Mon beau sapin… feuilleté

Période de Noël oblige, on teste ou reteste toutes les recettes traditionnelles ou clin d’oeil aux fêtes de fin d’année. La semaine dernière, la super nounou de Marmouset a partagé une vidéo sur les réseaux sociaux de la réalisation d’un sapin en pâte feuilletée au chocolat. Ni une, ni deux, nous avons été convaincus par la facilité et rapidité de la recette (c’est qu’avec deux petites araignées, pour le moment, on a remis à plus tard les gâteaux à étages, glaçages de ouf et pâtisseries à la Cyril Lignac 😉 ).
IMG_0564Pour que Marmouset participe vraiment et parce que nous avions des pommes en train de se perdre, nous avons choisi de faire une version à la compote car après tout on y met ce qu’on veut dans son sapin.

Ingrédients
– deux pâtes feuilletées
– de la compote du commerce ou une compotée maison
– un jaune d’oeuf ou du lait pour dorer

Etapes
Pour réaliser une compote maison, rien de plus simple, on épluche et on coupe les pommes en petits morceaux et on laisse réduire et ramollir dans la casserole avec un peu de sucre et un peu d’eau si besoin. Même pas besoin d’écraser si on aime avoir un peu de morceaux.
Pour cette étape, Marmouset a été mis à contribution, trop heureux de pouvoir utiliser son petit couteau.
1_001 IMG_0560Ensuite, on déroule une pâte feuilletée et on étale la compote en formant un sapin. Puis on recouvre avec une autre pâte feuilletée et on découpe en suivant la forme du sapin. On ne jette pas le reste de la pâte car avec, on peut faire de simples chaussons (ou d’autres formes) fourrés eux aussi à la compote ou à autre chose.
2
Sur notre sapin, on découpe horizontalement des branches de chaque côté et on fait des torsades avec. Comme ce n’est pas très parlant, voici le lien de la vidéo en question. Avec une compote chaude, il n’est pas très facile de faire de belles torsades car la pâte colle et devient toute molle mais on y arrive quand même plus ou moins.
3Ensuite on dore le tout au jaune d’oeuf ou au lait et hop au four 20 minutes à 180°.

Il n’y a plus qu’à se régaler, et surtout on peut décliner cette recette toute bête avec de la confiture, du chocolat, … ou en apéritif avec du chèvre, des lardons, du pesto, … Alors à vos fourneaux !

 

Des manneles pour le 6 décembre

Depuis quelques semaines, chaque week-end, avec Marmouset, on essaie d’avoir un petit moment rien qu’à nous, un moment culinaire !
Depuis que Caillou est né, on garde cette bonne habitude, entre deux tétées et souvent avec l’aide de Paparaignée, on court à nos fouets et tabliers ! Marmouset adore mélanger les ingrédients, casser les oeufs, verser la farine, et aussi nettoyer son plan de travail comme tout bon pâtissier qui se respecte ! Il n’est d’ailleurs pas impossible que le Père-Noël ait vu les prouesses de notre cuisinier en herbe et ne lui fasse un cadeau en conséquence, …
Cette activité l’occupe bien et lui fait découvrir de nouvelles saveurs (quoique Marmouset aime cuisiner le sucré mais pas forcément le manger, il préfère le fromage et le saucisson comme maman).

J’ai donc décidé d’ouvrir une catégorie « cuisine » sur le blog pour vous faire un peu profiter de ces moments de partage en famille et des recettes qui vont avec.

Le 6 décembre, la Saint-Nicolas
Le 6 décembre dernier, c’était la Saint-Nicolas et si je vous en parle, c’est parce que la recette que je vais vous présenter ici y est étroitement liée. Même si je n’y vis plus, dans ma Lorraine natale, la Saint-Nicolas, c’est sacré ! Avant le Père-Noël, c’est lui qui passe dans les écoles et les maisons pour nous gâter (oui, on a trop de chance dans le Nord-Est, c’est double tournée de cadeaux).
Saint-Nicolas, ça ne vous dit vraiment rien ? C’est le Saint Patron des enfants, il récompense ceux qui ont été bien sages tandis que le Père Fouettard châtie les moins méritants 😉 Bon je vous passe les détails de la légende liée à cette fête, vous pourrez la trouver facilement sur le net. Mais pour vous en dire deux mots quand même, c’est pas tout rose, une histoire d’enfants coupés en morceaux par un méchant boucher mais heureusement tout fini bien puisque le grand Saint-Nicolas leur redonne vie ! Bref, chez nous tout le monde la connaît et aujourd’hui, loin de ma région, je me charge de l’exporter dans les classes dans lesquelles j’enseigne.
En tout les cas, pour célébrer dignement la Saint-Nicolas, tradition oblige, on mange des bonhommes en brioche, appelés selon le coin d’où l’on vient mannalas ou manneles. Il ne se passe donc pas une seule année sans que je cours toute la ville à la recherche de la précieuse viennoiserie. Mais là où j’habite aujourd’hui, loin de ce moment de fête, les bonhommes sont difficiles à trouver alors depuis quelques années, je les fais moi-même. Et cette année, j’ai décidé qu’il était temps pour Marmouset d’y goûter aussi.

Mannalas ou Manneles

Ingrédients (pour 4 personnes)
-500 g de farine
-environ 20 g de levure boulangère (en boulangerie, pas en supermarché, c’est beaucoup mieux)
-100 g de sucre
-100 g de beurre
– une pincée de sel
– 2 oeufs
– 200 g de lait

Etapes
Délayer la levure dans 100 g de lait tiède et verser le tout dans un saladier. Ajouter 100 g de farine et mélanger.
Couvrir le saladier avec un linge propre et laisser lever 20 minutes (et là trouvez de

 

quoi faire patienter votre monstre, genre ici lire 3 fois de suite Boucle d’Or, Marmouset est fan).
Faire fondre le beurre dans une casserole avec les 100 g de lait restants, le sucre et le sel. Ajouter cette préparation dans le saladier couvert, mis de côté auparavant.
Ajouter les 2 oeufs et le reste de la farine (400 g) progressivement.
Pétrir pendant 15 minutes (si vos muscles semblent inexistants comme chez moi, alternez avec l’homme ou alors utilisez un robot).
Couvrir à nouveau et laisser lever 30 minutes.
Former des cylindres, de 3 cm de diamètre et 15 cm de long. Inciser ces boudins avec des ciseaux : une fente en bas pour séparer les jambes, deux fentes de biais sur les côtés pour former les bras et la tête. Poser ces ébauches de bonhommes sur une plaque farinée ou recouverte de papier cuisson. Dorer avec du jaune d’oeuf ou du lait, former les yeux et éventuellement trois boutons sur le corps avec des raisins ou pépites de chocolat.
Laisser à nouveau lever 20 minutes.
Mettre au four thermostat 6/7 à chaleur tournante pendant 25 minutes.