peu au besoin puis l’abaisser sur 1 demi centimètre d’épaisseur environ.
Avec des emporte-pièces, découper des petites formes et les déposer sur une plaque garnie d’une feuille de papier cuisson.
Recouvrir chaque biscuit d’un peu de jaune d’oeuf ou de lait pour que ça dore (facultatif, nous on a oublié et ça allait tout de même très bien).
Faire cuire 10 mn environ à 150°C. (un peu plus longtemps si on a fait des biscuits un peu plus épais)
Les biscuits sont encore un peu mous à la sortie du four et continuent à sécher après la cuisson.
IMG_0623 IMG_0636
IMG_0640

Et bien sûr, après le travail, encore un peu de travail, notre petit cuisinier en herbe n’oublie pas le nettoyage du plan de travail et la plonge 😉
Si, si, je vous assure qu’il insiste et qu’aucun enfant n’a été maltraité sur ces photos 😉 (J’ai d’ailleurs pris des photos histoire de lui rappeler dans quelques années à quel point il insistait pour le faire, mwouaahahaha).
IMG_0626 IMG_0627
Bon appétit !

Le premier sapin

Comme tout le monde y va de son petit sapin, aujourd’hui, en ce beau jour de Noël, je vous dévoile le notre. Rien de transcendant hein, rien d’exceptionnel ou de très différent, juste notre sapin, notre premier ! Marmouset est maintenant assez grand pour le décorer alors on ne pouvait pas ne pas en faire un cette année. Enfin un vrai quoi ! Oui car l’année dernière, notre sapin se résumait à quelques branchages décorés, un sapin un peu particulier donc, très sommaire, symbolique, un brin design (ou pour faire genre). Cette année, on entre donc dans la tradition, la vraie mais pas question pour autant de se ruer dans les magasins de déco pour faire le plein de boules et de guirlandes, on n’est pas comme ça (et surtout on n’a pas eu le temps 😉 ), oui on est des fous nous !
IMG_0665
Bon pour tout vous avouer, Paparaignée, lui, vous dirait sûrement qu’il le préfèrerait « assorti », genre on choisi 2 couleurs et on s’y tient et on accorde tout bien comme il faut avec les petites figurines en bois aussi parce que c’est important, que ça lui rappelle son enfance et que c’est toujours comme ça, tout doit toujours être assorti, les chaises, la vaisselle alors le sapin aussi 🙂 Mais moi il me plaît bien ainsi notre sapin, un peu fait n’importe comment avec tout un mélange improbable, moi j’aime bien le « dépareillé ». Alors le reste du temps, je donne raison à Paparaignée, je me résous à avoir des chaises toutes les mêmes autour de la table, à acheter les assiettes creuses qui vont avec les plates qu’on a déjà mais là, pour le sapin, c’est éphémère, je peux bien me faire ce petit plaisir non ? 😉
Notre sapin mêle donc un tas de petites choses : l’étoile en tissu qui décorait l’ancien berceau de poupées de Marmouset, les petits sapins et la guirlande de chez Hema qui nous avaient plu l’année dernière (et qu’on aurait pu fabriquer nous-même en fait), les décos réalisées par Marmouset chez la nounou l’année dernière et cette année, le petit cheval offert avec des chocolats par une voisine, les décorations apportées par Tatieraignée et la boule Mickey (oui parce que Marmouset est hyper fan de la souris aux grosses oreilles),… Finalement, un sapin qui nous ressemble ou qui nous raconte un peu en somme !
IMG_0670 IMG_0673 IMG_0671

 

Mon beau sapin… feuilleté

Période de Noël oblige, on teste ou reteste toutes les recettes traditionnelles ou clin d’oeil aux fêtes de fin d’année. La semaine dernière, la super nounou de Marmouset a partagé une vidéo sur les réseaux sociaux de la réalisation d’un sapin en pâte feuilletée au chocolat. Ni une, ni deux, nous avons été convaincus par la facilité et rapidité de la recette (c’est qu’avec deux petites araignées, pour le moment, on a remis à plus tard les gâteaux à étages, glaçages de ouf et pâtisseries à la Cyril Lignac 😉 ).
IMG_0564Pour que Marmouset participe vraiment et parce que nous avions des pommes en train de se perdre, nous avons choisi de faire une version à la compote car après tout on y met ce qu’on veut dans son sapin.

Ingrédients
– deux pâtes feuilletées
– de la compote du commerce ou une compotée maison
– un jaune d’oeuf ou du lait pour dorer

Etapes
Pour réaliser une compote maison, rien de plus simple, on épluche et on coupe les pommes en petits morceaux et on laisse réduire et ramollir dans la casserole avec un peu de sucre et un peu d’eau si besoin. Même pas besoin d’écraser si on aime avoir un peu de morceaux.
Pour cette étape, Marmouset a été mis à contribution, trop heureux de pouvoir utiliser son petit couteau.
1_001 IMG_0560Ensuite, on déroule une pâte feuilletée et on étale la compote en formant un sapin. Puis on recouvre avec une autre pâte feuilletée et on découpe en suivant la forme du sapin. On ne jette pas le reste de la pâte car avec, on peut faire de simples chaussons (ou d’autres formes) fourrés eux aussi à la compote ou à autre chose.
2
Sur notre sapin, on découpe horizontalement des branches de chaque côté et on fait des torsades avec. Comme ce n’est pas très parlant, voici le lien de la vidéo en question. Avec une compote chaude, il n’est pas très facile de faire de belles torsades car la pâte colle et devient toute molle mais on y arrive quand même plus ou moins.
3Ensuite on dore le tout au jaune d’oeuf ou au lait et hop au four 20 minutes à 180°.

Il n’y a plus qu’à se régaler, et surtout on peut décliner cette recette toute bête avec de la confiture, du chocolat, … ou en apéritif avec du chèvre, des lardons, du pesto, … Alors à vos fourneaux !

 

Des manneles pour le 6 décembre

Depuis quelques semaines, chaque week-end, avec Marmouset, on essaie d’avoir un petit moment rien qu’à nous, un moment culinaire !
Depuis que Caillou est né, on garde cette bonne habitude, entre deux tétées et souvent avec l’aide de Paparaignée, on court à nos fouets et tabliers ! Marmouset adore mélanger les ingrédients, casser les oeufs, verser la farine, et aussi nettoyer son plan de travail comme tout bon pâtissier qui se respecte ! Il n’est d’ailleurs pas impossible que le Père-Noël ait vu les prouesses de notre cuisinier en herbe et ne lui fasse un cadeau en conséquence, …
Cette activité l’occupe bien et lui fait découvrir de nouvelles saveurs (quoique Marmouset aime cuisiner le sucré mais pas forcément le manger, il préfère le fromage et le saucisson comme maman).

J’ai donc décidé d’ouvrir une catégorie « cuisine » sur le blog pour vous faire un peu profiter de ces moments de partage en famille et des recettes qui vont avec.

Le 6 décembre, la Saint-Nicolas
Le 6 décembre dernier, c’était la Saint-Nicolas et si je vous en parle, c’est parce que la recette que je vais vous présenter ici y est étroitement liée. Même si je n’y vis plus, dans ma Lorraine natale, la Saint-Nicolas, c’est sacré ! Avant le Père-Noël, c’est lui qui passe dans les écoles et les maisons pour nous gâter (oui, on a trop de chance dans le Nord-Est, c’est double tournée de cadeaux).
Saint-Nicolas, ça ne vous dit vraiment rien ? C’est le Saint Patron des enfants, il récompense ceux qui ont été bien sages tandis que le Père Fouettard châtie les moins méritants 😉 Bon je vous passe les détails de la légende liée à cette fête, vous pourrez la trouver facilement sur le net. Mais pour vous en dire deux mots quand même, c’est pas tout rose, une histoire d’enfants coupés en morceaux par un méchant boucher mais heureusement tout fini bien puisque le grand Saint-Nicolas leur redonne vie ! Bref, chez nous tout le monde la connaît et aujourd’hui, loin de ma région, je me charge de l’exporter dans les classes dans lesquelles j’enseigne.
En tout les cas, pour célébrer dignement la Saint-Nicolas, tradition oblige, on mange des bonhommes en brioche, appelés selon le coin d’où l’on vient mannalas ou manneles. Il ne se passe donc pas une seule année sans que je cours toute la ville à la recherche de la précieuse viennoiserie. Mais là où j’habite aujourd’hui, loin de ce moment de fête, les bonhommes sont difficiles à trouver alors depuis quelques années, je les fais moi-même. Et cette année, j’ai décidé qu’il était temps pour Marmouset d’y goûter aussi.

Mannalas ou Manneles

Ingrédients (pour 4 personnes)
-500 g de farine
-environ 20 g de levure boulangère (en boulangerie, pas en supermarché, c’est beaucoup mieux)
-100 g de sucre
-100 g de beurre
– une pincée de sel
– 2 oeufs
– 200 g de lait

Etapes
Délayer la levure dans 100 g de lait tiède et verser le tout dans un saladier. Ajouter 100 g de farine et mélanger.
Couvrir le saladier avec un linge propre et laisser lever 20 minutes (et là trouvez de

 

quoi faire patienter votre monstre, genre ici lire 3 fois de suite Boucle d’Or, Marmouset est fan).
Faire fondre le beurre dans une casserole avec les 100 g de lait restants, le sucre et le sel. Ajouter cette préparation dans le saladier couvert, mis de côté auparavant.
Ajouter les 2 oeufs et le reste de la farine (400 g) progressivement.
Pétrir pendant 15 minutes (si vos muscles semblent inexistants comme chez moi, alternez avec l’homme ou alors utilisez un robot).
Couvrir à nouveau et laisser lever 30 minutes.
Former des cylindres, de 3 cm de diamètre et 15 cm de long. Inciser ces boudins avec des ciseaux : une fente en bas pour séparer les jambes, deux fentes de biais sur les côtés pour former les bras et la tête. Poser ces ébauches de bonhommes sur une plaque farinée ou recouverte de papier cuisson. Dorer avec du jaune d’oeuf ou du lait, former les yeux et éventuellement trois boutons sur le corps avec des raisins ou pépites de chocolat.
Laisser à nouveau lever 20 minutes.
Mettre au four thermostat 6/7 à chaleur tournante pendant 25 minutes.

 

Une chambre pour deux

Le déménagement, ce n’est pas pour maintenant. Et finalement, notre trois pièces, on l’aime vraiment bien en fait et on ne le quittera probablement que pour le projet de nos rêves (donc pas tout de suite). Mais avec l’arrivée de notre nouvelle petite araignée, il a fallu composer différemment avec notre intérieur. Pour le moment, Caillou a intégré notre chambre mais dans quelques semaines, mois tout au plus, il rejoindra Marmouset dans la sienne.

Il y a encore quelques temps, la chambre de Marmouset, c’était ça.
IMG_20150930_163808IMG_20150930_163828Un nouveau lit, une petite réorganisation des différents espaces et quelques ajustements déco plus tard, voici à présent la chambre des garçons. Et même si, au gré des envies, des idées, des découvertes, des bricolages (et des bêtises) cette pièce sera en perpétuel mouvement, on voit ainsi qu’une petite douzaine de m2 pour loger deux monstrouilles en devenir, c’est possible !
IMG_0485La chambre est plus ou moins divisée en 3 espaces : l’espace détente, l’espace dressing et l’espace jeu mais dans un souci de gain de place, ces « coins » s’entremêlent » tout de même et certains meubles, ou recoins abritent une double fonction !
En parlant de meubles, la plupart ont été chinés ça et là, nettoyés, poncés, modifiés et/ou repeints dans des tons taupe et anis.

L’espace « détente » : lecture, dodo, câlins
Les deux lits des garçons.
Pour Caillou, un lit bébé acheté sur Leboncoin, agrémenté d’un tour de lit Petit Pan.
Pour Marmouset, un lit légèrement plus grand, dont on pourra enlever les barreaux le moment venu pour le transformer en lit junior. Et plus de turbulette, Marmouset a une couette ! Comme papa et maman et il n’en est pas peu fier !
IMG_0496bis IMG_0497bis
Lit Pic Epeiche / Lit évolutif Charles de Pinolino / Housse de couette Ferm Living

Au fond, un tapis et deux coussins, entre la bibliothèque et la petite table de chevet de Marmouset. Un coin sous la fenêtre, lumineux et légèrement caché, pour des petits moments à faire des câlins, à lire des histoires aux doudous, à faire des puzzles ou jouer aux cubes qui remplissent les tiroirs.
IMG_0503bis
Comme une grande partie des meubles, les touches décos et les jouets sont pour beaucoup made in vide-greniers, mes coups de coeur vintage, essentiellement Fisher Price et Educalux et avec lesquels, à ma grande joie, Marmouset prend énormément de plaisir à jouer ! IMG_0499bis IMG_0502bis IMG_0504bis

Mobile Educalux
Tapis Ferm Living / Coussins de sol Castorama
Affiche originale Fisher Price / Cheval avec calèche et tour-culbuto Educalux

L’espace « dressing » : change, habillement, linge
Dans cet espace, le plus de cette pièce : le placard intégré double et profond, un côté pour Marmouset, un côté pour Caillou et un immense gain de place pour tout le monde. Vêtements, chaussures, lit pliant, cosy, couches lavables, moyens de portage, tapis de jeux, linge de lit, … tout y rentre !
Et juste à côté, une table à langer, que dis-je LA table à langer. Un meuble que nous avions avant, quelques planches, des outils et un grand-père ingénieux et bricoleur, mélangez le tout et vous obtenez une table à langer made in « Mon papa » avec porte-manteaux sur un côté, étagère amovible de l’autre et le tout bien fixé.
IMG_0487  Et il reste même de la place pour des jouets, encore et toujours des jouets !IMG_0487modif

L’espace « jeu » : cuisine, voitures, poupées, construction, musique …
Un grand tapis, des jouets cachés un peu partout (placards, coffre, boîtes sous les lits) et quelques images de jeux vidéos encadrées (on sent le Paparaignée geek) pour un espace où ranger/déranger pendant (presque) des heures est un vrai plaisir.

IMG_0494bisCuisine maison à retrouver ici / Coffre à jouet trouvé dans la rue / Tapis IkéaIMG_0510bis    Garage et ferme Fisher Price

IMG_0491modifIMG_0489modif

Coin « musique » dans le meuble de la table à langer.
Cheval en bois et poussette chinés et remis à neuf. 

Les trouvailles du week-end

« Quoi, comment ? » me direz-vous, « Encore le temps de flâner et de chiner juste après avoir tout récemment accueilli Caillou dans leur toile ?! ».
Meuh non ! Bien sûr, je n’ai plus une minute comme tout parent. Il ne s’agit donc pas ici de parler des trouvailles du week-end dernier.
Ce petit article revient sur les découvertes du week-end précédent, les trouvailles du dimanche 29 novembre exactement, soit quelques heures avant que Caillou ne montre le bout de son nez ! Ouf, c’était moins une !

Le matin même de ce dimanche 29 novembre, vers 5-6h, je me suis résolue à aller à la maternité, quelques maux de ventres et contractions devenant un peu plus intenses. Visiblement en pré-travail, Caillou risquait fort de faire son apparition dans la journée aux dires de la sage-femme, mais habitant à quelques minutes de la maternité, je pouvais rentrer chez moi jusqu’à ce que ça s’accélère.
C’était mieux en effet, histoire de manger, prendre une douche, profiter encore un peu de Marmouset, lui expliquer ce qui allait se passer, … et peut-être aller à la braderie de jouets à quelques rues de la maison ! Oui même à ce moment important de notre vie,  je pensais à la braderie, mère indigne ! 😉 Pour la bonne cause évidemment 😉 , marcher allait sûrement permettre d’accélérer le travail.
Nous nous étions donc dit qu’après la sieste de Marmouset, on y filerait en famille. C’était sans compter sur le retour fulgurant des contractions juste avant le dit réveil. Mais je n’avais pas dit mon dernier mot, Paparaignée et Marmouset iraient et se feraient chercheurs d ‘or à ma place pendant que je resterais au repos, prête à dégainer mon téléphone pour leur dire si oui ou non il fallait prendre tel ou tel jouet.
Quelques coups de fil après, je récupérais 2 trésors ! Au retour des garçons, je montais en mode baleine sautais dans le bus pour la maternité. Quelques heures après, Caillou arrivait.

Quel timing ! Et voici ce que j’ai enfin eu le temps de bien nettoyer, tester, admirer dernièrement.

IMG_0449Une machine à piquer le papier, vintage ! En parfait état, elle permettra à Marmouset et Caillou de faire comme maman et dans un même temps d’entraîner leur motricité fine avant que je leur cède mon tricotin 😉 Une bien belle machine en boîte avec mode d’emploi et premiers petits modèles de couture. Elle fait des trous dans le papier, et ensuite à l’aide d’une aiguille en plastique on passe la laine dessus dessous, dessus dessous pour coudre. Il manque malheureusement l’aiguille mais une aiguille type de celles à faire du crochet devrait faire l’affaire, je vais bien trouver.

IMG_0450Une machine à imprimer sans encre de chez Nathan, là encore datant des années 80, en parfait état, quasi complète, en boîte avec manuel. Elle permet d’imprimer en série, des lettres, mots, images, … grâce à des craies type craies grasses et un système rotatif.
IMG_0456Eh eh, à moi les billets de banque en série, je suis riche !IMG_0455 IMG_0454

Et dire qu’à quelques heures près, nous serions passés à côté de ça !!