,

L’annonce de la naissance : le faire-part

Aujourd’hui je vous parle faire-part de naissance.

IMG_1211
Lancée au XVIIIème siècle par l’Aristocratie française, la tradition du faire-part s’est largement démocratisée et aujourd’hui, elle est toujours d’actualité.

De nos jours, ce n’est plus uniquement pour prévenir de la naissance puisque le téléphone, les mails, les réseaux sociaux et le bouche à oreille font qu’en quelques heures seulement, l’intégralité de la famille, les amis, les amis de la famille, les collègues, les connaissances et même des gens qu’on ne sait pas toujours qui c’est 😉 sont au courant et vous adressent des félicitations. Et tant mieux car après la naissance, le temps semble bizarrement considérablement réduit et de fait, les faire-part n’arrivent pas tout de suite mais souvent vers les 2 mois du bébé ou même après.

En plus d’officialiser l’annonce, le faire-part est donc en général toute une création minutieusement pensée, un souvenir que l’on souhaite unique et original, un prolongement de la grossesse pour créer encore et donner naissance une deuxième fois.
Depuis les débuts de cette tradition, les choses ont beaucoup changé. Le simple carton d’annonce s’est transformé en carton illustré avec de plus en plus d’informations et souvent une ou plusieurs photos, on arrive même aujourd’hui à une tendance informatisée même si beaucoup préfère la bonne vieille version papier.
Et c’est mon cas, je sais que je suis ultra connectée et très accro au net et au virtuel mais le faire part, pour moi, c’est comme la carte postale, j’aime bien recevoir un souvenir tactile, concret, que je peux ranger précieusement dans une petite boîte, qui va attirer l’oeil ou même surprendre tant par le contenu et les motifs/couleurs, que par la forme ou le type de papier.

Alors quand c’est à mon tour de faire cette annonce importante, j’aime également choisir avec soin chaque détail, jusqu’à la couleur de l’enveloppe et le timbre.

Le contenant

La forme
Le faire-part laisse une grande liberté de contenu (texte, photo, illustrations, …) mais aussi de forme. Il existe un grand choix de dimensions qui correspondent à chaque fois à une taille d’enveloppe existante bien sûr (ou en tout cas, il faut bien penser à cela si vous le créez vous-même). Outre le format, le nombre de pages et la manière dont elles sont agencées peuvent également varier tout comme le type de papier et son épaisseur.
Une simple carte recto verso ou qui s’ouvre en deux ou même en trois, en accordéon, en portefeuille, de manière asymétrique, … un papier mat, satiné, irisé, … tout ou presque est possible.
Attention cependant à ne pas choisir un papier trop épais si votre faire part comprend plusieurs pages afin de ne pas dépasser 20 grammes, sans quoi vous seriez contraints de payer des frais supplémentaires en matière de timbre.

Pour Caillou, nous avons choisi un faire part format carte postale 21 cm x 15 cm, à l’horizontale, qui s’ouvre par le dessous et un papier mat. Pour l’épaisseur, ni trop fin, ni trop épais, nous avons opté pour un grammage de 250, soit ce qui se fait « classiquement ». Le faire-part comporte donc 4 pages, la première avec une illustration, la deuxième avec deux petites photos et le texte de présentation, la troisième avec une grande photo des deux frères et la quatrième avec notre adresse en bas de page et rien d’autre ce qui nous a permis d’adresser des remerciements à la main aux personnes ayant déjà gâté notre petit.

L’enveloppe
Tout comme pour le faire-part, il existe des enveloppes de formats différents pour que cela puisse concorder avec la taille du faire-part. Pour certains formats, il existe également deux types de fermeture : croisée ou droite, selon votre préférence. Personnellement, mon choix se porte toujours sur la fermeture droite car elle a une bande à décoller pour cacheter l’enveloppe, alors que les fermetures croisées, je ne sais pas si c’est systématiquement le cas mais j’en ai souvent vu qu’il fallait lécher, et la léchouille d’une enveloppe, ça va, mais la léchouille de 100 enveloppes, bonjour les dégats 😉 ou le dégoût, je ne sais plus trop.  Bref, je préfère sauvegarder ma langue pour d’autres occasions (grande amatrice de glaces que je suis 😉 )
Pour la couleur, on choisi souvent des enveloppes assorties aux couleurs dominantes du faire-part (couleur de la police, d’un motif utilisé, de l’illustration, …)

Pour le faire-part de naissance de Caillou comme pour chaque événement qui a nécessité l’achat de belles enveloppes en grande quantité, je suis fidèle aux Pollen de chez Clairefontaine. D’excellente qualité, elles offrent un large choix de couleurs vraiment très jolies. On les trouve un peu partout, sur internet, chez Cultura, Amazon, dans les papeteries et même certains supermarchés.

IMG_1210L’astuce est de les avoir préparées à l’avance car après l’accouchement, il faut parfois, souvent, du temps pour se remettre, s’organiser, … il faut jongler entre les multiples paperasses de déclaration de naissance et autres, les visites et consultations médicales diverses et variées, la fatigue, et le principal bien sûr, toutes les attentions quotidiennes que l’on doit donner à bébé.
Pour cette deuxième naissance, j’avais donc, au préalable, constitué ma liste de personnes à qui envoyer le précieux. C’est très simple, depuis notre mariage, j’ai gardé le tableau excel avec tous les invités (nom, prénom et adresse), il a été quelque peu modifié pour la naissance de Marmouset et je l’ai donc encore une fois repris pour la naissance de Caillou. J’ai juste réactualisé certaines adresses. J’y note également les cadeaux reçus pour pouvoir effectuer les remerciements en conséquence et n’oublier personne. Je continue à garder bien précieusement cette liste qui peut me servir en toute grande occasion.

Cela dit depuis le mariage, nous avons fait des progrès dans la logistique pour une meilleure performance et donc un gain de temps.
Pour le mariage, j’ai écrit toutes les adresses à la main, en traçant des lignes au crayon à papier parce que, évidemment, je n’écris pas droit, ce serait trop simple ! Et bien sûr il m’a fallu écrire autant de fois notre propre adresse au dos (heureusement qu’on connaît ce genre de trucs par coeur 😉 ) puis gommer toutes les lignes (moi qui utilise rarement une gomme, là, j’avais mon quota de gommage pour l’année).

Pour la naissance de Marmouset, nous avons investi dans un tampon avec notre adresse (trouvé chez Easytampon) ce qui m’a évité de l’écrire 100 fois au dos des enveloppes. Première avancée technologique.

Pour la naissance de Caillou, nous avons carrément copié toutes les adresses dans un document avec des cases et nous avons imprimé le tout sur feuilles autocollantes. Cela dit je ne sais pas ce qui aurait pris le plus de temps, tout écrire à la main ou retaper toutes les adresses, les mettre au bon format, choisir la bonne police, faire des essais pour la bonne taille puis découper chaque étiquette et les coller. Si quand même, j’ai gagné du temps car Paparaignée a largement pu participer avec ce système. Habituellement, pour l’écriture, je suis seule à m’y coller, son écriture étant illisible même par lui-même. 😉

Bon, pour le prochain, on achètera carrément des planches d’étiquettes autocollantes déjà séparées ce qui m’évitera en plus le découpage. Et qui sait, au bout du douzième enfant, on aura peut-être un robot qui fera tout à notre place (ah ben non suis-je bête, j’aurai des enfants à exploiter pour cela du coup mwahahahaha, mère indigne).

Le timbre
Les timbres naissance ont malheureusement disparu aujourd’hui, le traditionnel timbre « c’est une fille » ou « c’est un garçon » que l’on a pu connaître n’existe plus et trouver des beaux timbres n’est pas toujours chose facile. Selon la période de l’année, on a parfois le choix qu’entre la collection spéciale Tour de France, le bicentenaire de je ne sais trop quel événement dont personne ne se rappelle ou les vaches de nos régions. Alors je n’ai rien contre les vaches hein, au contraire mais après quelques mois en mode baleine, on a un peu envie d’oublier les métaphores animalières.
Heureusement, la poste propose le service « Mon timbre à moi » qui permet de créer ses propres timbres. On peut donc annoncer tout de suite la couleur avec un petit portrait du bébé ou jouer le suspense avec juste une partie de son corps, une petite main ou un petit pied par exemple.
Le seul reproche que je puisse faire à ce service est que l’on ne peut commander que des planches de 30 timbres, donc si vous avez besoin de 70 timbres par exemple, il vous faudra sacrifier des personnes (j’entends par là leur trouver un autre timbre hein, pas les rayer de la liste des envois) ou envoyer la photo de votre enfant à toute l’administration française lors de vos innombrables courriers de déclarations et paiements divers car il faudra bien écouler le surplus. Et comme en plus ces planches coûtent un peu plus cher que la normale, ça fait mal de timbrer sa prochaine lettre aux impôts avec un visage aussi angélique ou une jolie paire de petits petons trop mignons 😉

IMG_2353


Le contenu 

Les éléments de décor
C’est particulièrement à ce moment que vous allez pouvoir laisser place à votre imagination et vous faire plaisir sur les motifs, les couleurs, les illustrations, les symboles, …
Certains choisissent un texte et des photos sans aucune autre illustration et d’autres souhaitent n’avoir qu’une illustration et pas de photos. D’autres, encore, veulent les deux.
L‘illustration est à prendre au sens large, un dessin sur toute une page, juste quelques petits symboles placés ici et là ou encore un fond ou un cadre aux couleurs ou motifs de votre choix. Les possibilités sont infinies.
Il existe de nombreux sites spécialisés qui vous proposent des modèles, des trames, des faire-part déjà créés où vous n’aurez plus qu’à placer texte et photos. Vous pouvez aussi dessiner vous même si vous vous sentez une âme d’artiste pour l’occasion ou demander une création unique à quelqu’un qui aurait ce talent.
Evidemment, avec une soeur graphiste, j’aurais tort de ne pas en profiter, elle trouve toujours la bonne idée et j’ai toujours beaucoup apprécié ses créations simples et natures. Le prénom de notre petit l’a de suite inspirée, une phrase est née et avec elle une image. Et si vous ne connaissez pas encore le prénom de Caillou, vous allez bien vite comprendre. Ce prénom est fort par sa symbolique et doux par sa sonorité. Le contraste avec lequel ma soeur a joué nous a donc complètement séduits. Et il se trouve qu’en plus, le caractère de notre bête est tout à fait en accord avec cette illustration ! (pour le moment en tout cas car c’est bien connu, en chaque agneau sommeille un loup héhé).

IMG_2355IMG_2354
Le texte
Là encore, il existe un nombre infini de manières d’annoncer la naissance. Le prénom et la date de naissance sont en principe inévitables. Ensuite, on peut ajouter d’autres informations poids, taille, …. Sur le net, on trouve de multiples modèles au besoin, l’annonce faite par les parents à la première personne, l’annonce faite par les parents à la troisième personne, l’annonce faite par l’enfant lui même, l’annonce faite par les frères et soeurs, l’annonce poétique, l’annonce ultra poétique voire gnangan (mais on fait bien ce qui nous plaît et s’il y a un moment où on peut user de ce côté gnangnan c’est bien là), l’annonce sans détours, l’annonce humoristique, … On peut colorer le texte pour l’assortir au reste du faire-part, jouer sur la police, la taille, …
En ce qui nous concerne, comme pour le reste, nous avons fait dans la simplicité : Paparaignée, Mamaraignée et Marmouset sont heureux de vous annoncer la naissance de Caillou le 30 novembre 2015. On ne pouvait pas faire beaucoup plus simple.

Les photos
La photo n’est pas obligatoire mais est très souvent présente.
En général, la famille en particulier apprécie d’avoir la petite photo qui va bien ! C’est l’occasion d’avoir une photo imprimée de la petite merveille (parce qu’à l’ère du numérique, on a de moins en moins d’albums réels, tout est informatisé), ça fait plaisir aux mamies et aux papis qui vont pouvoir l’exposer fièrement sur le buffet du salon, ça fait plaisir aux autres membres de la famille qui attendaient la première photo officielle (telle l’annonce royale 😉 ), ça permet aux amis de distinguer et comparer d’un coup d’oeil les différents bébés de l’année affichés sur le frigo ou rangés dans une boîte (ben oui on aime bien s’émerveiller, comparer, gagater, et peut-être parfois critiquer gentiment, ouh les vilains 😉 ), … Bref la photo, on aime bien !

Pour les parents, c’est l’occasion de jouer les photographes ou carrément les metteurs en scène en préparant la plus belle des poses ou en repérant la plus belle des frimousses. Il est souvent assez facile de trouver une jolie photo car à notre époque, les « clics » des appareils photos et des téléphones portables pleuvent sur le bébé dès la naissance, il y a forcément un cliché qui sera le bon. C’est même parfois difficile de se décider finalement tellement on a le choix.
Mais ça peut être aussi l’occasion de se faire plaisir avec une séance photo professionnelle. C’est ce que nous avons fait pour Caillou et nous en sommes ravis. Nous avons donc pu piocher sans difficulté dans les magnifiques photos de cette séance dont je vous parle plus en détails ici.

Loup-8jours-11-web

Merci à Carole J. Photographie

Quand enfin, le faire-part est terminé, quand on a enfin reçu les tirages commandés, quand toutes les enveloppes sont cachetées, libellées oblitérées, il n’y a plus qu’une chose à faire.

IMG_1212

Et c’est là que le stress monte d’un cran, on espère n’avoir oublié personne, ne pas avoir fait de fautes d’orthographe dans les textes de remerciements, ne pas s’être trompé dans une adresse, on espère que tout le monde appréciera car on a mis tout son coeur à l’ouvrage et on se dit qu’une page se tourne car un, deux ou trois mois se sont déjà écoulés, …

 

Et chez vous, faire-part ou pas ? Véritable casse-tête ou comme une évidence ? N’hésitez pas à venir raconter votre expérience et vos astuces ou recommandations éventuelles en commentaire de l’article.

Pourquoi l’emmaillotage ?

J’ai découvert l’emmaillotage peu après la naissance de Marmouset alors que je cherchais désespérément une solution pour apaiser ses coliques. A bout de force, j’étais prête à tout mettre en oeuvre pour le soulager et me soulager aussi par la même occasion. Ce ne fut pas miraculeux mais ça a contribué à l’apaiser la nuit.
Il y a quelque temps, j’ai ressorti la couverture d’emmaillotage pour Caillou, pour des raisons différentes. Et j’ai décidé de vous en parler un peu au travers de cet article.

L’emmaillotage, quésako ?

C’est une pratique très ancienne qui consiste à limiter les mouvements de bébé en l’enveloppant dans une couverture.
L’emmaillotage a été décrié par les médecins il y a quelques siècles car il était pratiqué de manière extrême voire quelque peu barbare. A l’époque, on l’utilisait pour protéger les bébés du froid et parce que l’on pensait que ça contribuait à un bon développement du corps. Aujourd’hui cette méthode revient en force car ses vertus sont bel et bien réelles. Mais attention, on la pratique différemment et pour des raisons différentes.

emmailloter bébé
Pourquoi emmailloter ?

Après la naissance, les bébés se sentent souvent un peu perdus de ne plus être contenus dans le ventre de leur maman où l’espace était limité et rassurant. C’est également la raison pour laquelle ils aiment être contre leur mère, s’endormir aux bras (ou au sein pour les bébés allaités) ou être portés en écharpe.
Si en plus de cette arrivée un peu brutale pour eux, on les passe directement en grand lit dès le retour de la maternité, pour beaucoup, c’est le choc et des pleurs fréquents voire incessants, dus au stress de cette nouvelle situation, peuvent apparaître. Il y a trop de vide autour d’eux. Certains s’en accommodent plus ou moins bien et d’autres présentent de grandes difficultés d’endormissement ou un sommeil très perturbé, amenant de nombreux parents, eux-même, à un état de stress et de fatigue extrême. En effet, bien souvent, les parents doivent redoubler d’efforts pour aider leur progéniture à s’endormir, en vain, puisque dans le meilleur des cas, elle se réveillera à l’issue d’un premier cycle de sommeil, incapable de se rendormir seule et dans le pire des cas, dès qu’elle sera posée dans le lit. Le stress augmente encore du côté des parents car ils ne comprennent pas la situation puisque bien souvent le bébé ne dormait pas si mal que ça à la maternité dans son mini berceau. L’espace y était tout simplement restreint et beaucoup de maternité enveloppe bébé dans une couverture les premiers jours.

L’emmaillotage va donc permettre de recréer cette sensation de confinement dans lequel bébé se trouvait dans le ventre de sa mère, limitant ses mouvements et son espace.

Cette pratique est d’ailleurs particulièrement recommandée pour les bébés prématurés, et de plus en plus proposée par les maternités pour ces bébés à besoins spécifiques. Mais elle peut être bénéfique ou nécessaire également pour les bébés nés à terme. Ce fut le cas pour Caillou qui comme la majorité des bébés, aimait être porté et contenu et sentait visiblement un vide trop grand autour de lui pour réussir à bien dormir.

emmailloter bébé

Mais il peut y avoir aussi d’autres raisons d’emmailloter bébé :

– des réflexes de Moro trop prononcés
Ce sont ces petits mouvements désordonnés et soudains des bras de bébé. Certains bébés en ont plus que d’autres et peuvent être véritablement gênés par ces mouvements qu’ils ne contrôlent pas et qui les réveillent constamment. Ces mouvements ne durent que quelques mois tout au plus et sont parfaitement normaux.
Chez Caillou, ils étaient nombreux et je voyais fréquemment deux petits bras dépasser du berceau en se dressant d’un seul coup 🙂
L’emmaillotage permet donc de contenir ces gestes brusques.

– des coliques : ces maux de ventres sont biens souvent causés par l’immaturité des organes de bébé mais peuvent également avoir d’autres facteurs déclencheurs (comme une allergie aux protéines de lait de vache). Les coliques arrivent entre 2 à 8 semaines après la naissance et ne durent au maximum que jusqu’aux 4 mois du bébé mais elles peuvent être un véritable calvaire pour lui et pour ses parents. L’enfant pleure de manière incessante et intense de longues heures par jour et peut avoir du mal à dormir, il se tortille, replie ses jambes vers son ventre, serre ses poings, a des gaz,… Il existe des tas de petites astuces qui permettent de prévenir les coliques car les soulager au moment d’une crise est quasi impossible.
Marmouset avait de très grosses crises de coliques et nous avons donc testé probablement l’intégralité ou presque de ce qui existe pour l’aider. L’emmaillotage a eu un véritable effet pour qu’il puisse passer de meilleures nuits. Tout simplement parce qu’emmailloter permet d’exercer une pression au niveau du ventre et de créer de la chaleur qui va aider le bébé à évacuer les gaz plus facilement et lui apporter un certain bien-être afin de prévenir la douleur.


emmailloter bébé emmailloter bébé

Comment emmailoter ?

L’emmaillotage barbare qui amène des dommages physiques appartient à un temps désormais révolu ! Aujourd’hui, la pratique a évolué.

– On emmaillote uniquement la nuit, le bébé est donc libre de ses mouvements la journée (même pendant les siestes) et peut ainsi développer sa motricité de manière tout à fait normale.

– Le corps n’est plus complètement entravé, les jambes sont laissées libres et on respecte une position « physiologique » du nourrisson, les bras repliés sur la poitrine. Par ailleurs, la couverture est serrée juste ce qu’il faut mais pas à l’extrême, le saucissonnage n’est plus de mise.

– On emmaillote que quelques mois, 3 mois maximum environ (un peu plus selon la taille de l’enfant, ses besoins ou son éventuelle prématurité). Dès lors que le bébé arrive à bien bouger seul et sait se retourner, l’emmaillotage  doit être arrêté. Mais dans la plupart des cas, il vous fera sentir de lui-même à quel moment il n’a plus besoin de cette pratique en réussissant tout simplement à se désemmailloter seul. Vous saurez alors qu’il est temps pour lui d’abandonner la couverture.

On peut emmailloter simplement avec un grand lange. Mais il existe également aujourd’hui des couvertures d’emmaillotage préformées qui facilitent la mise en place.

Quelle couverture d’emmaillotage choisir ?

Ma préférence va vers la couverture d’emmaillotage de chez Merino Kids pour trois raisons :

– elle est très fine, on peut l’emporter facilement partout et surtout elle sèche en un instant (pas besoin d’en avoir deux, lavée le matin, elle est sèche pour le soir).

– elle est légèrement élastique et donc assure une meilleure liberté de mouvement (que ce soit Caillou ou Marmouset, ils ont pu se désemmailloter facilement lorsque le moment fut venu pour eux de nous faire savoir qu’ils n’en avaient plus besoin)

– elle est en laine mérinos, le top du top pour la régulation de la température. Les bébés ne savent pas encore gérer les écarts de températurs qu’il peut y avoir la nuit et nous ne savons pas toujours comment les habiller, encore moins si on les emmaillotte. Avec cette couverture, on ne se préoccupe pas de savoir si bébé va avoir trop chaud ou pas assez et de comment on doit l’habiller. La laine mérinos est respirante, elle isole quand il fait froid et libère l’humidité quand il fait chaud. On l’habille donc comme on le ferait dans une turbulette classique.  Caillou a d’ailleurs hérité récemment des turbulettes Petit coton de son frère, dans cette même matière, un gain d’argent (pas besoin de turbulette d’hiver et d’été et elles vont de 3 mois à 2 ans) et de place (pour partir en voyage, ça ne prend pas de place dans la valise) et une meilleure liberté de mouvement due à la finesse de la matière.

emmailloter bébé
Le seul petit reproche que je peux lui faire est qu’elle est un peu petite et pour les géants que nous faisons ici (qui mettent du 3 mois à 1 mois et du 6 à un peu plus de 2 mois), c’est rapidement un peu juste. Mais en même temps, de grands bébés vont avoir souvent moins longtemps besoin de la couverture.

 

.

 

,

L’accouchement rêvé (ou presque) – partie 2

Voici enfin la suite de l’article concernant l’arrivée de Caillou.
Ici, on quitte le ton humoristique d’une première partie parfois quelque peu effrayante pour entrer dans un article plus « sérieux » ou plus « utile » je l’espère 🙂 .

Mettre toutes les chances de son côté ou l’accouchement numéro 2

Loin de moi l’idée de vous donner les clés d’un accouchement idyllique. Parce que vous pensez bien que s’il y avait une recette infaillible, ben ça se saurait et si je l’avais trouvée, j’aurais vendu le concept et je me serais fait des c* en or un utérus en diamant. Enfin tout ça pour dire que je ne vais peut être pas vous révéler le scoop du siècle mais, je l’espère, vous donner, au mieux, quelques astuces pour vous rendre un accouchement plus facile et agréable, au pire, une tranche de vie qui ne pourra que vous rendre moins anxieuse pour le jour J et ça c’est déjà le début de la réussite.

Car non, malgré la lecture du précédent chapitre, accoucher n’est pas obligatoirement synonyme de « faire le Vietnam », enfin pas toujours 😉

A l’heure où j’écris, je ne crois pas que des photos appuieront mon récit, oui parce que je suis ultra connectée et un tantinet geek mais quand même, je n’ai pas twitté mon accouchement en direct ni pris des photos de l’instant T, j’avais autre chose à faire n’est-ce pas, encore que ça s’est tellement bien passé que j’aurais eu le temps de prendre 10 000 poses devant l’objectif sans problème et j’aurais peut-être pu faire le buzz ! Mais pas sûre que ce soit dans un sens positif.
Donc préparez-vous juste à lire (beaucoup, encore).

Allez peut-être une petite photo de Caillou à la fin si vous êtes sages.

Un accouchement serein, pourquoi c’est important ?

Tout simplement parce que quand tout se passe plutôt bien au moment de « l’expulsion », tout ce qui suivra se passera plutôt bien aussi. La sérénité amène la sérénité. Un accouchement serein, ça conduit à un après accouchement serein, un séjour à la maternité serein, un bébé serein et donc des parents sereins. Une maman moins fatiguée et plus à l’aise dans son rôle, un papa moins anxieux et plus à l’aise dans son rôle, un bébé plus confiant et plus calme (Quoi qu’ici on ne sait faire que des agités, c’est comme ça, on n’a pas encore trouvé le moule pour l’enfant ultra calme dont certains ont peut-être un exemplaire chez eux, quelle chance ! Contactez-moi en MP 😉 ).
Bref, un accouchement qui se passe bien, c’est forcément du positif pour après.
Alors oui, vous allez me dire, on ne choisit pas, il peut y avoir des aléas, des complications, … certes, mais vous verrez que beaucoup de ces complications pourraient être évitées et que pour celles qui ne le seraient pas, si tout a été fait avant et pendant l’accouchement pour qu’on soit le mieux possible, alors on s’en relèvera bien plus facilement et on sera psychologiquement d’attaque pour notre nouvelle vie de maman et ça, ça change tout !

Un accouchement serein en 10 points
Voici donc en 10 points, comment j’ai pu avoir, à mon sens, un deuxième accouchement de rêve ou presque.

1-Une confiance en soi et en son bébé
C’est peut-être le maître mot pour un premier pas vers un accouchement réussi : la confiance.

La confiance en soi. Se dire que l’on n’est pas plus bête qu’une autre, qu’aucune maman dans le monde n’a un jour gardé son bébé dans son ventre plus que le temps imparti 😉 (cela dit, je serais peut-être pas contre l’idée si ça lui permet de sortir propre, faisant ses nuits, et sachant parler 😉 ) et que tout le monde y arrive. Se dire qu’un accouchement, ce n’est pas anodin mais qu’à priori c’est naturel. On peut avoir besoin d’un petit coup de pouce mais celle qui accouche, c’est vous, ce n’est pas la sage-femme, alors faites vous confiance, s’il y a un truc qui ne va pas, si vous voulez faire ou ne pas faire telle ou telle chose le jour J, vous le saurez.

La confiance en son bébé. Il a su entrer, il saura sortir comme dirait l’autre. Il va vous aider, les bébés déjà in utéro sont extrêmement intelligents, ils ressentent les choses et comprennent plus qu’on ne le croit. Parlez-lui, rassurez-le, aidez-le, il vous aidera.

Pour gagner en confiance, vos croyances, quelles qu’elles soient peuvent vous aider, un dieu, plusieurs, la nature, l’Homme ou le monde des bisounours, tout fonctionne du moment que cela vous aide à avoir confiance. Pour ma part j’ai entrepris la confection d’une Bai jia bei, une croyance qui ne fait pas partie de mes origines à la base mais qui m’a tout de suite touchée et qui m’a énormément aidée à avoir confiance, à m’entourer d’ondes positives, à m’occuper l’esprit et à me concentrer sur l’instant T d’un point de vue affectif plus que d’un point de vue technique. Si ça vous intéresse, j’en dis plus dans une série d’articles dont le premier est celui-ci.

2-Un bon suivi
Pour avoir confiance, il faut aussi que l’on nous aide un peu à avoir confiance et ça passe par un bon encadrement tout au long des 9 mois de grossesse. Chaque mois, vous avez en principe un rendez-vous consultation et trois fois durant la grossesse, des échographies. Alors peu importe avec qui vous faites vos consultations, votre médecin, un gynécologue, une sage-femme, le Père-Noël … faites-le avec une personne en qui vous avez confiance (oui donc pas le Père-Noël, en vrai il apporte même pas les cadeaux 😉 ). Sauf grossesse pathologique nécessitant un suivi hospitalier, vous n’êtes pas obligée d’être suivie  à la maternité, surtout si celle-ci est gigantesque, intercommunale et que donc c’est un peu l’usine, que l’on va attendre parfois des heures pour un rendez-vous de quelques secondes pas toujours avec la même personne. Souvent d’ailleurs, ce type de maternité préfèrera que le suivi soit fait à l’extérieur et le dira elle-même car elles sont submergées de demandes. Vous devrez tout de même en principe vous y rendre pour l’inscription, le rendez-vous avec l’anesthésiste au préalable, et un éventuel rendez-vous bilan en fin de grossesse.

Pour Caillou comme pour Marmouset, j’ai été suivie dans un cabinet privé de sages-femmes. Le suivi est personnalisé avec toujours la même personne, qui nous connaît parfois d’avant la grossesse, à qui l’on va pouvoir tout dire, tout demander, poser toutes nos questions même si elles nous semblent bêtes, que l’on pourra appeler en cas d’inquiétude, qui va nous aiguiller pour le jour J et nous rassurer au fil des mois.

3-Une bonne préparation à l’accouchement mais aussi à la parentalité
Un accouchement, même si c’est « la nature », si des milliards de femmes sont passées et passeront par là, ça n’est pas anodin et il n’y a aucune raison d’être obligée d’enfanter dans la douleur, ni physique, ni psychologique. Alors il est bon de se préparer.

Peu importe la préparation : classique, piscine, sophrologie, haptonomie, chant prénatal, …, c’est un point à ne pas négliger. Pour moi, il n’y a pas une préparation meilleure qu’une autre, celle qui sera la bonne est celle qui vous conviendra, celle que vous aurez choisie. La préparation est importante d’un point de vue technique, pour savoir comment agir à l’instant T, comprendre ce qui se passe, ne pas se retrouver en dehors de son accouchement, parce que l’information que l’on reçoit durant les séances de préparation reste le meilleur moyen de vivre un accouchement serein. Mais je pense qu’elle l’est aussi d’un point de vue plus psychologique, plus émotionnel. La préparation permet de se détendre, de passer un bon moment, de rencontrer d’autres parents et d’échanger avec eux, d’évacuer les tensions éventuelles, les peurs, les doutes, de se rassurer, d’avoir un temps pour soi, soi et son conjoint, ou soi et son bébé.

La préparation psychologique
A mon sens, on ne met pas assez l’accent dans notre société sur les bouleversements engendrés par la grossesse et l’arrivée d’un enfant dans un foyer. Physiquement, on peut se remettre rapidement d’un accouchement même difficile car on est accompagné de ce point de vue là mais psychologiquement, ce n’est pas le cas. Et ça mène parfois à des comportements qui peuvent être dangereux pour la maman comme pour le bébé, à de la dépression, à un mal-être, …

Il n’y a pas lieu de culpabiliser de ne pas se sentir bien après l’accouchement, c’est complètement normal et il y a une explication scientifique toute simple (tout de suite dévoilé dans la minute Michel Cymes de l’article 😉 ). Après un accouchement, il y a une grosse retombée d’hormones qui amène l’inconscient à faire ressurgir des possibles plaies non soignées que l’on n’imaginerait pas parce que bien souvent, on les a enfouies, parce qu’elles peuvent dater de l’enfance et qu’on les a oubliées, parce qu’elles peuvent dater d’avant même notre naissance et que nous n’en avons même pas conscience. C’est ce qui est appelé le baby blues et ça ne dure pas bien longtemps, quelques jours. Sauf que lorsque les plaies sont trop importantes, cela va s’éterniser, on va se sentir triste, on va ressentir des choses désagréables, se sentir dépassée, se sentir malheureuse, absolument pas épanouie, on ne va pas prendre de réel plaisir avec notre enfant,… Le baby blues va se transformer en dépression du post partum. Si on tente de refouler cet état, même si on y arrive et qu’on pense le dépasser par moment, ça finira par ressurgir, parfois en pire, parfois très longtemps après. C’est d’ailleurs pour cela que l’on voit beaucoup de dépressions du post partum arriver de nombreux mois après l’accouchement devant l’incompréhension de l’entourage qui pensait que tout allait bien puisque bébé est installé depuis un moment.
Alors, oui, il ne faut pas hésiter à se faire aider très vite avant que cela ne tourne au drame. Au mieux, on vous dira que ce n’est rien, un baby blues qui s’est un tout petit petit peu éternisé et on va vous aider à l’affronter très rapidement. Au pire, on décèlera des blessures plus profondes mais vous ne serez plus seule et on vous apprendra à les comprendre, à les traduire pour qu’elles ne soient pas/plus un obstacle à votre parentalité.

Ce qui peut être bien aussi si vous en ressentez le besoin, c’est de consulter en amont. C’est ce que j’avais fait pour Marmouset. A la suite de plusieurs fausses couches, j’ai trouvé une psychologue formidable qui s’occupe beaucoup des femmes enceintes et des mamans et le travail que j’ai pu faire avec elle m’amène aujourd’hui à penser qu’au fond, mes fausses couches sont peut-être arrivées pour me faire prendre conscience qu’il y avait des choses à régler avant d’être mère et que je n’aurais sûrement pas pu l’être sans ça. Par ailleurs, le fait de l’avoir rencontrée m’a permis également, après la naissance d’avoir cet accompagnement à la parentalité qui me semble aujourd’hui plus que nécessaire et qui devrait, j’en suis de plus en plus convaincue, être proposé à toutes et tous (oui pour les conjoints aussi car il leur est parfois difficile de comprendre ce que vit la maman et même si le bouleversement n’est pas hormonal à leur niveau, il peut être bel et bien là quand même). Certains cabinets de sage-femme commencent à le proposer, des semblants de structures d’aide tentent de voir le jour mais encore trop peu ou de manière trop floue. Et c’est pourtant primordial d’avoir quelqu’un avec qui parler des difficultés rencontrées, de la culpabilité qu’on peut ressentir de ne pas se sentir pleinement épanouie tout de suite, … toutes ces choses malheureusement encore tabou qui ne devraient pas l’être !

Malgré ce suivi anticipé, le baby blues s’est fortement installé après l’arrivée de Marmouset. Des petits détails (accouchement difficile, fatigue, coliques, isolement, …) que l’on croit pouvoir surmonter sans souci car « on voulait tellement cet enfant que l’on pense ne pas être en droit de nous plaindre » mais qui lorsqu’ils s’accumulent deviennent pesants et douloureux.  Mais ce baby blues n’a pas été jusqu’à une véritable dépression du post partum, il a pu être contré et j’ai tenu bon, en grande partie je le pense grâce à ce suivi.
Pour Caillou, un accouchement « facile », moins de fatigue et de fait même pas l’ombre d’un baby blues !

La préparation physique
Revenons à la préparation physique après ce point qui me semblait extrêmement important au vue du nombre de fait divers mettant en avant des femmes commettant parfois l’irréparable.
Pour mon premier accouchement, en plus de la préparation classique qui te raconte tout ce qui se passe quand le bébé sort genre « cours d’accouchement au collège » en un peu plus détaillé quand même, j’ai testé la sophrologie. La sophrologie enseigne des techniques de respiration et de détente musculaire. Je n’ai malheureusement pas pu vraiment les mettre en pratique au vue de la rapidité des faits.

Pour Caillou, j’ai voulu tester une méthode permettant d’agir en profondeur avant même l’accouchement : l’haptonomie.
L’haptonomie amène à se centrer sur son bébé, à rentrer en communication avec lui très tôt, et permet d’agir déjà en amont du jour J par le toucher. Cette préparation me semblait intéressante pour 3 raisons :
– Elle implique davantage le conjoint puisqu’il doit assister à toute les séances. Lui qui ne peut pas ressentir les choses comme nous puisqu’il ne porte pas le bébé, peut néanmoins déjà créer un lien très fort avec son enfant.
– Elle permet d’entretenir une relation particulière avec son bébé avant même la naissance et donc de faciliter la communication après la naissance.
– Le suivi continue après la naissance et cela constitue donc une aide à la parentalité.

Pour tout avouer, au début, la première séance, peut-être même les suivantes, j’ai trouvé cela « étrange », j’avais du mal à ressentir et à agir comme me le disait l’haptonome, peut-être aussi du fait d’avoir déjà une expérience de grossesse. J’avais senti Caillou bouger très tôt comme Marmouset mais pour moi « sentir bouger » voulait dire que le bébé donnait des coups suffisamment importants pour que je les ressente. En haptonomie, on apprend à sentir les déplacements doux, pas besoin de titiller fortement son enfant ou de l’enquiquiner pour le ressentir, et s’il met des coups de pied, on apprend justement à lui répondre et à lui montrer qu’on peut jouer avec lui en douceur. Paparaignée y arrivait mieux, puisqu’il n’avait pas d’autre ressenti antérieur (moi un coup de pied me rassurait toujours plus), du coup c’est lui qui agissait le mieux sur le bébé. Par exemple, pour moi qui porte les bébés très bas et très en avant, il pouvait ainsi replacer Caillou plus dans le fond pour me soulager, l’emmener là où je voulais s’il me faisait mal et jouer avec lui ou le bercer en l’emmenant d’un côté ou de l’autre du ventre 🙂 Magique !
J’ai pu moi aussi progressivement y arriver mais j’ai surtout senti les bienfaits directs le jour de l’accouchement où le fait de pouvoir faire déplacer Caillou comme je voulais m’a permis de gérer les contractions sans problème et sans douleur en amenant Caillou dans le fond, vers le dos pour me soulager puis progressivement le faire descendre vers la sortie.

De manière indirecte, ces séances ont été bénéfiques parce que j’ai été massée, manipulée, on s’est occupé de moi, c’est un temps agréable où l’on ne pense à rien, un moment avec le papa et le bébé, rien que pour nous trois.

L’haptonomie permettrait également de mieux répondre aux besoins du bébé après la naissance et d’être mieux à même de le comprendre ou du moins de le soulager juste par le contact avec nous (j’écris au conditionnel, car pour Caillou, ça semble vrai mais c’est à mon sens aussi le fait d’avoir eu une première expérience). Et apparemment les bébés ayant vécu cette préparation auraient 2 mois d’avance d’un point de vue moteur du fait d’avoir été en interaction physique avec leurs parents avant même la naissance. J’avoue que sur ce plan là, Caillou est extrêmement tonique, trop peut-être, il arrive déjà presque à se retourner, tenait sa tête de longues minutes très tôt, … le kiné m’a dit lui-même sans que je ne demande rien qu’il était bien en avance de ce point de vue. Nous verrons, ce n’était pas du tout le but ultime pour ma part, je n’en avais même pas connaissance.

Pour terminer sur ce point, il faut savoir qu’il y a aussi des séances après l’accouchement, très intéressantes où l’on apprend des petits jeux avec bébé, des positions, à ne pas tenir sa tête (car non contrairement à ce que beaucoup pensent, on ne tient pas la tête d’un bébé, il sait le faire si on le porte correctement, d’ailleurs du temps de nos parents, personne ne leur parlait de tenir la tête je crois, je ne sais pas d’où ça vient)  et où l’on peut parler d’éventuels soucis, …

4-Une bonne équipe médicale le jour J.
Une bonne équipe médicale ça ne veut pas dire une équipe qui fait tout et vous qui ne faites rien que vous laisser faire, surtout pas !  Ce serait même plutôt presque l’inverse. Une équipe qui vous laisse faire et qui vous suit, qui vous soutient, qui respecte vos choix et qui n’est là que pour vous rassurer et vous accompagner car vous pourriez presque accoucher seule finalement.
Bref une sage-femme qui s’efface pour vous laisser actrice de votre accouchement !

Alors me direz-vous, on ne choisit pas. Certes, on ne choisit pas, mais on peut pousser un peu le destin de deux manières :

– Préparer ce qu’on appelle un projet de naissance.
Un projet de naissance, c’est le fait de mettre par écrit la manière dont vous voyez votre accouchement, vos souhaits pour mettre au monde votre bébé. Cela va vous permettre pour vous même dans un premier temps de poser les choses, de vous sentir suffisamment informée pour comprendre tout ce qui va se passer le jour de l’accouchement, notamment les termes médicaux que vous allez peut-être entendre mais surtout ça permettra à l’équipe médicale qui vous accueillera de tout de suite connaître vos conditions pour un accouchement qui soit en accord avec vos désirs et vos besoins dans la mesure du possible.
Dans le projet de naissance, on peut aborder aussi bien des points concernant le travail, que l’allaitement, que le séjour à la maternité, … Voici un lien qui vous permettra si ce n’est de le rédiger, de faire un état des lieux de vos désirs, peut-être même de découvrir des choses auxquelles vous n’auriez peut-être pas pensé (vous y trouverez aussi des exemples de projets de naissance déjà rédigés) : Le projet de naissance
Pour ma part, je ne l’ai pas fait pour Marmouset et je l’ai regretté, je pensais que tout était bien clair dans ma tête sauf que quand l’accouchement se fait dans l’urgence ou est difficile, on n’a plus le temps de dire quoi que ce soit à la sage-femme, la fatigue prend le dessus sur les besoins et les désirs et on risque d’oublier un tas de choses auxquelles on tenait. Par ailleurs le fait d’avoir un écrit permet de se sentir suffisamment légitime et forte pour faire des demandes à l’équipe médicale, par exemple qu’on vous prenne votre enfant la nuit parce que vous n’en pouvez plus et que vous avez besoin de repos.

– Proposer à l’instant T, vos méthodes sans les imposer.
Certaines sages-femmes sont ancrées dans leurs habitudes et ne vont pas penser à vous demander si vous voulez faire autrement : une autre position, un coussin de grossesse, un ballon, une méthode de poussée autre que « à l’ancienne ». On peut réussir à obtenir ce que l’on veut ou même à faire changer d’avis l’équipe médicale sur l’image parfois unique qu’ils ont de l’accouchement en demandant les choses avec précaution. « Est-ce que je peux faire ainsi car c’est comme ça que j’ai appris et si ça ne marche pas je ferai comme vous dites ? » Et ça passe en général beaucoup mieux.
C’est ce que j’ai fait pour Caillou. Il faut dire que j’ai eu la chance d’avoir une sage-femme qui m’a laissé au maximum le champ libre, qui a pris soin de m’expliquer tous ses faits et gestes, une sage-femme tournée vers ses patientes, il a donc été plus facile pour moi d’oser exprimer mes attentes et mes désirs.

Alors c’est vrai il peut y avoir des tas de raisons qui font que ça ne se passe pas aussi bien qu’on le souhaiterait : je suis bien placée pour le savoir. Une détresse respiratoire du nourrisson, un césarienne en urgence, une épisiotomie alors qu’on ne l’aurait pas souhaité, une complication quelconque, on n’est pas maître de tout mais on peut être maître d’une grande partie des choses et il faut le savoir et se le permettre. Je le dis et je le redis, c’est VOTRE accouchement.

5-Une position physiologique et une technique de poussée efficace

– La position
Une position physiologique, c’est quoi ça ?

Et bien c’est une position qui fait que le bébé va pouvoir descendre sans effort et sortir sans encombre, sans nécessité l’intervention d’outils ou d’une césarienne, sans même que vous poussiez. Si, si c’est possible, c’est même comme ça qu’on devrait accoucher en principe.
La France est encore un des rares pays où l’on accouche en position gynécologique sous prétexte qu’on a toujours fait comme ça et que bon, les bébés ont toujours finit par sortir hein ? Et bien peut-être mais ce n’est pas sans conséquence ! Le pire est que l’on apprend aujourd’hui aux sages-femmes à faire accoucher autrement, dans les positions dites physiologiques, en théorie, et pourtant dans la pratique, les mauvaises postures perdurent. Parce que lorsque les nouvelles sages-femmes arrivent, les anciennes leur enseignent comme elles ont toujours fait, les nouvelles prennent le pli et ainsi de suite.
Pour mieux vous expliquer, je vais essayer de me remémorer ce que j’ai appris pendant la préparation (d’où son importance). La position gynécologique a été mise en place il y a longtemps car on pensait que le bassin n’était pas mobile donc que de toute manière on ne pouvait pas trouver une position permettant de l’ouvrir au mieux. Avec l’avancée de la médecine, on a découvert (et c’est finalement assez récent) que le bassin était mobile et qu’on pouvait donc favoriser le passage du bébé.
Voilà pourquoi la position gynécologique est aujourd’hui une aberration. Lorsque l’on est allongée sur le dos, jambes surélevées, genoux vers l’extérieur, le bassin se ferme.
Si on est à quatre pattes, accroupie ou sur le côté, le bassin s’ouvre.
Ces positions permettent d’ouvrir le chemin et d’éviter au maximum un recours aux instruments, une césarienne en urgence et même un cordon autour du cou (ou du moins un cordon qui amène une baisse du rythme cardiaque et une intervention en urgence car le cordon autour du cou est somme toute assez banal).
Vous pouvez préciser dans votre projet de naissance que vous souhaitez accoucher ainsi ou en parler à l’arrivée à la maternité. Ma sage-femme m’a proposé elle-même de me mettre sur le côté pour favoriser la descente. Elle ne m’a replacée sur le dos que lorsqu’elle voyait la tête de bébé et qu’il n’y avait plus grand chose à faire. J’ai beaucoup apprécié ce moment parce que la position physiologique, en plus de permettre un meilleur passage et de diminuer les interventions, permet également de diminuer la douleur, le temps de travail, de mieux ressentir les choses et donc de se sentir beaucoup plus actrice de son accouchement.
La sage-femme peut refuser de vous faire accoucher autrement que sur le dos, c’est d’ailleurs parfois mieux car si elle n’a jamais pratiquée la position physiologique, elle peut ne pas être à l’aise par exemple en cas d’épisiotomie à réaliser car l’angle de vue est différent. Mais dans ce cas, rien ne vous empêche de vous placer en position physiologique jusqu’au moment de l’expulsion. Et sur le dos, il y a tout de même une manière d’ouvrir au mieux le passage, être légèrement surélevée au niveau du bassin avec un petit coussin et placer ses jambes de manière à ce que les genoux soient tournés vers l’intérieur (un peu rentrés en fait).

– La poussée
Une poussée efficace, c’est une poussée qui ne crée pas de dommages physiques. Pousser en bloquant sa respiration et en plaquant son menton contre sa poitrine comme on le voit à la télévision et comme on nous le dit à la maternité n’est pas une technique efficace. Lorsque l’on fait ça, on ne pousse pas juste son bébé mais aussi tout l’utérus et les autres organes en pâtissent. Et si on a plusieurs enfants, on va donc malmener nos organes plusieurs fois. C’est la raison principale pour laquelle de nombreuses femmes, arrivées un certain âge ont des soucis de fuite urinaire et de descente d’organes !
Pour faire sortir bébé, il n’y a nullement besoin de pousser en fin de compte. La position physiologique active la descente et aide à la sortie. Il suffit ensuite de prendre une grande inspiration puis d’expirer en soufflant lentement, en gardant la tête dans l’axe de la colonne vertébrale (pas de menton poitrine), en rentrant le ventre le plus possible et dans un même temps en tirant sur les  jambes et les bras (c’est là que le conjoint est utile, pour étirer les bras, si on est sur le dos ou le côté, on peut utiliser son bras à lui comme appui). Là encore, proposer votre technique à la sage-femme sans imposer et il n’y a pas de raison qu’elle refuse.

Lorsque la sage-femme m’a demandé si on m’avait appris la technique de poussée, j’ai expliqué que je la connaissais mais qu’au cabinet où j’étais suivie, on m’avait enseigné autrement. Elle m’a demandé de lui expliquer, elle ne semblait pas très convaincue mais je lui ai dit que si ça ne fonctionnerait pas je suivrais la méthode classique. Elle a accepté, le fait que je paraisse sereine et sûre de ma décision a sans doute aussi joué. J’ai essayé ma méthode, elle m’a dit que c’était bien mais qu’on allait essayer la sienne pour voir, quelques secondes plus tard elle me disait de reprendre comme avant car elle ne pouvait que constater que ce qu’on m’avait appris fonctionnait nettement mieux 🙂

6-Une péridurale qui fonctionne
Ben oui quand même, ça peut être utile hein.
Bien sûr, on peut se dire qu’on ne la souhaite pas mais entre ce que l’on pensait faire et ce que l’on va faire en réalité, il y a parfois une différence (Rappelez-vous : Moi la tétine jamais ! … Troisième jour à la maternité : va m’acheter une p***** de tétinnnnnne ! 😉 ).
Bref, on ne sait jamais comment ça va se passer, car il y a la force de conviction mais il y a aussi la force de la douleur. Certaines la veulent et ne le prendront pas, certaines ne la veulent pas et la prendront, certaines la veulent sans attendre, d’autres veulent garder le contrôle dessus, d’autres encore la veulent au dernier moment, …
Personnellement, je conseillerais la prudence. Si on doute, il vaut mieux dire qu’on souhaite la péridurale pour avoir le rendez-vous anesthésiste en amont et que tout soit prêt au cas où.

D’ailleurs, on ne nous le dit pas (enfin moi on ne me l’a pas dit en tout cas) mais Paparaignée m’a suggéré cette magnifique idée le jour J : demander la pose de la péridurale mais sans injection de produit.

Plusieurs avantages.

D’abord, si vous attendez de ne plus pouvoir gérer la douleur pour demander la péridurale, vous risquez de « douiller » pendant quelques temps encore car la pose peut prendre 15 bonnes minutes (et 15 minutes de douleur, c’est long) et le produit met en principe 15 à 30 minutes à agir, c’est donc souffrir pour rien. Elle sera aussi plus difficile à poser et peut-être plus douloureuse car vous serez tendue et il faut attendre d’être entre deux contractions et ne pas bouger pendant la pose. (Et non en principe, une péridurale, ça ne doit pas faire mal, personnellement, je n’ai quasiment rien senti)

Ensuite si vous attendez le dernier moment et qu’il y a un imprévu nécessitant de sortir le bébé en urgence ou que l’anesthésiste est pris car trois femmes enceintes ont eu la bonne idée d’arriver au même moment, vous risquez là encore de souffrir plus longtemps ou pire, de ne pas avoir le temps de la recevoir avant « l’expulsion ».

Enfin, c’est aussi un bon compromis si vous n’êtes pas certaine de vouloir la péridurale. On n’est pas forcée d’être décidée à l’avance après tout. Car accoucher sans péridurale quand tout se passe bien, pourquoi pas, si vraiment ça nous tient à coeur mais si on doit en urgence avoir une épisiotomie et des forceps (au hasard hein 😉 ), là, la péridurale même si on s’était dit que peut-être on accoucherait sans, en un quart de seconde on risque de regretter d’avoir voulu jouer les warriors (on aura plein d’autres occasions après, quand il faudra nettoyer du vomi toute une nuit en période de gastro, là c’est bon, on l’aura notre diplôme de Wonder Woman, il ne faut pas s’inquiéter pour ça !).

J’ai donc pris cette option et quand j’ai senti vers la fin que j’avais plus de mal à gérer, j’ai pu avoir une injection de produit tout de suite.

7-La présence d’un conjoint ou d’un proche le jour J
Cette personne doit avoir plusieurs qualités.
– D’abord, elle doit beaucoup vous aimer car il est possible que vous lui fassiez subir le pire en passant par des états très différents. On ne sait jamais comment on va réagir dans la douleur, l’inquiétude ou l’attente qui peut être très longue.
– Ensuite (et la remarque précédente y amène logiquement) elle doit être patiente et capable de veiller longtemps (ou alors elle doit avoir bu beaucoup de café ou être atteinte du syndrome de celui qui ne dort jamais, au choix).
– Elle doit également savoir endurer les coups. Oui dans le moment fatidique, il est possible que vous deveniez une autre personne (rassurez votre conjoint, qu’il ne fuit pas, vous redeviendrez comme avant) ou que votre jumelle maléfique se pointe (si, si on en a toutes une, réfléchissez bien).
– Si cette personne pense avoir de l’humour ou un quelconque don de clown, dites lui que c’est le moment de s’en servir ! Elle peut jongler, faire le poirier, vous réciter des blagues de Toto, peu importe, tout les moyens seront bons ou presque pour vous distraire. Elle doit donc être inventive. On évitera tout de même les remarques lourdes et bas de plafond, la jumelle maléfique n’est jamais loin. Les blagues oui mais pas trop au moment des contractions quand même, rire ça empêche de gérer 😉 Donc en plus la personne doit repérer quand c’est le moment de vous faire rire, oui c’est dur le métier d’accompagnant à l’accouchement mais faudrait pas trop voir à ce qu’ils se plaignent non plus, ce ne sont tout de même pas eux qui accouchent.
– Enfin, cette personne doit savoir un peu mentir, histoire de vous faire croire que non elle n’a rien vu de ce qu’il y a du côté obscur (c’est à dire de l’autre côté du drap), que vous êtes toujours magnifique, que vous faites tout à merveille et que non vous ne lui faites pas mal avec vos ongles plantés dans son bras, …

Paparaignée ne s’est pas mal débrouillé sur tous ces points sauf peut-être sur la capacité à veiller durant le travail. C’est un de ces spécimens au sommeil profond avec en plus la faculté de s’endormir instantanément juste en fermant les yeux, j’ai donc dû le réveiller régulièrement pour qu’il m’apporte mes granules homéopathiques et qu’il se tienne au courant de l’avancée de la chose car ça aurait été dommage de rater l’évènement tant attendu tout de même 😉

8-Un coup de pouce de la part des médecines douces
– L’homéopathie
Ma sage-femme prescrit des packs homéopathiques pour l’accouchement. Si vous ne connaissez pas l’homéopathie, c’est un remède naturel dont je ne vous expliquerai pas ici les principaux fondements, wikipédia s’en chargera mieux que moi. Certains diront que c’est complètement placebo, personnellement, je côtoie cette médecine depuis mon enfance et je la trouve plutôt efficace, et quand bien même elle serait placebo, c’est aussi le cas de la médecine traditionnelle. Les médicaments ont toujours une part de placébo, on se sent souvent mieux dès lors qu’on a l’ordonnance de son médecin à la main non ? Alors si psychologiquement ça peut aider à se rassurer, je suis pour !
J’ai donc pris consciencieusement mes petites granules : celles du dernier mois pour favoriser la maturation du col, celles en partant à la maternité pour favoriser les conditions de travail, celles pendant le travail pour gérer la douleur, … au moins si ça ne m’a pas fait de bien, ça ne m’aura pas fait de mal (et au fond de moi, j’y croyais donc l’effet était déjà positif).

– L’ostéopathie
Une petite séance avant l’accouchement pour vérifier la mobilité du bassin peut être bénéfique. Par ailleurs, l’ostéopathe pourra aussi vous soulager en cas de mal de dos ou autre tout au long de la grossesse. Il ne faut pas craindre la manipulation sur femme enceinte, c’est tout à fait possible et l’ostéopathe prend bien entendu en compte votre état et les spécificités de votre grossesse s’il y en a.
J’ai la chance qu’un ostéopathe intervienne un jour par semaine dans mon cabinet de sage-femme et j’ai eu recours à ses services avant la naissance de Caillou pour une forte douleur au niveau du nerf sciatique. J’ai pu ainsi être soulagée provisoirement, avant une nouvelle manipulation plus efficace après l’accouchement, et m’éviter une douleur supplémentaire qui aurait pu m’empêcher d’être concentrée sur l’essentiel le jour J.
A noter qu’une séance pour bébé après la naissance est également une très bonne chose, que ce soit pour soulager un souci particulier (coliques, RGO, bébé qui tourne sa tête majoritairement d’un côté …), pour faire une vérification après un accouchement difficile ou ayant nécessité l’utilisation d’instruments ou simplement pour faire un check-up général.

– L’acupuncture
Une médecine alternative qui peut aider dans des situations très diverses : pour aider à faire descendre un bébé trop haut avant l’accouchement, pour aider à la maturation du col, pour faire disparaître les hémorroïdes (ben oui il faut bien parler des choses qui fâchent), … La sage-femme qui m’a suivie est également diplômée d’acupuncture (décidément, j’ai beaucoup de chance)  et cette médecine douce m’a été très précieuse lorsque j’attendais Marmouset. En effet, lors de ma première grossesse, j’ai dû être arrêtée très tôt parce que Marmouset était placé trop bas et un accouchement prématuré nous menaçait dès le quatrième mois. Avec une séance d’acupuncture tous les 10 jours environ, la sage-femme a pu le maintenir et même le faire remonter régulièrement ce qui m’a permis de mener la grossesse à terme sans même être alitée.

9-Une première expérience
Pour l’arrivée de Caillou, bizarrement, je n’avais pas peur. Pas peur d’avoir mal. Pas peur de ne pas y arriver, après tout, je ne suis pas la première ni la dernière. Pas peur de devoir faire une césarienne, une épisiotomie au autre au besoin. Je voulais juste que tout aille bien pour bébé. Pourtant, pour Marmouset, j’avais été loin de l’accouchement idyllique comme vous le savez. J’aurais pu avoir peur donc mais non, je me disais qu’au final j’avais survécu, que j’étais heureuse à présent et surtout que si mon premier accouchement avait été fort en intensité, il aura au moins eu le mérite d’être rapide. J’avais cet avantage de la première expérience, une expérience qui m’a beaucoup appris car justement elle n’avait pas été toute rose. J’avais mis du temps pour trouver la sérénité, plusieurs mois sans doute. Alors cette fois, j’avais résolu de ne pas me laisser avoir, de tout mettre en oeuvre pour que ce soit différent et de n’avoir aucun regret.

Alors là j’en conviens, si c’est votre premier, vous n’avez pas cet avantage. Mais vous pouvez lire des récits d’expériences comme le mien héhé 😉
Bon sinon, vous pouvez toujours regarder Baby boom aussi, personnellement, j’en ai usé et abusé mais ça m’a surtout permis d’extraire toute l’eau de mon corps en pleurant comme une madeleine (oui je suis sensible mais surtout j’étais enceinte 😉 ) et d’être un peu rassurée parce que même si je sais que tout n’est pas toujours tout rose, tout est bien qui finit bien à chaque fois dans cette émission.

10-Du repos au préalable et du lâcher prise ensuite
Le plus difficile pour moi, je suis hyper active, en deux mots hein. Ce n’est donc pas une pathologie, j’ai juste du mal à rester sans rien faire car de toute manière, j’ai toujours quelque chose à faire et je suis la reine des to do list. C’est vous dire, parfois je rajoute des trucs que j’ai fait dans la liste juste pour le plaisir de les cocher (oui bon, peut-être que ça fait un peu pathologique là en fait dit comme ça 😉 ). Ce que j’ai appris avec Marmouset, c’est que si on ne se repose pas avant, comme on ne va pas beaucoup se reposer après, le combo risque d’être terrible.
Non parce que moi je m’étais dit « trop bien, quand je serai en congé mater, je vais pouvoir faire tout ce que je n’ai jamais le temps de faire, de la couture, du bricolage, lire, … » mais bien sûr, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu (comment ça cette pub va avoir 20 ans ? ). Déjà avec un bébé souriant et calme dont tu as l’image dans la tête avant d’avoir le tien, tu as peu de temps mais si en plus tu as la chance d’avoir signé pour un pack avec coliques ou RGO, tu n’auras même pas le temps de te pendre (mais tu en auras très envie).
Donc vraiment, dormez, dormez avant, et après dormez encore dès qu’il dort. Bon s’il ne dort pas, trouvez quelqu’un qui aille le balader pour vous reposer un peu de temps en temps, c’est primordial. En plus, les bébés sentent notre fatigue et notre stress et si ce n’est pas facile (et ça ne le sera pas), ça risque d’être pire sans repos. Oubliez le ménage, le rangement, les courses, les lessives, déléguez un maximum et remettez au lendemain (tous les jours 😉 ).

 

Et avec le recul ?
Si ces 10 points avaient été remplis ou presque, pour mon premier accouchement, il est fort à parier que d’abord, peut-être que je n’aurais pas eu les complications qui se sont déroulées mais surtout, malgré la difficulté, j’aurais compris ce qui se passait, je me serais remise plus facilement psychologiquement parlant.

Aujourd’hui, je suis heureuse.
Juste après ce deuxième accouchement, j’étais heureuse et presque reposée.
Je ne peux pas dire ça de mon premier malheureusement. J’étais heureuse et épuisée, heureuse et perdue, et finalement je n’étais plus heureuse. J’avais voulu mon Marmouset plus que tout et je l’avais crié haut et fort, s’ajoutait donc la culpabilité de ne pas me sentir épanouie dans mon métier de maman. J’étais heureuse qu’il soit là mais complètement dépassée et je ne sais pas comment je tenais encore debout parfois.

Ce deuxième accouchement, serein cette fois, m’a permis d’être plus à même de m’occuper de Caillou et de moi-même, d’être joyeuse, épanouie, heureuse d’être à la maison avec mon petit, de réussir à sortir, à voir du monde, de me sentir bien, fatiguée certes mais satisfaite. Note pour moi-même, finalement ne pas en vouloir aux copines qui disaient « tu verras c’est que du bonheur » car en fait oui ça peut l’être. Même si la période bébé, ce n’est toujours pas « mon truc », si je les préfère un peu plus grands, de l’âge de Marmouset, l’âge où je les sens plus indépendants (mais pas encore trop quand même), l’âge où ils absorbent tout, où ils sont passionnés par tout et où je peux commencer à jouer à la maîtresse avec eux ;), aujourd’hui, je peux dire qu’avec Caillou, j’apprends à apprécier une autre période de l’enfance, et que oui, ça passe bien trop vite là où avec Marmouset j’aurais aimé que ça passe bien plus vite.

 

Ah oui, sinon, il y a un onzième point, le point bonus mais là, il faut être douée hein, moi j’ai eu de la chance : accoucher à la Saint André. Oui car comme m’a dit ma maman : « A la saint André, il sort comme il est entré. » Merci maman 😉
Loup-8jours-14-web Loup-8jours-5-webLoup-8jours-30-web

Les photos ont été réalisée par Carole J Photographe, merci à elle.
Caillou porte une salopette nuage de chez Lucien Zazou.

Allaiter et s’habiller

J’ai voulu faire cet article car il y a un petit problème auquel j’ai dû me confronter en tant que « mamallaitante », c’est le choix des vêtements, alors je me dis que je ne dois pas être la seule.
L’allaitement, c’est à la demande et les bébés mettent plus ou moins de temps à se régler sur un nombre fixe et régulier de tétées. Il faut donc pouvoir sortir l’objet des plaisirs gustatifs de bébé n’importe quand et facilement (c’est d’ailleurs l’un de ses avantages), j’ai nommé LE SEIN.
Loup-8jours-15Si vous avez déjà expérimenté la chose, vous avez pu remarquer que, même si théoriquement on peut allaiter avec n’importe quel vêtement puisqu’il suffit de l’ôter ou de le relever, certains d’entre eux sont tout de même peu pratiques. Par ailleurs on n’a pas forcément la possibilité de se déshabiller complètement à chaque fois pour allaiter (à moins de vivre 24h/24 à la plage et d’être adepte du seins nus et encore) ni l’envie de faire des contorsions pas possibles pour réussir à sortir un sein devenu parfois (souvent) d’une taille assez conséquente !

Je vous ai donc concocté une petite sélection de vêtements pour allaiter mais qui ne sont pas spécialement conçus pour à la base.

Pourquoi ne pas acheter des vêtements spécial allaitement ?
Pour quatre raisons :

  • ils sont souvent plus chers que les autres sous prétexte qu’ils ont cette fonction et tomber dans un gouffre financier pour ça alors que l’un des avantages de l’allaitement est sa gratuité serait dommage (et bébé se chargera déjà sans problème de nous ruiner puisque l’on va craquer sur une montagne de choses plus ou moins utiles lui étant destinées 😉 )
  • ils ont souvent une double fonction : grossesse et allaitement, et on peut avoir l’impression qu’ils sont un peu informes ou que l’on nage dedans lorsque l’on n’est plus enceinte (le mode baleine, on a déjà donné 😉 )
  • ils sont parfois plus classiques, passe-partout ou fades que les vêtements non spécialisés et il n’y a pas de raison, comme si mère allaitante et femme n’était pas compatible, on a bien le droit de vouloir être jolie, féminine, élégante ou sexy même si on allaite, non mais !
  • ils sont destinés à allaiter donc lorsque l’on n’allaite plus, on ne peut plus les mettre. Si en plus on n’allaite pas longtemps, on n’a pas forcément d’investir pour une courte durée. Et si on allaite longtemps, on peut avoir envie de changer de style, d’acheter des nouveaux vêtements régulièrement sans devoir se limiter pendant des mois voire des années  à des vêtements « spéciaux » qui nous donnent l’impression d’être réduite à cette fonction.

Bref, pour ma part, depuis que j’allaite, pratiquement 2 ans (avec une petite interruption d’environ 6 mois entre l’arrêt de Marmouset et le début de Caillou), j’ai décidé que non, je ne mettrais pas des vêtements exprès, surtout que je suis repartie pour un certain temps je l’espère.

Voici donc tout de suite ma petite sélection hiver du moment, pour beaucoup made in La Redoute parce que bon, avec deux araignées de moins de 2 ans à la maison, je n’ai plus toujours le temps de courir les magasins alors la vente par correspondance a pris un peu le dessus ces derniers temps (d’autant qu’il y a toujours des promos).

allaiter et shabiller

pull

1 – cardigan en maille (soldé à 27 euros)
2 – cardigan jaspé métallisé Mango  (soldé à 25 euros)
Parce que les gilets me paraissent indispensables, beaucoup plus pratiques que des pulls pour pouvoir allaiter sans avoir besoin de les retirer et donc en restant bien au chaud quelque soit l’heure ou l’endroit où bébé fera sa demande. Il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Mon choix s’est porté sur ces deux-là car je les voulais longs mais pas trop non plus (oui je suis petite et comme le dit Cristina « ma chéééériiiie, c’est pas possible hein, le gilet long, si tou es petite, ça te tasse » alors je me suis faite une raison 😉 ). Ceux-ci m’arrivent juste sous les fesses (pour mes 1,60 m, bon d’accord un tout petit peu moins). Une jolie coupe pour le premier, un joli colori pour le second, et une ceinture peut venir accessoiriser le tout (ces gilets ne ferment pas).

3 – combinaison noire
Une pièce à avoir dans sa garde-robe. Avec des escarpins et une petite veste chic, on se créera une tenue élégante à porter en soirée. Avec des bottines plates et un châle, on en fait une tenue plus bohème à porter au quotidien.  Je pensais que ça n’allait qu’aux grandes (là encore je crois bien que Cristina l’avait dit mais on fait encore bien ce qu’on veut non si on se sent belle ! ), et que je devrais faire des maxi ourlets. 😉 Pas du tout, j’ai déniché ce basique chez Camaïeu trois semaines après avoir accouché de Caillou alors que je cherchais une tenue pour les fêtes (mais il en existe chez à peu près toutes les enseignes). Une combinaison noire sans manches, que je n’ai même pas eu besoin de recouper (peut-être se porte-t-elle 3/4 pour les plus grandes), parfaite pour masquer les petits bonheurs que la grossesse nous a laissés, le petit ventre que l’on a encore, les bonnes hanches qui ne sont pas redevenues aptes à rentrer dans nos anciens jeans, … avec un plus pour l’allaitement, un col croisé type cache-coeur se fermant discrètement par une petite attache comme celles de l’arrière des soutien-gorge.

4 – t-shirt sans manches bi matière Laura Clément (soldé à 25 euros)
Il y a deux techniques pour allaiter avec un vêtement qui n’est pas fait spécialement pour ça : par le haut, si le vêtement peut se déboutonner ou s’ouvrir type chemisier ou par le bas en le relevant si le vêtement est complètement fermé.
En hiver, j’ai une petite préférence pour l’ouverture par le haut, tout simplement parce que je n’ai pas forcément envie de devoir exposer la moitié de mon ventre au froid de l’hiver (et seulement au froid de l’hiver, l’exposition au regard des autres m’importe peu, mais si cela vous gêne, sachez qu’une fois votre enfant installé, on ne voit pas vraiment votre ventre en fin de compte).
Ceci étant dit, pour ne pas faire une overdose de chemisiers et blouses, il est bon d’avoir d’autres types de hauts comme celui-ci. Je les choisis fluides, ils sont ainsi plus facile à relever, et cela peut même permettre si le décolleté est assez ouvert de passer juste ce qu’il faut du sein par le haut.

5 – blouse plumetis fluide Laura clément (soldée à 20 euros)
6 – blouse manches 3/4 (soldée à 7,50 euros)
Le chemisier ou la blouse est une des pièces maîtresses de la garde-robe d’une mamallaitante, mais ce n’est pas une raison pour qu’ils soient « mémérisants ». A la base, le chemisier, ce n’est pas vraiment mon truc, parce que je le trouve souvent informe et trop classique. Mais à devoir en acheter, j’ai constaté qu’il en existe une multitude et qu’ils peuvent mettre en valeur le corps si on les choisis bien. A boutons pressions, à zip, à boutons classiques, … à fermeture intégrale ou jusque sous la poitrine, manches longues, 3/4, dans tous les coloris, les motifs, les tissus, … il y a du choix pour éviter la lassitude.
J’ai sélectionné le premier pour son jeu de transparence et de superposition, en blanc ou noir, il est très élégant, le bouton du haut peut être ôté pour une jolie ouverture de col. (Attention à la taille choisie, il serre légèrement au niveau de l’intérieur du coude lorsque l’on plie le bras et ça peut devenir désagréable pour un bras un peu fort).
Le second m’a tapé dans l’oeil pour son ouverture aisée par zip, porté légèrement rentré dans un jean, il donne un très bon look.
Attention à la taille choisie, car petit détail, si votre poitrine a considérablement augmenté, ces deux chemisiers peuvent (peut-être) être un peu justes à ce niveau. J’avoue continuer à prendre ma taille habituelle, puisque j’ai hérité d’un maxi contenu dans un mini contenant 😉

7 – pull tennis soft grey (soldé à 30 euros)
Pour changer un peu des gilets, j’ai craqué sur ce pull bien chaud à large encolure, qui me permet donc de le garder pour allaiter et d’avoir juste à relever ou déboutonner le haut du dessous (oui car n’en déplaise à Paparaignée, il faut bel et bien porter quelque chose en dessous, si, si, je vous assure, l’ouverture descend jusqu’au nombril 😉 )

,

L’accouchement rêvé (ou presque) – partie 1

Un moment qu’il fallait que je vous en parle.
Il y a deux mois, je vous annonçais l’arrivée de Caillou, la nouvelle petite araignée qui agrandissait la famille. Mais depuis, je n’avais pas encore pris le temps de vous raconter un peu sa naissance.
Loup-8jours-35-webN’ayez crainte, vous ne trouverez pas ici les détails techniques d’un accouchement. Ben non, je tiens à garder mes lecteurs quand même 😉 et je ne fais pas dans les écrits de guerre et journaux de bords de champs de bataille 😉 . Et puis bon, vous savez tous comment ça se passe ou presque de ce point de vue là, je ne suis pas une extraterrestre et Caillou n’est pas apparu dans un pet magique de poney arc-en-ciel (quoique, entre le ressenti et la réalité il n’y a qu’un pas), tout propre, tout peigné et tout lisse (oui je sens votre déception mais en fait j’ai fait comme tout le monde, si, si).
Dans cet article, qui risque fort d’être long (fuyez tant qu’il est encore temps), vous trouverez donc surtout des impressions, des détails qui m’ont marquée, les petits trucs et astuces qui nous ont permis d’accueillir Caillou sereinement et surtout la preuve que l’on peut vivre un accouchement et un séjour à la maternité agréables même quand la première fois a quasiment été à l’extrême inverse. Et ça c’est déjà pas mal hein ! 😉

De fait, dans un premier temps, il est nécessaire de passer par une autre étape de notre vie, l’arrivée de Marmouset, qui celle-ci ne s’est pas faite dans la douceur comme vous l’aurez compris. Alors me direz-vous, point d’accouchement ressenti comme absolument merveilleux sans un accouchement difficile avant ? Heureusement non, mais l’histoire d’un accouchement difficile peut permettre aux futurs parents de mieux se préparer et de dédramatiser un peu (et aux déjà parents de se remémorer quelques souvenirs et de relativiser !)

Enchaîner les problèmes  ou l’accouchement numéro 1
(si vous n’avez jamais accouché,  vous pouvez directement passer à l’accouchement numéro 2 qui se trouve dans l’article suivant mais je décline toute responsabilité de « non-préparation au pire » 😉 )
Le jour de l’arrivée de Marmouset, tout se passait bien. Je sentais le super accouchement venir parce que chez moi, apparemment, ça descend tout seul (si vous avez mis des heures et des heures à accoucher, ne me détestez pas tout de suite, j’ai eu mon lot d’autres joyeusetés en compensation). Pratique n’est-ce pas ? Enfin tout est relatif car ça descend bien trop tôt, dès le troisième mois mais ça, c’est une autre histoire. Tout allait bien donc, une jolie nuit de pleine lune, pas un chat une maman à la maternité sur le point d’accoucher mis à part moi, une sage-femme rassurante et même un petit tour dans la maxi baignoire de ouf pour se relaxer (comme celle que l’on voit à la télé dans Baby boom oui parce que ma maternité est passé dans Baby boom héhé). Sauf qu’à quelques minutes du moment fatidique, il s’est passé ça :
– double cordon autour du cou de Marmouset = baisse de son rythme cardiaque = intervention du médecin en urgence avec épisiotomie et forceps
+
– péridurale qui ne fonctionne pas ou pas au bon endroit (je ne sais toujours pas bien) = douleur ++++++  (ben oui forceps et épisio hein) = état second et impossibilité de sentir si je pousse ou pas et bien ou pas.
Bref, un accouchement rapide mais fait « à l’arrach » comme disent les jeunes (comment ça les jeunes disent plus ça ?) qui au final m’a apporté une extrême fatigue, un baby blues (peut-être même un peu plus que ça) et une impression de ne pas avoir réellement mis au monde Marmouset.
Je ne vous passe pas l’après « expulsion » (oui c’est ce doux mot qui est utilisé dans le corps médical, ça aide bien à la sérénité hein ? 😉 ), ce serait vous priver de quelques détails dignes d’un film mêlant l’horreur et le comique. Je devrais plutôt dire « extraction » d’ailleurs dans mon cas. L’après extraction donc, avec la sage-femme qui t’appuie sur le ventre car je cite « désolé Madame, tout n’est pas sorti » et par tout, elle désigne le placenta hein, le bébé lui était en un seul morceau ouf  (vision d’horreur)! Et le doux moment où tu te fais recoudre et où la péridurale ne s’est toujours pas décidée à fonctionner (comment ça j’avais dit pas de détails techniques type « champ de bataille » au début de l’article 😉 ) et où le médecin, au moment du passage de l’aiguille, quand tu serres un peu les dents et que ça se voit, te sort très sérieusement « Vous êtes un peu sensible de cet endroit là non ? ». Et là, pas encore sortie de ton état de quatrième dimension, secouée par ce que tu viens de vivre, la répartie te manque malheureusement mais tu aurais bien aimé lui dire que « Non, non, pas du tout », tous les jours tu te plantes des aiguilles dans le vagin et que tu veux bien partager ce moment de plénitude avec elle, histoire qu’elle saute de joie avec toi et que d’ailleurs, juste avant, c’est aussi par complaisance que tu criais quand elle a activé ses forceps.

Autant vous dire qu’après ça, le bonheur d’avoir son bébé sur son ventre et les pleurs de joies et d’émotions avec sa moitié, on peut s’asseoir dessus. Enfin si tu pleures hein, mais tu pleures parce que tu es perdue, que tu ne comprends pas bien ce qui s’est passé et que ça y est c’est bon tu as vu le bébé, on peut le remettre là où il était maintenant ?
Dans les films, les parents s’embrassent, regardent leur oeuvre avec béatitude et la maman dit au papa, « c’est le plus beau jour de ma vie ». Ben qu’est-ce que ça doit être les autres ?. Moi, bizarrement, ma première phrase au papa fut : « je suis désolée, je ne pourrai pas faire un deuxième ». Note pour moi-même : arrêtez de croire les films niaiseux et les mamans qui te disent, « tu verras c’est que du bonheur ».
Mais bon, comme vous le savez, j’ai fait un deuxième et j’en ai même parlé au papa quelques jours après l’accouchement de ce futur deuxième, il faut croire que le cerveau et le corps sont conditionnés pour oublier et ne garder que le positif (si si apparemment il y a eu du positif, là tout de suite en y repensant, je ne vois pas quoi mais il y en a eu, forcément 😉 ).

Bref, le premier accouchement, je peux le résumer ainsi : trop vite, trop violent, trop confus.

Et la pouasse amenant vraisemblablement la pouasse, ç’aurait été trop beau que cela s’arrête ainsi.
Ayant eu l’extrême privilège de connaître ce qu’on appelle un périnée complet (vous ne connaissez pas, ne comptez pas sur moi pour vous l’expliquer, google s’en fera une joie, on a dit pas de détails so glam 😉 ), j’ai eu un autre privilège, un séjour prolongé à la maternité avec un gros suivi. Un gros suivi, ça ne veut pas dire plus de repos. Parce que toi, tu crois que tu peux te reposer à la maternité, que c’est bon le plus dur est passé ! Mais non, il ne faudrait pas que le retour à la réalité soit trop doux non plus, hein. Alors on vient te voir tous les 5 minutes pour la pesée, la température de bébé, la tienne, la tension, le test machin chose pour bébé, la vérification de la cicatrisation, si tu saignes bien comme il faut (toi tu sais pas bien ce que ça veut dire mais eux visiblement ils ont une idée précise de la chose), si tu vas bien aux toilettes comme il faut, le positionnement au sein (qui change à chaque fois selon la personne qui te le montre), les soins au bébé, le bain, la photo de naissance, les papiers pour déclarer bébé, l’ordonnance pour le retour à la maison, … et j’en passe.
Et puis, si tu as encore plus de chance, voilà ce qui peut se passer.

  • On te dispute parce que tu n’as pas fini de manger quand on ramasse les plateaux (ben oui parce que ton bébé a voulu téter au même moment, c’est vrai quoi il peut pas se caler au bon moment ce fils indigne ! et puis faire ses nuit tant qu’on y est aussi !).
  • On te dit de te débrouiller quand tu demandes de l’aide pour changer bébé et que tu ne tiens pas debout parce que je cite encore « c’est comme ça qu’on apprend ».
  • On t’envoie te faire voir assez clairement lorsque tu rappelles que la sage-femme de jour a demandé que l’on te prenne un peu ton fils la nuit (parce qu’elle était inquiète de ton manque de repos).
  • On découvre le dernier jour où tu es là qu’en fait il y avait un souci d’aération dans ta chambre et que si tu n’arrivais pas à dormir, ce n’est pas parce que l’accouchement t’a transformé en chaudière, mais juste parce que l’on t’a offert le luxe de séjourner dans la chambre sauna (trop généreux, vraiment fallait pas).
  • Et enfin, on t’informe que la dernière pesée se fera la nuit, celle où tu pensais enfin dormir parce que la montée de lait est passée et que ta chambre dispose enfin de l’option aération mais que non à 2h du mat, tu devras déshabiller bébé complètement, le rhabiller (pour une fois qu’il dormait) et le faire téter pour qu’il se remette de ce réveil bien violent. Ben oui, parce que « vous allez sortir demain matin alors faut que tout soit réglé avant la sortie », d’ailleurs, finalement, tu sors seulement à midi passé car personne n’est prêt sauf toi (trop heureuse de partir).

A croire que dans ce moment d’égarement qu’est l’accouchement, le personnel nous fait jouer à la grande loterie de la maternité et que jackpot, j’ai tiré le pack spécial « VDM » 😉

Voilà, un accouchement, ça peut être ça et donc forcément à la maison après, le bonheur est loin d’être présent, la fatigue perdure et le baby blues s’invite plus longtemps que prévu. Mais rassurez-vous aujourd’hui, je le vois comme un scénario digne d’un bon film comique et j’en ris (presque, si, si, quoique parfois jaune 😉 )

Place à la bonne nouvelle, on peut vivre un accouchement DIFFERENT et heureusement. Si je vous ai parlé de ma première expérience, ce n’est pas pour vous effrayer (non non, je vous jure, revenez !) mais pour mieux vous montrer que oui il y a une solution pour ne pas vivre ça. Alors desserez les fesses, il va bien falloir qu’il sorte votre petit bout (comment ça c’est pas les fesses, ah ben tout s’explique alors 😉 ).

Cet accouchement rêvé, je vous en parle ici.

 

 

Dans ma valise de maternité

Hier, dimanche 8 novembre, je suis entrée dans le dernier mois de grossesse ! Caillou peut maintenant décider d’arriver d’un instant à l’autre. Et c’est en général au moment de cette dernière ligne droite qu’il faut se résoudre à faire sa valise de maternité.
La fameuse valise qui nous accompagne lorsque le moment est venu de devenir parents pour la première fois, la deuxième fois et toutes les fois suivantes,…. car il faut un certain nombre de petites affaires pour le séjour à la maternité et donc les premiers jours de bébé.

Si vous avez déjà un enfant, cet article ne sera qu’une petite piqûre de rappel ou une plongée dans vos souvenirs et vous pourrez bien entendu le compléter car il n’est basé que sur mon expérience personnelle.
Si c’est votre premier, peut-être que vous y verrez une certaine utilité, et qu’il vous permettra d’être rassurée, de sourire, de vous sentir prête et d’oublier quelques minutes l’appréhension liée à l’accouchement. Et je vous rassure, même pour un deuxième, l’appréhension est toujours un peu là, ça reste l’inconnu, mais on est déjà tellement occupée par le premier qu’on y pense moins, c’est l’avantage. 🙂

Dans ma valise de maternité il y a…
Alors que faut-il y mettre dans cette valise ?
En principe, la plupart des maternités vous donne une liste au moment de l’inscription ou à votre demande. Mais ce n’est pas toujours très parlant et on peut s’interroger sur un certain nombre de choses en la lisant.
Pour la naissance de Marmouset, la liste était longue comme le bras, trois fois plus que celle que j’ai reçue pour Caillou (c’est pourtant la même maternité). On nous avait demandé des couches, des produits de soin pour le bébé, du coton, …. et en fait tout cela était fourni. N’hésitez donc pas à demander à votre maternité des précisions sur ce point pour ne pas vous encombrer pour rien surtout si comme moi, vous prévoyez de vous rendre à la maternité en bus (si tout va bien).
Pour Marmouset, j’avais donc une « immense » valise mais il faut être honnête, c’est aussi parce que, pour un premier, on a envie de prendre tout ce qu’on a au cas où. Au cas où quoi ? On ne sait pas trop et c’est justement pour cela que l’on veut tout prendre 🙂

Voici la liste que j’ai reçue pour Caillou.

IMG_20151109_103116

Pour bébé

  • Ce que j’ai plus ou moins conservé dans la liste :
    – 5 pyjamas
    – 8 bodys
    Pourquoi plus de bodys que préconisé ? Tout simplement parce que je ne sais pas si je vais mettre au monde un géant ou une crevette. Marmouset était de taille « standart », taille 0 mois disons puisqu’il mesurait 50 cm à la naissance. Il était annoncé « petit » d’après la troisième échographie (1,5 kg à 32 SA) et il est arrivé une semaine avant le terme à 3,180 kg. Il n’est devenu un géant que par la suite. Caillou, lui, est déjà dans la fourchette haute (2,2 kg à 32 SA) mais ce n’est qu’une estimation, alors dans le doute, il me semble judicieux de prendre un peu de naissance/0 mois et un peu de 1 mois.
    – 1 bonnet en coton
    J’en ai pris un et aussi un en laine, parce que c’est celui qu’a porté Marmouset à la naissance, alors, maintenant, tradition oblige, l’ensemble tricoté couleur pêche gilet/chaussons/bonnet, je l’emporte !
    – 1 paire de chaussons
    – 1 nid d’ange, je dirais plutôt une turbulette ou gigoteuse (le nid d’ange c’est plus pour sortir, la turbulette ou gigoteuse c’est pour dormir)
    J’en ai pris deux, une classique et une plus fine mais en laine parce que je la trouve trop mignonne même si je ne l’utiliserai peut-être pas (oui on a quand même aussi le droit à un peu de superflu si ça nous fait plaisir).
    -4 serviettes de toilettes
    Faut pas exagérer non plus, on ne vient pas avec une remorque hein, donc, pour ma part, 2 capes de bain, ça suffira, ça prend déjà pas mal de place. Et Paparaignée reprendra le linge sale et apportera du propre au besoin. En plus, il me semble que pour Marmouset c’était fourni mais je me trompe peut-être.
    – 1 tétine
    Même si comme moi vous vous disiez : « Quoi la tétine, moi jamais ! » . Ben si en fait, au bout de trois jours, quand vous êtes fatiguée épuisée, que vous craquez, que bébé vous prend pour une tétine géante (et si en plus comme pour moi il ne peut pas faire de tétée plaisir car votre lait sort tout seul dès qu’il prend le sein), la tétine vous l’appréciez, vous la bénissez même (ou presque).
  • Ce que j’ai enlevé ou que j’ai failli enlever dans la liste :
    – 3 paires de chaussettes
    Je n’en vois pas bien l’utilité, Caillou aura des pyjamas avec des pieds et des chaussons par-dessus, plus la turbulette. Durant les deux ou trois jours suivant la naissance, le bébé doit être très couvert car le changement de température entre l’intérieur du ventre et l’extérieur est assez violent et il faut un temps d’adaptation. De nombreuses maternités ne font d’ailleurs pas de bain pendant ces 3 jours pour éviter un refroidissement supplémentaire. Mais pour les chaussettes, je ne vois pas où les insérer avec toutes ces couches, Marmouset n’en avait pas.
    – 1 paire de moufles
    Oui bon, on m’en avait données des « spéciales nouveau né » alors je les prendrai mais honnêtement je ne les ai jamais utilisées pour Marmouset. Toutefois, il est vrai que le nourrisson peut se griffer facilement le visage, il a de petits ongles fins qui laissent des traces et il porte ses mains, plus ou moins souvent (selon les bébés) à sa figure, par inadvertance. C’est ce qu’on appelle le réflexe de Moro, ce sont des automatismes, il ne contrôle pas encore ses gestes.
    – 1 brosse à cheveux
    Ben non plus, avec ce que Marmouset avait sur le caillou, franchement ma brosse, elle n’a servi à rien. Enfin ce n’est pas comme si je l’avais achetée, c’était la mienne de quand j’étais bébé 🙂  Alors je ne sais pas trop, même pour un chevelu, si c’est vraiment nécessaire car maintenant que Marmouset a 20 mois et bien plus de cheveux, ben je ne le coiffe toujours pas en fait.
    – 6 bavoirs
    Je me rends compte à l’instant que je n’en ai pas pris. Peut-être nécessaire pour donner le biberon, je ne sais pas, je compte allaiter et pour Marmouset, je n’en ai pas eu besoin. Un lange oui, s’il y a des petits rejets, reflux, … je trouve ça plus pratique.
  • Ce que j’ai ajouté :
    – 2 gilets en laine
    Je suis étonnée, dans l’ancienne liste, il était demandé des gilets ou brassières et là non. On sera presque en hiver et pour Marmouset, né en février, c’était bien utile notamment les trois premiers jours où il est impératif de bien le couvrir comme je l’ai expliqué plus haut.
    – 1 lange
    Comme évoqué plus haut, pour les petites bavouilles, reflux, … éventuels, je ne prends pas de bavoir.
    – 1 couverture d’emmaillotage
    Nous l’avons utilisée pour Marmouset, pour l’aider car il avait des coliques. Même si les coliques n’arrivent pas dès la naissance mais quelques semaines après en principe et que Caillou échappera peut-être à ce type de soucis (je l’espère en tout cas), je l’habituerai si cela lui convient, s’il pleure beaucoup, si ça le rassure, s’il en a besoin, s’il a de gros réflexes de Moro,… Donc je l’emporte.

Voilà donc ce que ça donne en image.
IMG_20151109_104801

Pour maman

– 2 serviettes de bain
Il en faudra peut-être même plus. Ben oui, je vais vous éviter les détails glamour de l’accouchement mais en gros ça tâche si vous voyez ce que je veux dire. Bref, Paparaignée fera un réassort au besoin en venant me rendre visite.
– 1 paire de chaussons
Je préfère marcher pieds nus en temps normal mais bon, à l’hôpital, c’est plus hygiénique ainsi. Donc voilà, je vais pour la deuxième fois en deux ans, utiliser mes chaussons, achetés à moindre coût, exprès pour la naissance de Marmouset 😉
– 3 tenues de nuit
Alors non, 3 ça fait beaucoup, je ne vais pas m’amuser à acheter 3 pyjamas ou chemises de nuit de grossesse exprès. Oui, car on ne retrouve pas sa taille de guêpe ou sa taille tout court d’ailleurs dans l’heure. Donc mon unique chemise de nuit de grossesse/allaitement suffira et pour une deuxième tenue, j’ajouterai un pantalon et un t-shirt un peu amples.
– 4 culottes ou culottes jetables
Là encore, je vous épargne les détails so glam du Jour J (ou pas) mais surtout pensez bien à prendre des culottes auxquelles vous ne tenez pas trop. Celles dont vous aviez prévu de vous débarrasser. Celles que vous aviez gardées pour les « finir » avec la grossesse, une bien belle fin de vie finalement, une fin de vie pour une nouvelle qui commence ! Celles que vous n’avez pas encore osé jeter parce que n’étant pas trouées, vous ne vouliez pas entrer dans ce monde de consommation abusive (enfin surtout parce que ça coûte cher les belles culottes alors c’est pas tous les jours non plus ;)).
Et puis ce sera l’occasion de vous en acheter des toutes belles et toutes neuves un peu plus tard car vous n’êtes pas qu’une maman, mais une femme aussi (rappelez vous de cette bonne excuse le moment venu lorsque vous devrez justifier un achat compulsif ;)).
Plus sérieusement, pourquoi des « vieilles culottes » ? Et là je suis bien obligée d’aborder le sujet qui pourrait fâcher mais qui pourtant est tout à fait naturel, parce que vous allez devoir utiliser des serviettes hygiéniques un certain temps après l’accouchement. Ces magnifiques serviettes hygiéniques fournies par la maternité, immenses, épaisses, sans bords, bref peu pratiques ; des serviettes qui font plus penser à des couches pour problème d’incontinence et qui ne tiennent pas toujours bien. Dans ces conditions, une tâche est vite arrivée.
Pour Marmouset, des culottes jetables étaient fournies par la maternité et elles sont bien pratiques. J’en ai donc glissées dans ma valise, ça ne coûte pas grand chose. De toute beauté, tout en filet très seyant qui met la silhouette, que vous n’avez plus à ce moment, parfaitement en valeur, vous les trouverez au rayon bébé de votre supermarché classique 😉
– des serviettes hygiéniques
Ce n’est pas dans la liste mais au vue de ce que j’ai dit précédemment, ça paraît logique. Parce que, même si c’est fourni à la maternité, on se sent toujours mieux avec des modèles auxquels on est habituée je pense. En revanche, petite mise en garde sur ce point. Vous aurez peut-être l’immense joie de connaître l’épisiotomie, ce doux mot que vous ne préfèreriez pas entendre (pas d’inquiétude, c’est moins terrible qu’on ne le pense) et dans ce cas, une serviette classique de supermarché risque de vous irriter car dans une matière peu préconisée pour ce type de soucis. Vous en trouverez en pharmacie, des « spéciales accouchement » qui sont très bien. Elles seront utiles dans d’autres cas aussi. Est-ce que je vous parle d’infection à staphylocoque ou de mycose due à une éventuelle prise d’antibiotiques… ? 😉 Rassurez-vous, ce n’est pas systématique, tout le monde n’a pas la chance de signer pour le pack spécial « désagréments sous la ceinture », loin de là, mais il vaut mieux anticiper.
– une trousse de toilette
Avec tout ce que vous voulez dedans, même du maquillage si vous en avez envie, parce que oui, on a le droit de prendre 5 minutes pour s’occuper de soi si ça nous plaît et nous aide à nous sentir mieux (et parce que la photographe rattachée à la maternité, s’il y en a une, passera sûrement vous voir ;))
– des habits pour la journée
Ce n’est pas écrit dans la liste mais quand même, on ne repart pas dans l’heure et on peut avoir envie de changer de vêtements durant le séjour non ! Bon ne rêvez pas hein, pas vos anciens jeans, pas tout de suite 😉 Personnellement, outre mon jean de grossesse que je porterai sur moi en principe, j’ai juste ajouté dans la valise 2 hauts, un chemisier et un t-shirt (qui s’ouvrent comme je veux allaiter).

En parlant d’allaitement

– 2 soutiens-gorges d’allaitement
Moi, je dirais qu’un peut suffire car on n’a pas forcément envie d’investir de suite alors que l’on ne connait pas vraiment la taille que l’on va faire après l’accouchement et après la montée de lait.
bouts de sein en silicone
Surtout pas malheureuse ! Le bébé ne saura plus bien téter sans, et tètera donc peut-être moins bien. Par ailleurs, ce n’est pas pratique et c’est contraignant (lavage, séchage). Alors même si une sage-femme vous dit que vos tétons ne sortent pas assez, même s’ils sont ombiliqués d’ailleurs, on peut très bien allaiter ainsi et les bouts de sein ne sont pas nécessaires. C’est la position de bébé qui change tout, pas la forme de la poitrine. Les sages-femmes qui vont se succéder vont peut-être vous dire tout et son contraire car malheureusement, la plupart ne sont pas formées à l’allaitement, et selon leur génération, elles ont toutes des conseils différents qui peuvent vite vous perdre.
Alors les bouts de sein, si possible on évite. De toute manière, la maternité en fournit si vraiment la panique s’installe et que vous voulez vite trouver une solution. Ce qui est indispensable, ce serait plutôt le numéro de téléphone de la consultante en lactation la plus proche pour l’appeler à la rescousse au premier souci, elle saura vous conseiller et vous aider mieux que quiconque.
crème anti-crevasses
Non plus, vous n’allez pas l’acheter pour rien, il sera bien temps d’envoyer quelqu’un à la pharmacie du coin ou d’en demander à la maternité au besoin.
– coussin d’allaitement
Bien pratique pour adopter la meilleure position pour démarrer au mieux l’allaitement (il peut éviter l’utilisation des bouts de sein d’ailleurs en aidant à positionner correctement le bébé). Parce que non, on ne fait pas téter le bébé comme on le voit souvent sur les photos ou dans les films, en tout cas il peut ne pas forcément trouver le sein tout de suite comme ça. Il y a de bien meilleures positions mais cela fera peut-être l’objet d’un autre article quoique le net est bien fourni sur le sujet.

Et voilà pour maman.IMG_20151109_111401

Pour terminer, les papiers importants

Les papiers classiques qu’en principe vous avez souvent dans votre sac à main : carte d’identité, carte vitale, mutuelle.
Pensez juste à ajouter votre dossier de suivi (analyses, échographies, …) si vous avez été suivie ailleurs qu’à la maternité et le livret de famille.

Et quelques ajouts personnels ou petites choses à penser en amont

J’ajouterai :
– une bouteille d’eau
Alors oui je sais, soi-disant on n’a pas le droit de boire une fois le travail engagé, dans beaucoup de maternité. Mais vous pouvez prendre une petite gorgée de temps à autre quand même, personne ne vous guette en permanence de toute façon et ça peut être long avant que bébé ne se décide à sortir.
– mon homéopathie
Ma sage-femme prescrit, si on le souhaite, un pack de granules homéopathiques à prendre avant et pendant le travail et je suis plutôt adepte.
– un sac plastique pour le linge sale
– pour ramener bébé à la maison : mon sling de portage, une combinaison ou un nid d’ange/chancelière ou peut-être le cosy. Je ne sais pas encore on avisera avec Paparaignée le jour du retour.
– à garder précieusement à portée de main pour le départ, un numéro de taxi ou celui d’un voisin ou ami si vous n’avez pas de voiture ou personne pour vous emmener à la maternité et un peu d’argent pour payer le taxi du coup.

 

Pour conclure, pas la peine de se charger trop comme je l’ai dit, vous ne partez pas en vacances pour une semaine en principe. Encore que, pour mon premier accouchement, je suis restée 6 jours à la maternité.
Vraiment, partez tranquille, il vaut mieux avoir, plus ou moins à disposition, un conjoint, de la famille ou un ami, quelqu’un de confiance qui pourra vous ramener ce dont vous aurez besoin, faire du réassort et reprendre le linge sale. Quand vous serez à la maternité, pensez tout de même à préciser, surtout si c’est à votre conjoint et que c’est un homme (mouahahahaha que je suis mauvaise), où se trouve chaque chose, et le détail de ce qu’il faut prendre, qu’il ne vous ramène pas un body taille 6 mois ou qu’il ne s’emballe pas trop en cherchant des culottes dans votre boîte à dessous et en voyant vos magnifiques shortys en soie ou pire vos strings, non l’Homme, ce n’est pas pour tout de suite ! 😉

Je suis prête enfin je crois !IMG_20151109_111603

Je vous souhaite un bon accouchement et une belle rencontre avec votre futur bébé !

N’hésitez pas à partager cet article et à aimer la page facebook Une Araignée au Plafond.

Le berceau des premiers mois

L’arrivée de Caillou approche à grands pas, dans quelques jours, ce sera la dernière ligne droite ! Il est donc temps de lui préparer son berceau, celui qui va l’accueillir dès son arrivée à la maison et qui lui servira durant ses 2 ou 3 premiers mois comme cela avait été le cas pour Marmouset.

Un berceau pour les premiers mois
Le berceau en question, nous l’avions longuement cherché et c’est à peine quelques semaines avant la naissance de Marmouset que nous avions enfin déniché notre coup de coeur sur Leboncoin. A deux pas de chez nous, il semblait nous attendre.
Un petit berceau à roulettes et pile à la bonne taille. Pas trop grand pour que Marmouset ne soit pas trop perdu dedans, il nous semblait une bonne transition pour passer du ventre à son grand lit à barreaux. Pas trop petit non plus et finalement heureusement car nous ne savions pas encore que nous avions conçu un futur petit géant. Bref une taille idéale pour être placé dans notre chambre sans trop d’encombrement (et ainsi faciliter l’allaitement) et pour être promené d’une pièce à l’autre sans réveiller bébé, au besoin.
Lorsque nous sommes allés le récupérer, il avait un habillage des plus classiques, entourant complètement le berceau, des imprimés vieillots roses pâles avec des petits rubans, une matière satinée,… Bref, cela ne nous inspirait guère et nous l’avons vite ôté, trouvant ce berceau vintage bien plus beau au naturel.

Du côté de Marmouset
Finalement, prise dans un élan de folie et d’envie irrépressible de faire des tas de petits trucs « maison » pour l’arrivée de bébé (les hormones peut-être), j’ai voulu lui donner une touche personnelle en réalisant un nouvel habillage. Moi qui n’avais jusque là sorti ma machine à coudre que pour faire des ourlets basiques et deux housses de coussins tout au plus, j’avais très envie de me lancer pour l’arrivée de mon petit. À l’époque (enfin c’était il n’y a pas si longtemps finalement), ça avait donné ça. P1090851 P1090850

Un petit demi-tour extérieur légèrement rembourré, quelques nuages décoratifs et un drap housse. Pas si mal pour un début. Et même si dans les finitions ce n’était vraiment pas encore ça, j’étais contente.

Du côté de Caillou
Ayant reçu un très grand morceau de tissu parmi les petits morceaux récoltés pour la Bai jia bei de Caillou, et fondant complètement pour son imprimé « chats », je me suis dit que ce serait l’occasion de faire un nouvel habillage pour le berceau. Je me suis un peu améliorée sur les finitions depuis le premier essai (merci les vidéos de couture sur le net) et voici le résultat.IMG_20151027_162352IMG_20151027_162153IMG_20151024_224713

Comme les photos le montrent, pour Caillou, j’ai donc voulu expérimenter la pose d’appliqués.
Un demi-tour de berceau = une découverte/un apprentissage, c’est ainsi ! Sûre qu’au 10ème enfant, j’aurai tout appris en matière de couture et que je serai peut-être enfin au point 😉

Si cette modeste création vous intéresse, pour le tutoriel, c’est ici. Et si moi je l’ai fait, n’étant pas experte, n’importe qui devrait pouvoir alors, n’hésitez-plus et lancez-vous !

,

Les chaussettes Mini Dressing

Aujourd’hui, un nouveau coup de coeur.
J’ai découvert sur un autre blog des photos d’une fillette portant des chaussettes montantes sur lesquelles j’ai littéralement craqué.
Après plusieurs semaines, ces chaussettes n’avaient pas quitté mon esprit. Je n’allais tout de même pas faire une commande avec des frais de port juste pour des chaussettes ? Et bien si.

Rose and Cabbage
C’est sur le site du concept store Rose and Cabbage que j’ai pu retrouver les superbes chaussettes parmi d’autres articles tout aussi mignons. Un site de vente en ligne de vêtements, jouets, décos, … de différentes marques, pour enfants. Et ce qui achève de me séduire dans les produits qu’ils choisissent de mettre en avant, c’est qu’ils sont de qualité, dans des matières nobles, écologiques,… et l’on y trouve aussi du fait main.
J’ai donc passé commande, deux paires pour Marmouset et une pour Caillou, reçue à peine deux jours après, du rapide donc ! Et on peut dire que Rose and Cabbage sait parler à ses petits clients (et à leurs parents). Oui car à l’ouverture du colis, outre une petite carte de remerciement (ça fait toujours plaisir), une sucette et des petits crayons de couleurs accompagnaient les chaussettes. Comme Marmouset n’a que 20 mois, j’ai donc du me sacrifier pour déguster la sucette, un vrai supplice vous vous en doutez 😉
IMG_20151021_172051
Les chaussettes Mini Dressing
Les chaussettes sur lesquelles j’ai craqué proviennent de la marque
Mini Dressing et il me semble que Rose and Cabbage doivent être les seuls en France à les vendre.
Seul Marmouset a pu les tester pour le moment puisque Caillou est encore au chaud. Et voici le résultat.
3b 4b 5b 6b 7

Les plus
Matière et qualité
Longueur : les chaussettes montent jusqu’aux genoux, parfaites pour l’hiver, parfaites aussi pour un temps moins froid avec un petit bermuda ou une jupe. Une bonne alternative au collant pas toujours pratique à mettre ou que certains peuvent rechigner parfois à proposer à un garçon. Cela permet aussi de contrer le fameux phénomène du « pantalon qui remonte » et qui laisse les chevilles nues quand l’enfant est dans la poussette (ya pas qu’à moi que ça arrive, rassurez-moi) et pour les adeptes du portage, c’est top aussi pour la même raison.
Motifs/imprimés : il ne faut pas se mentir, c’est pour cela que l’on craque en premier, et on devient vite adepte du « je laisse bébé se promener en body et en chaussettes toute la journée » parce qu’elles sont trop belles et qu’il faut qu’on les voit ! J’ai choisi les chaussettes ours, raton et serpent qui existent aussi en d’autres coloris.
Propriété antidérapante : les chaussettes ont des petits motifs en relief, antidérapants, sous le pied. Un plus si comme ici, votre loulou ne porte pas de chausson, qu’il y a du parquet glissant au sol (impossible donc de le laisser en chaussettes classiques) mais que quand même vous voulez qu’il ait les pieds au chaud.

Les un petit peu moins plus
Les frais de port, oui bon en même temps, on ne peut pas dire que c’est anormal hein mais comme je ne voulais que des chaussettes, sur le coup, je me suis dit zut, juste pour ça. Il faut avouer qu’avec trois paires dans le panier, ça passe mieux 😉 et une fois le produit entre nos mains, c’est carrément oublié.
La rupture de stock fréquente sur ces chaussettes probablement victimes de leur succès (donc c’est bon signe en fait), mais j’ai pu constater qu’elle sont relativement rapidement remises en stock à chaque fois donc pas d’inquiétude si la taille que vous souhaitez n’est plus là, ce n’est que temporaire.

 

Marmouset, 20 mois, 90 cm porte les chaussettes Mini Dressing en taille 3-4 ans (encore un poil grandes mais ça va) ainsi qu’un body Moromini.

Maria Montessori

Je vais être amenée à vous parler de temps à autre d’un matériel spécifique, à destination de nos chères têtes blondes, un matériel issu de la pédagogie Montessori. Il convient donc dans un premier temps d’écrire quelques lignes sur cette pédagogie comme une introduction aux articles qui suivront et qui s’y réfèreront.

La pédagogie Montessori
Vous en entendez très certainement de plus en plus parler un peu partout, sur les blogs, dans les magazines pour les parents, dans les journaux, …, il ne se passe pas une semaine sans que je vois le nom de Montessori cité quelque part. Mais il serait dommage que cela soit juste un effet de mode et que les personnes mettant en avant cette pédagogie ne se soient pas réellement informées sur le sujet, au point qu’elles oublient que ce nom est avant tout celui d’une femme : Maria Montessori. Car la pédagogie Montessori existe depuis de nombreuses années et ses bénéfices ne sont plus à démontrer. D’ailleurs, de nombreux enseignants l’utilisent, en particulier en maternelle, malheureusement souvent partiellement, faute de formation et de moyens.
Alors pour vous la faire courte et pour ceux pour qui le nom « Montessori » est encore inconnu, quelques mots sur cette grande dame.

Maria_Montessori

Maria Montessori est une femme né à la fin du 19ème siècle en Italie, docteur en médecine et licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Outre son combat au sein du mouvement féministe, elle est connue pour avoir fait de nombreuses recherches auprès des enfants. Elle s’est d’abord intéressée aux enfants des cliniques psychiatriques, présentant des déficiences mentales dans le but de montrer qu’ils étaient, comme tout à chacun, capables de recevoir une instruction et qu’il était nécessaire de les considérer autrement que comme des enfants « aliénés » sans aucun avenir.
C’est à ce moment qu’elle concevra du matériel spécifique, en suivant les traces des pédagogues français Jean Itard (Victor l’enfant sauvage) et Edouard Seguin. Ce matériel a donc été élaboré pour des enfants déficients et a été une grande réussite puisque ces enfants ont été capables de réaliser les mêmes prouesses et même mieux que les enfants de la même classe d’âge dits « normaux ».
Elle s’est ensuite occupée d’enfants défavorisés et laissés pour compte en créant une « maison des enfants » où ses expériences et découvertes se sont intensifiées pour aboutir à ce que l’on nomme aujourd’hui la pédagogie Montessori.

Cette pédagogie permet à l’enfant de faire ses propres découvertes, à son rythme, en répondant à ses besoins du moment. La classique transmission des savoirs est donc mise de côté pour un accompagnement du développement naturel de l’enfant.
Le pédagogue n’est là que pour être le garant du cadre, c’est-à-dire mettre à la disposition de l’enfant, les outils lui permettant d’être au coeur de l’action et d’oser s’aventurer dans des activités. Ces activités ont principalement pour but de développer son autonomie et son initiative mais aussi de l’amener à acquérir des qualités essentielles pour son futur : confiance en soi, organisation, concentration, réflexion et persévérance.

Dès le plus jeune âge, le matériel développé par Maria Montessori permet donc à l’enfant de percevoir le monde de manière de plus en plus précise, de découvrir des notions abstraites de façon sensorielle et concrète, de se développer et de s’épanouir.