{Projet 52, semaine 25} Rêver

Avec beaucoup de retard, la semaine 25 du Projet 52 amenait pourtant avec elle un bien joli thème qui me semble de plus en plus indispensable dans ce monde parfois (trop souvent) difficile à affronter : « rêver ».

Rêver est important.
Et pourtant, chez beaucoup, « rêver » semble parfois s’estomper au fur et à mesure qu’ils avancent en âge et chez beaucoup encore, j’ai l’impression que « rêver » revient après un certain âge ou une fois certaines étapes franchies peut-être.
« Rêver » me semble pourtant essentiel, « rêver » doit rester, même enfoui ou un peu caché à l’intérieur pour surgir à nouveau lorsqu’il le faut, pour avancer et espérer.

Il arrive encore souvent (trop souvent) que des parents me demandent, les vacances approchant, ce qu’ils peuvent faire faire à leurs enfants comme « travail » à la maison. Ma réponse est et sera toujours la même : il faut qu’ils jouent, qu’ils lisent (ou qu’on leur lise) et qu’ils rêvent. Il faut même qu’ils s’ennuient.
L’ennui, un bon copain du rêve, n’est absolument pas ennuyeux, au contraire. Il repose, il recharge les batteries, il apprend que le vide ne doit pas être systématiquement comblé et que l’on doit aussi lâcher prise parfois, oublier, procrastiner, mettre son cerveau sur pause.

L’ennui permet de rêver et le rêve peut mener à l’ennui. Un ennui bénéfique. S’ennuyer ou rêver, la frontière est mince à mon avis.
Encore que, je rêve beaucoup mais je ne m’ennuie pas assez. Je devrais prendre plus le temps, ne pas arrêter de rêver parce que j’ai besoin d’être en activité, parce que le « blanc » m’angoisse, me stresse, je devrais poursuivre le rêve parfois jusqu’à l’ennui.

Le rêve et l’ennui, les ennemis du burn-out, nous quittent souvent trop tôt, ou plutôt, c’est nous qui ne les retenons pas assez. Apprenons à nos enfants à les connaître, apprenons nous-même à les apprivoiser à nouveau.

IMG_3940
Rêve ou ennui ? Un peu des deux sûrement, un moment d’ennui qui s’est transformé en fascination pour un objet bien basique. Qui sait tout ce qu’ils ont imaginé à ce moment, qui sait à quoi ils ont rêvé…

Laisser un commentaire