,

Une sortie théâtre pour les petits

Aujourd’hui, si vous habitez Paris ou à côté, je vous parle d’une idée de sortie pour vos petits.
Ces deux dernières semaines, c’était les vacances et il a fallu redoubler d’imagination pour varier les activités extérieures, car un Marmouset enfermé toute la journée, c’est bien trop risqué 😉
Le hic c’est que Marmouset n’a que 2 ans et les musées, cinémas, ateliers divers et variés (musique, kapla, sports,…) sont nombreux à Paris et en région parisienne mais bien souvent accessibles à partir de 3 voire 4 ans.
Evidemment, à partir de 2 ans, il y a l’incontournable Cité des enfants à la Villette  mais depuis l’incendie de l’été dernier, certaines activités restent encore fermées.

Et finalement, en cherchant bien, on peut trouver un secteur très riche en propositions pour les plus petits : le théâtre. En effet, Paris regorge de nombreux théâtres et salles de spectacle accueillant les enfants avant deux ans et même parfois dès 6 mois ! Pour n’en citer que quelques uns, le Théâtre Villette, la Comédie Tour Eiffel, la Cachette, le Funambule Montmartre et ma récente découverte l’Atelier de la bonne graine.
Et c’est ce dernier que je souhaite vous faire découvrir à mon tour, à travers cet article.

L’Atelier de la bonne graine

L’Atelier de la bonne graine est un tout petit théâtre niché dans une toute petite rue pavée : le passage de la bonne graine, qui, pour les connaisseurs, relie l’Avenue Ledru Rollin à la rue du Faubourg Saint Antoine dans le 11ème arrondissement de Paris. Un quartier que je trouve très agréable et où il fait bon se promener, situé à quelques minutes de la place de la Bastille.

atelier de la bonne graine
J’ai découvert ce théâtre par hasard en fouinant sur le net, cherchant une solution de secours car le spectacle auquel je souhaitais emmener Marmouset au départ affichait complet. En même temps, j’aurais dû m’en douter, s’agissant de l’adaptation de l’album Petit bleu petit jaune du fameux Léo Lionni, un best-seller chez les moins de 6 ans ! Vous connaissez forcément ou au moins, s’il est à l’école maternelle, votre enfant connaît lui et si ce n’est pas le cas, changez immédiatement d’école 😉 Non, je plaisante évidemment mais je dois bien avouer que je n’ai encore jamais vu aucune école qui ne disposait pas de cet ouvrage traitant implicitement de la différence et faisant un carton à chaque lecture.

Mais je m’égare. Revenons à mon nouvel endroit préféré, l’Atelier de la bonne graine.

Dirigée par la compagnie Poudre de Sourire, ce petit théâtre est essentiellement dédié aux tous petits. Certains spectacles sont même accessibles dès 7 mois. Un gros avantage lorsque vous avez un grand encore un peu petit et un bébé et que vous cherchez une possibilité de sortie commune.

Ce théâtre met à l’honneur les marionnettes. Personnellement, lorsque j’entends le mot « marionnette », l’image qui me vient d’emblée est celle de dizaines d’enfants hurlant « Guignol, Guignol » dans un immense brouhaha, excités devant quelques personnages accrochés au bout d’un bâton apparaissant derrière une maisonnette de bois, bref, vous l’aurez compris, ça ne m’a jamais donné très envie. Halte aux préjugés puisqu’ici, la marionnette se décline sous toutes ses formes : à fils, à main, en papier, sur masques, en ombre, en musique, avec comédiens apparents, mêlés à des images animées,… et plus encore. Et rien qu’en regardant la devanture du petit théâtre, j’étais déjà happée par ce monde.

IMG_3037 IMG_3039
Les spectacles ont lieu les mercredis, samedis, dimanches ainsi que tous les jours de vacances scolaires.
En plus d’une dizaine de spectacles par an, l’Atelier de la bonne graine propose des activités sous forme d’ateliers permettant aux enfants à partir de 5 ou 6 ans, accompagnés par leurs parents, de découvrir l’art de la marionnette ou encore de s’initier au cinéma d’animation. Un atelier « contes » est également mis en place chaque premier samedi du mois.

Et parmi la programmation, c’est Le petit collectionneur de couleurs que nous avons choisi pour la toute première sortie de Marmouset au théâtre. Un spectacle tout en papier, interprété la Compagnie Gazelle.

IMG_3033
PETIT-COLLECTIONNEUR-DE-COULEURS-LE_ouvrage_popin

Il s’agit de l’adaptation d’un album jeunesse que nous aimons bien : Le petit collectionneur de couleurs de Sylvie Poillevé. L’histoire d’un petit bonhomme et de son doudou nuage qui voyagent à travers différents pays découvrant ainsi les couleurs. Nous avons lu et relu l’album à Marmouset avant de l’emmener au spectacle pour qu’il puisse vraiment accrocher tout de suite étant donné qu’il n’avait jamais encore assisté à un spectacle de 45 minutes dans la pénombre.

 

Je n’ai malheureusement pas pu y assister, c’est Paparaignée qui a accompagné Marmouset pendant que je me suis baladée avec Caillou, nous avions trop peur qu’il se réveille et hurle en pleine représentation et nous avons préféré ne pas tenter le coup en famille pour cette fois.
Je sais néanmoins que le succès était au rendez-vous puisque Marmouset, comme d’autres, a tout de suite reconnu les personnages de ce théâtre de papier et qu’à la sortie, il est venu me chercher pour m’emmener à l’intérieur en criant « Encore ». 🙂
Paparaignée m’a fait un petit compte-rendu. Le spectacle est visuellement très joli, fidèle à l’album avec le côté musical en plus puisqu’il est agrémenté de quelques chansons. Un spectacle très apprécié par le petit public qui était là avec néanmoins un petit bémol pour Paparaignée, le fait que les couleurs ne soient pas énumérées avec les différentes nuances comme dans l’album : « jaune citron, jaune soleil, jaune bouton d’or ». Il est vrai que c’est une chose que nous aimons beaucoup avec Marmouset lorsque nous lisons l’album : repérer les objets annoncés dans l’énumération sur l’image, observer les différentes nuances, s’amuser à imaginer différents autres tons de jaune, rouge, bleu, … en plus de ceux déjà annoncés (« jaune comme… »).

 

Un spectacle à aller voir. Un petit théâtre à découvrir. Un joli quartier à arpenter. Et si le temps le permet, vous pourrez même prolonger cette belle sortie en traversant la rue du Faubourg Saint Antoine pour vous rendre dans le chouette parc situé presqu’en face du passage de la bonne graine.

 

Vous retrouverez toutes les informations sur la programmation, les horaires, les tarifs, … sur le site du théâtre: http://www.atelierbonnegraine.fr/

 

Allaiter et s’habiller

J’ai voulu faire cet article car il y a un petit problème auquel j’ai dû me confronter en tant que « mamallaitante », c’est le choix des vêtements, alors je me dis que je ne dois pas être la seule.
L’allaitement, c’est à la demande et les bébés mettent plus ou moins de temps à se régler sur un nombre fixe et régulier de tétées. Il faut donc pouvoir sortir l’objet des plaisirs gustatifs de bébé n’importe quand et facilement (c’est d’ailleurs l’un de ses avantages), j’ai nommé LE SEIN.
Loup-8jours-15Si vous avez déjà expérimenté la chose, vous avez pu remarquer que, même si théoriquement on peut allaiter avec n’importe quel vêtement puisqu’il suffit de l’ôter ou de le relever, certains d’entre eux sont tout de même peu pratiques. Par ailleurs on n’a pas forcément la possibilité de se déshabiller complètement à chaque fois pour allaiter (à moins de vivre 24h/24 à la plage et d’être adepte du seins nus et encore) ni l’envie de faire des contorsions pas possibles pour réussir à sortir un sein devenu parfois (souvent) d’une taille assez conséquente !

Je vous ai donc concocté une petite sélection de vêtements pour allaiter mais qui ne sont pas spécialement conçus pour à la base.

Pourquoi ne pas acheter des vêtements spécial allaitement ?
Pour quatre raisons :

  • ils sont souvent plus chers que les autres sous prétexte qu’ils ont cette fonction et tomber dans un gouffre financier pour ça alors que l’un des avantages de l’allaitement est sa gratuité serait dommage (et bébé se chargera déjà sans problème de nous ruiner puisque l’on va craquer sur une montagne de choses plus ou moins utiles lui étant destinées 😉 )
  • ils ont souvent une double fonction : grossesse et allaitement, et on peut avoir l’impression qu’ils sont un peu informes ou que l’on nage dedans lorsque l’on n’est plus enceinte (le mode baleine, on a déjà donné 😉 )
  • ils sont parfois plus classiques, passe-partout ou fades que les vêtements non spécialisés et il n’y a pas de raison, comme si mère allaitante et femme n’était pas compatible, on a bien le droit de vouloir être jolie, féminine, élégante ou sexy même si on allaite, non mais !
  • ils sont destinés à allaiter donc lorsque l’on n’allaite plus, on ne peut plus les mettre. Si en plus on n’allaite pas longtemps, on n’a pas forcément d’investir pour une courte durée. Et si on allaite longtemps, on peut avoir envie de changer de style, d’acheter des nouveaux vêtements régulièrement sans devoir se limiter pendant des mois voire des années  à des vêtements « spéciaux » qui nous donnent l’impression d’être réduite à cette fonction.

Bref, pour ma part, depuis que j’allaite, pratiquement 2 ans (avec une petite interruption d’environ 6 mois entre l’arrêt de Marmouset et le début de Caillou), j’ai décidé que non, je ne mettrais pas des vêtements exprès, surtout que je suis repartie pour un certain temps je l’espère.

Voici donc tout de suite ma petite sélection hiver du moment, pour beaucoup made in La Redoute parce que bon, avec deux araignées de moins de 2 ans à la maison, je n’ai plus toujours le temps de courir les magasins alors la vente par correspondance a pris un peu le dessus ces derniers temps (d’autant qu’il y a toujours des promos).

allaiter et shabiller

pull

1 – cardigan en maille (soldé à 27 euros)
2 – cardigan jaspé métallisé Mango  (soldé à 25 euros)
Parce que les gilets me paraissent indispensables, beaucoup plus pratiques que des pulls pour pouvoir allaiter sans avoir besoin de les retirer et donc en restant bien au chaud quelque soit l’heure ou l’endroit où bébé fera sa demande. Il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Mon choix s’est porté sur ces deux-là car je les voulais longs mais pas trop non plus (oui je suis petite et comme le dit Cristina « ma chéééériiiie, c’est pas possible hein, le gilet long, si tou es petite, ça te tasse » alors je me suis faite une raison 😉 ). Ceux-ci m’arrivent juste sous les fesses (pour mes 1,60 m, bon d’accord un tout petit peu moins). Une jolie coupe pour le premier, un joli colori pour le second, et une ceinture peut venir accessoiriser le tout (ces gilets ne ferment pas).

3 – combinaison noire
Une pièce à avoir dans sa garde-robe. Avec des escarpins et une petite veste chic, on se créera une tenue élégante à porter en soirée. Avec des bottines plates et un châle, on en fait une tenue plus bohème à porter au quotidien.  Je pensais que ça n’allait qu’aux grandes (là encore je crois bien que Cristina l’avait dit mais on fait encore bien ce qu’on veut non si on se sent belle ! ), et que je devrais faire des maxi ourlets. 😉 Pas du tout, j’ai déniché ce basique chez Camaïeu trois semaines après avoir accouché de Caillou alors que je cherchais une tenue pour les fêtes (mais il en existe chez à peu près toutes les enseignes). Une combinaison noire sans manches, que je n’ai même pas eu besoin de recouper (peut-être se porte-t-elle 3/4 pour les plus grandes), parfaite pour masquer les petits bonheurs que la grossesse nous a laissés, le petit ventre que l’on a encore, les bonnes hanches qui ne sont pas redevenues aptes à rentrer dans nos anciens jeans, … avec un plus pour l’allaitement, un col croisé type cache-coeur se fermant discrètement par une petite attache comme celles de l’arrière des soutien-gorge.

4 – t-shirt sans manches bi matière Laura Clément (soldé à 25 euros)
Il y a deux techniques pour allaiter avec un vêtement qui n’est pas fait spécialement pour ça : par le haut, si le vêtement peut se déboutonner ou s’ouvrir type chemisier ou par le bas en le relevant si le vêtement est complètement fermé.
En hiver, j’ai une petite préférence pour l’ouverture par le haut, tout simplement parce que je n’ai pas forcément envie de devoir exposer la moitié de mon ventre au froid de l’hiver (et seulement au froid de l’hiver, l’exposition au regard des autres m’importe peu, mais si cela vous gêne, sachez qu’une fois votre enfant installé, on ne voit pas vraiment votre ventre en fin de compte).
Ceci étant dit, pour ne pas faire une overdose de chemisiers et blouses, il est bon d’avoir d’autres types de hauts comme celui-ci. Je les choisis fluides, ils sont ainsi plus facile à relever, et cela peut même permettre si le décolleté est assez ouvert de passer juste ce qu’il faut du sein par le haut.

5 – blouse plumetis fluide Laura clément (soldée à 20 euros)
6 – blouse manches 3/4 (soldée à 7,50 euros)
Le chemisier ou la blouse est une des pièces maîtresses de la garde-robe d’une mamallaitante, mais ce n’est pas une raison pour qu’ils soient « mémérisants ». A la base, le chemisier, ce n’est pas vraiment mon truc, parce que je le trouve souvent informe et trop classique. Mais à devoir en acheter, j’ai constaté qu’il en existe une multitude et qu’ils peuvent mettre en valeur le corps si on les choisis bien. A boutons pressions, à zip, à boutons classiques, … à fermeture intégrale ou jusque sous la poitrine, manches longues, 3/4, dans tous les coloris, les motifs, les tissus, … il y a du choix pour éviter la lassitude.
J’ai sélectionné le premier pour son jeu de transparence et de superposition, en blanc ou noir, il est très élégant, le bouton du haut peut être ôté pour une jolie ouverture de col. (Attention à la taille choisie, il serre légèrement au niveau de l’intérieur du coude lorsque l’on plie le bras et ça peut devenir désagréable pour un bras un peu fort).
Le second m’a tapé dans l’oeil pour son ouverture aisée par zip, porté légèrement rentré dans un jean, il donne un très bon look.
Attention à la taille choisie, car petit détail, si votre poitrine a considérablement augmenté, ces deux chemisiers peuvent (peut-être) être un peu justes à ce niveau. J’avoue continuer à prendre ma taille habituelle, puisque j’ai hérité d’un maxi contenu dans un mini contenant 😉

7 – pull tennis soft grey (soldé à 30 euros)
Pour changer un peu des gilets, j’ai craqué sur ce pull bien chaud à large encolure, qui me permet donc de le garder pour allaiter et d’avoir juste à relever ou déboutonner le haut du dessous (oui car n’en déplaise à Paparaignée, il faut bel et bien porter quelque chose en dessous, si, si, je vous assure, l’ouverture descend jusqu’au nombril 😉 )

,

Les cailloux crayons

Il y a deux mois et demi, dans cet article, je vous vantais les mérites des crayons que Marmouset utilise depuis qu’il a environ un an, les supers triangles magiques ! A présent, Marmouset a grandi (eh oui bientôt 2 ans déjà) et il commence à colorier. Oui, bon, je m’avance un peu là, disons que Marmouset commence à tenter de remplir plus ou moins des espaces (bon ok, déjà il ne déborde plus sur la table 😉 ). Bref, il devient un peu plus habile de ses mains en matière de dessin. Et comme c’est l’une de ses activités préférées, je m’attache à varier quelque peu les supports, les matériaux, les outils. Or, j’ai fait une récente découverte sur l’un de mes sites de prédilection : les cailloux crayons de chez Crayon Rocks. Et le concept m’a plu. Ni une, ni deux, j’ai ajouté cela à mon panier et hop une commande passée.
Aujourd’hui, j’ai reçu les fameux crayons et aussitôt arrivés, aussitôt testés. Alors bien entendu, je ne peux pas vous en parler dans la durée pour le moment mais je peux vous donner quelques informations sur le produit, mes premières impressions et celle de Marmouset. Et c’est plutôt positif !
Attention, je ne dénigre pas nos triangles magiques, hein. Marmouset les utilise toujours et continuera encore longtemps. Les avantages sont différents et il n’y a pas, pour moi, un produit qui l’emporte sur l’autre, ce n’est pas tout à fait comparable et donc plutôt complémentaire.

Les cailloux crayons : Quesako ?
Comme à l’habitude, rien de mieux qu’une image pour vous les présenter.
crayonrocksComme leur nom l’indique, ce sont des crayons en forme de caillou, semblable à des osselets (pour les plus anciens qui me lisent ;)). Ils sont fabriqués à base de cire d’abeille, de soja et de pigments naturels. Il est possible d’acheter des sachets de différentes contenances : 8, 10, 16, 20 ou 32 par exemple. Plus il y en a, plus le choix de couleurs est large (plus il y a de nuances en fait) car même dans le sac de 32, il n’y a pas deux couleurs identiques.
IMG_0939IMG_0944

Crash test by Marmouset and Mum
Les plus :
Prise en main. Là encore, comme pour les triangles, la forme ergonomique amène instantanément une prise en main correcte de la part de l’utilisateur. Alors qu’avec des crayons classiques, Marmouset se positionne automatiquement sur une prise en « crabe » (avec toute la main autour du crayon), ici, la prise en « pince » est automatique. Du coup, cela permet de ne pas induire de mauvais gestes qui pourraient être préjudiciables à la bonne tenue du stylo plus tard (fatigue, désintérêt).
IMG_0955Solidité. Pour le moment, nous n’avons pas les crayons depuis suffisamment de temps pour donner un point de vue sur leur durée. Mais Marmouset, en bon petit monstrouille qu’il peut être , s’est mis à jeter avec force un ou deux crayons à la fin de l’activité, signifiant ainsi à son père qui rentrait tout juste du travail qu’il fallait qu’il le remarque 😉 Et aucune casse, ils n’étaient même pas ébréchés.
Esthétisme. Ces crayons sont plutôt mignons et amusants. La preuve en est qu’une fois que Marmouset eût terminé son coloriage, l’idée lui vint naturellement de tenter de poser les crayons tour à tour en équilibre sur ses orteils. Un semblant de jeu d’osselets donc 😉 Je pourrais donc ajouter multitâche à la liste des « plus » puisque cette seconde activité lui a pris au moins autant de temps que la précédente, et l’a rendu tout aussi calme et d’une concentration sans limite !
Respect de l’environnement. Comme c’est un point qui me tient toujours très à coeur, ce produit ne déroge pas à la règle, il est écologique, non toxique et conforme à la législation Européenne évidemment.
Variété de couleurs. Il y a une gamme de couleurs beaucoup plus large que pour les triangles magiques et c’est appréciable. Ces crayons étant destinés aux plus grands, ils doivent être ravis de pouvoir colorier sans être restreints dans leurs envies de couleurs.
Facilité de nettoyage. Bon Marmouset ne dessine que sur la feuille en principe (sauf s’il veut faire le coquin) mais on a testé quand même. Sur la table, la peau et les vêtements, c’est parti facilement. En principe, à 3 ans, l’âge requis pour l’utilisation des craies, on n’écrit plus sur toutes les surfaces possibles dans la maison, enfin j’espère 🙂

Les moins (ou ce qu’on pourrait penser comme étant des moins) :
Taille. Ils sont petits. Oui mais c’est pour la bonne cause, ils sont ainsi bien adaptés à la main de l’enfant. Et ils ont apparemment un volume supérieur aux crayons pastels classiques en bâton d’après la description. Ils ne pourront juste pas être mis entre les mains d’enfants trop jeunes pour éviter une mise en bouche et donc un risque d’étouffement. Ils sont destinés aux plus de 3 ans en principe. Alors oui, Marmouset n’a même pas deux ans, mais il ne met jamais rien à la bouche et surtout, l’activité est surveillée.
Visibilité. Particulièrement pour certaines couleurs plus que d’autres, ils marquent beaucoup moins que les triangles magiques. Ils glissent parfaitement sur le papier mais il faut appuyer suffisamment fort pour que la trace soit bien visible. Cela ne pose donc pas vraiment de problème à l’âge où l’on est censé les utiliser puisqu’à 3 ans, on a un meilleur appui qu’à 1 ou 2 ans bien sûr.

Pour résumer, je dirais que pour moi, ils viennent compléter les triangles magiques à un âge un peu plus avancé lorsque l’enfant peut/veut commencer à faire du coloriage plus précis par exemple, ou lorsqu’il a un peu affiné l’amplitude de son geste ou pour un plus large choix de coloris.
crayon rocks IMG_0951 IMG_0958Ces crayons vous séduisent, ils appartiennent à la marque Crayon Rocks et vous pouvez les trouver chez Lilinappy : ici.

,

Les chaussettes Mini Dressing

Aujourd’hui, un nouveau coup de coeur.
J’ai découvert sur un autre blog des photos d’une fillette portant des chaussettes montantes sur lesquelles j’ai littéralement craqué.
Après plusieurs semaines, ces chaussettes n’avaient pas quitté mon esprit. Je n’allais tout de même pas faire une commande avec des frais de port juste pour des chaussettes ? Et bien si.

Rose and Cabbage
C’est sur le site du concept store Rose and Cabbage que j’ai pu retrouver les superbes chaussettes parmi d’autres articles tout aussi mignons. Un site de vente en ligne de vêtements, jouets, décos, … de différentes marques, pour enfants. Et ce qui achève de me séduire dans les produits qu’ils choisissent de mettre en avant, c’est qu’ils sont de qualité, dans des matières nobles, écologiques,… et l’on y trouve aussi du fait main.
J’ai donc passé commande, deux paires pour Marmouset et une pour Caillou, reçue à peine deux jours après, du rapide donc ! Et on peut dire que Rose and Cabbage sait parler à ses petits clients (et à leurs parents). Oui car à l’ouverture du colis, outre une petite carte de remerciement (ça fait toujours plaisir), une sucette et des petits crayons de couleurs accompagnaient les chaussettes. Comme Marmouset n’a que 20 mois, j’ai donc du me sacrifier pour déguster la sucette, un vrai supplice vous vous en doutez 😉
IMG_20151021_172051
Les chaussettes Mini Dressing
Les chaussettes sur lesquelles j’ai craqué proviennent de la marque
Mini Dressing et il me semble que Rose and Cabbage doivent être les seuls en France à les vendre.
Seul Marmouset a pu les tester pour le moment puisque Caillou est encore au chaud. Et voici le résultat.
3b 4b 5b 6b 7

Les plus
Matière et qualité
Longueur : les chaussettes montent jusqu’aux genoux, parfaites pour l’hiver, parfaites aussi pour un temps moins froid avec un petit bermuda ou une jupe. Une bonne alternative au collant pas toujours pratique à mettre ou que certains peuvent rechigner parfois à proposer à un garçon. Cela permet aussi de contrer le fameux phénomène du « pantalon qui remonte » et qui laisse les chevilles nues quand l’enfant est dans la poussette (ya pas qu’à moi que ça arrive, rassurez-moi) et pour les adeptes du portage, c’est top aussi pour la même raison.
Motifs/imprimés : il ne faut pas se mentir, c’est pour cela que l’on craque en premier, et on devient vite adepte du « je laisse bébé se promener en body et en chaussettes toute la journée » parce qu’elles sont trop belles et qu’il faut qu’on les voit ! J’ai choisi les chaussettes ours, raton et serpent qui existent aussi en d’autres coloris.
Propriété antidérapante : les chaussettes ont des petits motifs en relief, antidérapants, sous le pied. Un plus si comme ici, votre loulou ne porte pas de chausson, qu’il y a du parquet glissant au sol (impossible donc de le laisser en chaussettes classiques) mais que quand même vous voulez qu’il ait les pieds au chaud.

Les un petit peu moins plus
Les frais de port, oui bon en même temps, on ne peut pas dire que c’est anormal hein mais comme je ne voulais que des chaussettes, sur le coup, je me suis dit zut, juste pour ça. Il faut avouer qu’avec trois paires dans le panier, ça passe mieux 😉 et une fois le produit entre nos mains, c’est carrément oublié.
La rupture de stock fréquente sur ces chaussettes probablement victimes de leur succès (donc c’est bon signe en fait), mais j’ai pu constater qu’elle sont relativement rapidement remises en stock à chaque fois donc pas d’inquiétude si la taille que vous souhaitez n’est plus là, ce n’est que temporaire.

 

Marmouset, 20 mois, 90 cm porte les chaussettes Mini Dressing en taille 3-4 ans (encore un poil grandes mais ça va) ainsi qu’un body Moromini.

,

Les triangles magiques

Dans un précédent article que vous trouverez ici, je vous parlais de mes petites réflexions concernant les premiers gribouillages et mes interrogations sur les outils à mettre entre les mains de mon Marmouset pour s’adonner à cette activité. Il est temps à présent de vous présenter les fameuses craies « magiques » qui nous ont séduits en tant que parents et que Marmouset a très vite adoptées.

Les triangles magiques : Quesako ?

Et rien de mieux qu’une image pour vous les présenter.
triangle-1Ce sont donc des craies en forme de triangle (ben oui d’où leur nom donc) fabriquées à base de cire d’abeille naturelle. Mais pas n’importe quelles craies puisqu’elles permettent de dessiner et colorier bien sûr et pas seulement, on peut aussi décalquer ou peindre, si si !
Pas besoin d’un long discours, un petite vidéo explicative ici.

Il existe différentes boîtes. Ici, nous n’avons que « les primaires », 10 triangles avec les couleurs de base dirons-nous, c’est bien suffisant pour le moment. Quand Marmouset saura vraiment colorier, dessiner, …, on envisagera sûrement d’autres boîtes s’il le souhaite pour lui permettre d’élargir sa gamme de couleurs ou d’effets. Outre « les primaires », vous pouvez trouver, « les pastels », « les flashy » ou encore « les métallisées ».

triangle-2

Crash test by Marmouset

Les plus :
Multifonctions, même si ici pour le moment mis à part le coloriage et le gribouillage, on n’a pas encore testé le reste (peinture, relief, dessin précis) car Marmouset n’a que 20 mois.
Mutisupports : les craies ne s’utilisent pas que sur le papier. On peut multiplier les supports, carton, bois, … et même tissu et donc élargir encore les possibilités d’activités et de créations.
Solidité et durée : cela fait maintenant près de 8 mois que Marmouset les utilise quasi quotidiennement. Il remplit des feuilles selon  son inspiration du moment (en ce moment la folie du bleu), il les a faites tomber maintes et maintes fois plus ou moins volontairement (bon ok, il les a carrément jetées avec force parce que n’est-ce pas c’est super drôle hein), il les a utilisées parfois très « violemment » en tapant très fort la pointe pour voir et parce que ça fait du bruit et que tout est bon pour faire du bruit. Malgré tout cela, elles sont toujours là, quasi intactes, à peine ébréchées pour certaines. Seule une craie s’est cassée en deux mais cela n’empêche pas son utilisation. Et sans mentir, je ne les vois pas diminuer, je pense que j’en ai encore pour des années.
Facilité de nettoyage : Elles ont touché à peu près tous les supports je pense puisque Marmouset, comme beaucoup de bébés, a trouvé sympa de dépasser le cadre de la feuille pour exprimer toute sa créativité. J’ai parfois attendu plusieurs jours avant de nettoyer : télévision, vitre, parquet, table, canapé, télécommande, vêtements …. et tout est toujours parti facilement sans acharnement avec un simple chiffon microfibre mouillé. Un gros gros plus donc pour maman ou papa qui, ainsi, n’ont plus besoin d’être aux aguets, des auréoles de stress sous les bras, prêt à bondir en cas d’écart.
Aisance pour la prise en main qui n’engendrera pas ou moins de mauvaises habitudes pour la tenue du crayon/stylo plus tard à mon sens mais je ne peux pas l’affirmer. En tout cas, Marmouset, à 1 an, a tout de suite su manipuler les craies, les saisir sans souci et faire des traits bien visibles avec.
Comestibilité du produit, non j’exagère 😉 mais la composition des craies (cire d’abeille naturelle) permet de les mettre entre les mains des tous petits sans trop s’inquiéter d’une mise en bouche. C’est un produit aux normes, sain et sans risque et ça ben c’est pratique quand même. Marmouset bizarrement ne les a quasi pas goutées finalement par rapport aux feutres où ça n’arrêtait pas.
Respect de l’environnement puisque le produit est à la cire d’abeille, durable et fabriqué avec de l’énergie solaire. Bon, ça peut paraître secondaire mais ça n’a fait qu’achever de me convaincre en touchant ma fibre écolo/amoureuse de la nature et compagnie.

Les moins :
-Le prix, enfin c’est vraiment s’il faut trouver un truc parce que franchement lorsque l’on voit les avantages et la durée, je suis sûre que l’on y gagne, pas besoin d’en racheter sans arrêt parce que c’est usé, cassé ou que ça ne fonctionne plus.
-La gamme de couleurs, non elles sont très bien mais j’en aimerais encore plus en fait 😉IMG_20150422_184205

IMG_20150422_184252

Alors convaincu ?
Pour retrouver ce produit, c’est par ici.

Et pour les plus grands ou pour compléter les outils bien conçus à colorier et gribouiller, pourquoi pas les cailloux crayons dont je vous parle dans cet article.

,

Petit et déjà bandit !

Il y a quelque temps, je suis venue vous parler ici de la marque Billybandit pour laquelle j’avais eu un coup de coeur notamment en découvrant un joli coupe-vent et ses bottes assorties.

Billybandit
Pour les bottes, j’avais commandé la taille au-dessus de celle de Marmouset, pensant ne les utiliser que dans quelques mois. C’était sans compter sur les épisodes pluvieux des mois de septembre et octobre et l’engouement de Marmouset lorsqu’il les a découvertes.

Le temps s’est en effet assez rapidement dégradé, plus rapidement que je ne le pensais en tout cas. Pas vraiment d’été indien donc mais pas un froid polaire non plus. Un temps tantôt gris, tantôt ensoleillé mais presque toujours venteux et ces derniers temps, ça ne vous aura pas échappé, assez souvent pluvieux. Un temps pas suffisamment chaud pour être juste en pull mais pas suffisamment froid pour le gros manteau. Bref, le temps idéal pour sortir le fameux coupe-vent en somme !

billybandit 2

Le coupe-vent
Le coupe-vent m’avait séduit par ses couleurs vives et par sa capuche agrémentée de « piquants » en nylon qui changerait à coup sûr mon Marmouset en mini monstre trop mignon. Il est bien taillé et est tout à fait adapté à un temps automnal. Ce n’est pas un vêtement chaud mais il rempli tout à fait son rôle en cas d’intempéries et passe très bien sur un gros pull. La couleur bleu flashi me convainc encore plus une fois portée et permet de garder facilement l’oeil sur un Marmouset qui aurait tendance à vagabonder à droite à gauche.

Les bottes
En ce qui concerne les bottes, elles sont encore un peu grandes pour lui mais quand il les a vues, il a tout de suite voulu les essayer. Grâce aux trous sur le côté (pour placer ses doigts), il a même réussi à en enfiler une tout seul, je ne vous raconte pas l’immense fierté à déambuler avec son unique botte dans l’appartement. Je l’ai tout de même aidé à mettre l’autre évidemment car à 19 mois, il est encore petit. Comme il ne voulait visiblement plus les quitter, j’ai doublé les chaussettes ce qui a permis aux bottes de tenir un peu mieux pour les essayer dehors.

Et voilà un Marmouset refusant de sortir en poussette, trop heureux d’aller marcher dans les flaques et dans la boue, pour aller observer les travaux du chantier d’à côté.

billybandit 3 billybandit 4 billybandit 5

,

Une tradition chinoise pour l’arrivée de Caillou

Comme vous le savez, Caillou doit arriver d’ici le mois de décembre. Et depuis le début de la grossesse, quelque chose me trotte dans la tête le concernant. Une idée que j’avais laissée de côté, prise par d’autres préoccupations et parce qu’en début de grossesse, on reste toujours prudent et on ne tire pas trop de plans sur la comète.
Je ne sais plus bien comment cette idée m’est venue, mais il me semble que j’ai dû lire un article sur un blog ou un site quelconque traitant des rituels et traditions pour l’arrivée d’un bébé. Et l’une de ces traditions m’a interpelée, je l’ai trouvée profondément touchante, symbolique et pleine d’humanité. On l’appelle : le bai jia bei.

Le bai jia bei, qu’est-ce que c’est ?
C’est une tradition qui vient du Nord de la Chine pour célébrer l’arrivée d’un nouveau-né.
Cette tradition consiste à réaliser une couverture pour le bébé, une « couverture aux 100 voeux ». La maman (et pourquoi pas le papa aussi après tout) va confectionner cette couverture, pendant la grossesse, à partir de 100 morceaux de tissus, envoyés par 100 personnes différentes de son entourage (amis, famille, collègues, connaissances, …). La tradition veut également que chaque morceau de tissu soit accompagné d’une carte comportant un voeu, un souhait, un mot de bienvenue pour accueillir le bébé.
Ainsi cette couverture porte en elle la bienveillance de toutes les personnes ayant contribué au projet et apporte au bébé chance, protection et énergie. Par cet acte, on peut dire que les participants endossent le rôle de bonnes fées de l’enfant à naître. La couverture devient alors un objet de famille, riche de symboles, que l’enfant garde toute sa vie.

L’origine de cette tradition
Cette tradition vient d’une légende qui raconte l’histoire d’une des concubines d’un empereur chinois. Elle lui avait donné un fils. Cet unique héritier de l’Empire, par sa naissance, avait donc apporté à sa maman, un statut supplémentaire qui n’était plus celui de simple maîtresse. On dit qu’un jour, elle dut partir quelques temps et laisser son enfant. Cela ne la rassurait pas car elle avait peur que les autres prétendantes de l’empereur ne lui fassent du mal, par jalousie, et elle voulait s’assurer de garder sa place sur le trône.  Elle demanda donc aux cent familles les plus puissantes de Chine de lui donner un morceau de tissu. Avec ces cent morceaux de tissu, elle ordonna ensuite au tailleur du palais de confectionner une robe longue pour l’enfant. En portant ce vêtement, il devenait symboliquement intouchable et sa mère lui assurait la protection des plus grandes familles de Chine et de ce fait également celle des dieux. L’impératrice put alors partir sans crainte.
Cette légende fit le tour de la région et de nombreuses familles imitèrent le geste de l’impératrice. La robe longue fut simplement remplacée par une couverture. Et la tradition du Bei Jia bai fut lancée.
En France, cette tradition est arrivée dans un premier temps dans les familles qui avaient adopté des enfants chinois et qui était désireuses d’appliquer cette coutume liée à la culture d’origine de leur enfant. Puis cette tradition a poursuivi son chemin puisque d’autres parents l’ont reprise, de plus en plus, touchés sans nul doute par son caractère poétique et symbolique.

Un bai jia bei pour Caillou
Fidèle à moi-même, quand j’ai une idée dans la tête, je ne l’ai pas ailleurs comme on dit. Cette idée de « couverture aux 100 voeux » n’a donc pas quitté mon esprit et, à une date plus avancée dans la grossesse, j’ai décidé de me lancer.
Pour que je puisse réaliser cette couverture, vous l’avez compris, je dois donc récolter 100 morceaux de tissu de la part de 100 personnes. J’ai donc besoin de l’aide du plus grand nombre. Si vous souhaitez vous joindre à ce projet, vous êtes les bienvenus.

Comment participer ?

•trouver un morceau de tissu :
il n’a pas besoin d’être épais (la couverture sera doublée avec un tissu épais que j’achèterai), un tissu tout simple 100% coton de dimensions 20cm X 20cm (si c’est plus, pas de souci car ce sera recoupé), couleur ou motifs de votre choix, tout est possible même le découper dans un vieux vêtement 🙂
Si vous êtes deux, vous pouvez très bien choisir deux tissus si vous souhaitez, un par personne et même plus si vous avez des enfants qui veulent participer.

•écrire un petit mot ou joindre une petite carte avec un voeu pour le bébé pour accompagner ce tissu

•envoyer le tout à mon adresse (ça tient dans une enveloppe toute simple). Si vous n’avez pas mon adresse, contactez-moi via le formulaire du blog et je vous la transmettrai

N’hésitez pas à partager autour de vous pour que je puisse réaliser ce petit projet qui me tient vraiment à coeur !

Le projet est entamé

Ayant déjà informé un certain nombre de personnes de ce petit projet, j’ai déjà reçu environ 25 morceaux de tissu, tous plus beaux et colorés les uns que les autres et autant de voeux adorables ou de paroles bienveillantes pour Caillou. Je suis donc encore bien loin du compte, alors j’ai besoin de vous. J’espère atteindre ne serait-ce que 50 morceaux, ce sera déjà une très belle couverture 🙂
J’ai hâte de continuer à recevoir du tissu et à lire vos doux mots. J’espère commencer le travail de confection d’ici la fin du mois d’octobre.
Bien entendu, je promets de partager avec vous les étapes de cette confection et des photos de la réalisation finale et de Caillou dans sa belle couverture.
Début de la réalisation ici.

IMG_20151002_195748 IMG_20151002_195729

,

Billybandit

Il y a quelques jours, j’ai passé une petite commande pour Marmouset sur internet : un coupe-vent, une paire de bottes et une paire de baskets Billybandit.
« Billybandit » quésaco ?
C’est une marque française de prêt-à-porter, créée en 2014 par le groupe CWF (Children Worldwide Fashion), juste pour les petits garçons (jusqu’à 12 ans).
Je l’ai découverte presque par hasard : déroulant la page d’accueil de mon facebook personnel pour voir les derniers posts de la journée, je me suis arrêtée sur un coupe-vent trop craquant mis en avant par un espace créateurs. J’ai décidé d’y regarder de plus près et j’ai donc découvert que ce coupe-vent appartenait à cette marque qui regorgeait de ce genre de petits vêtements délicieux.
Les vêtements et les chaussures colorés et les chouettes imprimés m’ont tout de suite attirée car ce n’est pas toujours facile de trouver des vêtements un peu décalés pour les petits garçons et qui puissent aussi être portés dans la vie de tous les jours (parce que les enfants, ça court, ça tombe, ça se salit, …). Un mixte de pratique et de fun ! Et des prix loin d’être exorbitants qui plus est.

C’est sur l’e-shop du concept boutique  Atelier de Courcelles que j’ai fait ma commande, lancé également par CWF, et qui regroupe plusieurs marques de mode enfant.
Et hier, j’ai reçu le paquet tant attendu ! Autant vous dire que j’étais toute contente, certainement plus que Marmouset puisque c’est encore moi qui choisi ses vêtements (il n’a que 19 mois tout de même), c’est donc moi aussi qui suis toute excitée à leur réception.

Lorsque j’ai ouvert le colis, j’ai déjà été charmée par le packaging. Certes ce n’est pas le plus important mais c’est toujours agréable et cela donne d’entrée une bonne impression. Le coupe vent était soigneusement plié dans une jolie petite boîte et les chaussures se trouvaient dans des petits sacs en tissu à l’effigie de la marque.

IMG_20150915_140129 IMG_20150914_201957

J’ai déballé tout cela avec soin et je n’ai pas été déçue, une explosion de couleurs flashies et des imprimés attrayants.
Un coupe-vent à capuche en nylon avec des bottes en caoutchouc assorties pour un look de petit monstre fluorescent. Les petits plus : dans l’une des poches du coupe-vent, une petite pochette accrochée par un mousqueton pour le ranger comme un k-way et pour les bottes, des petits trous pour les doigts pour mieux les enfiler.

IMG_20150915_140327 IMG_20150915_140453

Des baskets montantes colorées dans un esprit « bande dessinée » avec leurs motifs « BAM » et « bombe » amovibles.

IMG_20150915_140700 IMG_20150915_140631

Marmouset n’a pas encore profité de cet achat. J’ai pris la taille de chaussures juste supérieure à celle qu’il porte actuellement et le coupe-vent est en 3 ans pour être sûre qu’il puisse le mettre longtemps (car comme déjà évoqué dans d’autres articles,  Marmouset est très grand et le 2 ans peut parfois être juste). Ce dernier me servira peut-être plus vite que prévu car ici l’automne semble déjà bien installé.

Je reviendrai donc poster un article dès qu’il les aura testés lui-même et que je pourrai mieux constater leur côté pratique, leur solidité et leur durée dans le temps.