,

Passer au lavable en douceur

Aujourd’hui, je viens vous parler Défi Green et plus précisément jetable vs lavable.

S’il y a bien une chose que je me suis dite à la seconde même où il a fallu que nous nous équipions pour l’arrivée de notre premier petit, c’était que les lingettes et les couches jetables à la maison, ce n’était pas possible !

Déjà parce que ce n’est pas dans mes habitudes. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un jour un paquet de lingettes jetables chez mes parents. Certes je suis la petite dernière donc je ne peux pas me rappeler de ce que mes parents utilisaient pour le change mais que ce soit pour dépoussiérer, nettoyer la voiture ou se débarbouiller les mains, aussi loin que je m’en souvienne, ça n’a jamais existé chez nous.  Je sais que ma mère utilisait des gants lorsque nous étions petits et des couches lavables, pourtant bien moins perfectionnées et pratiques que celles que l’on peut trouver aujourd’hui. Je sais donc depuis petite ce qu’est un lange et j’ai même récupéré les protections plastiques que l’on met par dessus pour les poupées des garçons. La preuve en image.

IMG_7809

Aucun animal n’a été maltraité pour cette photo, Chatraignée n’a pas voulu coopérer, heureusement, son compatriote à poils roses s’est montré très conciliant.

Je me suis donc dit dès le début « pourquoi utiliser des lingettes et des couches jetables puisque l’on peut faire autrement sans trop de difficultés ? ».

Ensuite, pour ce que je sais, les couches et les lingettes représentent à elles seules un pourcentage édifiant parmi les déchets, il n’y a qu’à voir à quelle vitesse peut se remplir une poubelle lorsque l’on utilise que ça. C’est quand même l’un des trucs les plus polluants du monde non ? Ça n’allait donc vraiment pas avec mon état d’esprit.

Enfin, je sais et nous savons tous maintenant que les couches et les lingettes contiennent une multitudes d’horreurs passant du perturbateur endocrinien au produit cancérigène et autres joyeusetés. Et là je me demande chaque jour, quand et qui un jour va arrêter d’autoriser la vente des ces m**** ou alors comme pour les paquets de cigarettes avec un gros slogan « ces couches tuent vos enfants ». Tout le monde le dit, tout le monde le relaie, mais ça continue à se vendre, il y a souvent des choses comme ça que je ne comprends pas. Alors je n’oblige personne à passer au tout lavable, il y a fort heureusement des couches et lingettes écologiques de bonne conception (attention pas toutes, même écologiques), je ne comprends juste pas que les composants ne soient pas obligatoires sur les paquets et que ce matériel de bonne conception ne remplace pas les autres dans les magasins.

Bref, je vous ferai un chapitre sur les couches lavables une autre fois peut-être (avec attention l’argument qui tue, en plus c’est trop meuuuugnon) car aujourd’hui je vais plutôt m’arrêter sur les lingettes lavables (toux doux, tout mignon aussi, oui des arguments de poids).

Mon défi, vous montrer à quel point c’est si simple, si facile, si génial que vous ne pourrez plus vous en passez ! Et que même après quelques temps d’utilisation vous vous demanderez comment vous avez pu faire autrement.

Si vous êtes un peu réticent en ce qui concerne les couches lavables (mais enfin c’est trop meuuuugnon je vous dis et tous les parents sont trop jaloux au parc), si vous avez peur de la manipulation et de l’entretien que cela demande (si peu et on s’y fait vite), mais que quand même SuperEcolo vient de temps à autre vous susurrer à l’oreille que ce serait bien de faire un tout petit effort, vous pouvez vous mettre facilement à la lingette lavable qui est ce qu’il y a de plus accessible en matière de produit lavable pour bébé à mon sens. Un petit pas pour vous mais un grand pour la planète et l’humanité comme dirait l’autre 😉

Et pour m’aider à vous convaincre, Maman Naturelle a eu la gentillesse de m’envoyer un petit paquet contenant 5 lingettes Néobulle à tester et une petite bouteille de liniment.
Et je vous raconte ici
 !

 

7 réponses
  1. Une tribu à l'ouest
    Une tribu à l'ouest dit :

    J’ai hâte de lire ton article sur les couches lavables. Je ne me suis jamais sentie les épaules de m’y mettre, à regret. Ca me semble insurmontable et inconciliable avec nos vies déjà bien rythmées, alors que c’est pas l’envie idéologique et santé qui me manque. J’ai hâte de lire comment tu fonctionnes et peut être trouver les clefs pour m’y mettre lorsque nous aurons un deuxième louveteau.

    Répondre
    • Marie
      Marie dit :

      Là je vais publier celui sur les lingettes que je trouve beaucoup plus abordable et compatible avec nos vies de fou 🙂 Je ne sais pas quand je ferai un article sur les couches car le temps me manque beaucoup mais je me simplifie la vie un maximum, je ne fais pas tremper, je fais comme pour les lingettes. Je mets une feuille de papier spécial couche à l’intérieur de la couche, qui me permet de jeter le plus gros à la poubelle ou aux toilettes et ensuite dans le sac à couche et à la lessive habituelle avec le reste (juste il y a des lessives qui encrassent et qui altèrent à force le bon fonctionnement des couches mais il y a un site/blog qui listait les lessives compatibles, il faudrait que je retrouve, lilinappy peut-être). Après je ne te cache pas que ça déborde souvent du petit papier et que quand il y a caca, je passe la couche sous le robinet pour faire partir un max et j’essore avant de mettre dans le sac mais bon ça me prend peu de temps et je n’ai pas toujours le temps de le faire dans l’immédiat, ce n’est pas grave. Et j’étends avec les tâches vers la lumière du jour s’il en reste car le soleil fait disparaître les traces (valable surtout pour les cacas de bébés allaités il me semble). Si des tâches persistent ou si je vois que quand il y a gros débordement, ça part moins bien, je frotte rapidement au fiel de boeuf avant machine. J’ai des couches TE2, des flip, je trouve ça pratique car je ne mets à la machine que l’insert, la culotte de protection je la rince et je la pose sur le bord de la baignoire, ça sèche en rien de temps, je ne la mets à la machine que si elle a été vraiment tâchée. Après j’ai aussi des TE1, c’était surtout pour la nounou au début car comme ça il n’y a pas à séparer insert et culotte de protection, tout va à la machine en même temps, c’est tout accroché, juste ça prend plus de place dans la machine et dans l’armoire. Bref, c’est pas très clair tout ça, il faudrait que j’en parle plus longuement et avec photos 😉

      Répondre
      • Une tribu à l'ouest
        Une tribu à l'ouest dit :

        Oh merci pour cette réponse détaillée. Les lingettes lavables je les utilise aussi sans difficulté effectivement, je suis passée au tout lavable depuis qq temps mnt, plus de sopalin, serviettes etc. il ne me reste que les mouchoirs pour lequel je n’ai pas encore assez de stock en période de gros rhume. Et une fois l’habitude prise ça ne nous a pas posé de problème, c’est vraiment les couches la dernière chose jetable et malheureusement pas des moindre, sur laquelle je bloque. Bon j’espère que mon louveteau sera bientôt propre et le deuxième n’est pas encore en route, alors je peux attendre que tu trouves le temps d’écrire ton article. 🙂

        Répondre
        • Marie
          Marie dit :

          J’avoue que je suis moins assidue pour mon second que pour mon premier car pour la nuit, je mets des jetables Tidoo en ce moment 🙁 parce que j’avais eu des fuites avec mes Flip, en fait, comme ce sont des troisièmes mains ou même plus achetées d’occasion, c’est peut-être pour ça, il faut peut-être racheter des culottes de protection. Et avec le déménagement, le boulot, … je n’ai pas eu le courage de faire des tests avec des inserts supplémentaires, ressortir mes couches lavables nuit, …. et laver des draps jusqu’à ce que je trouve la bonne combinaison. Mais je vais tenter de m’y remettre maintenant que nous sommes bien installés. Et chez la nounou, il a des jetables maintenant du coup donc c’est surtout le week-end, mercredi après-midi et vacances donc ça limite, plus facile tout de suite. Et puis pour mon grand qui n’est pas propre de nuit, j’ai aussi des jetables parce que les culottes d’apprentissages lavables n’absorbent pas assez, elles sont surtout destinés à un petit accident ou à ce que l’enfant sente qu’il a fait, vivement la propreté de nuit 🙂 Si un jour il y a un troisième, j’espère que les couches lavables n’auront plus de secret pour moi 😉

          Répondre
          • Marie
            Marie dit :

            Et puis, j’ai encore du sopalin et des mouchoirs parfois 🙁 mais j’ai beaucoup limité, je me dis qu’il y a encore du travail 😉

  2. Une tribu à l'ouest
    Une tribu à l'ouest dit :

    Je comprend parfaitement, on a déménagé il y a peu de temps aussi et c’est sur qu’on ne peut pas être partout à la fois. Après c’est pas un concours de toutes façons, prendre conscience de ce qu’on peut faire et appliquer ce qu’on arrive à faire, c’est déjà faire sa part de colibri. Je suis encore loin de réussir à mettre en pratique tout ce que je voudrais, exemple les couches, mais comme je le disais dans mon article d’introduction au défi green blog, je pense que ça ne sert à rien de faire les choses dans la contrainte car ce n’est jamais tenable sur le long terme, alors j’avance à mon rythme en essayant d’améliorer tout ce que je peux progressivement. 🙂

    Répondre
    • Marie
      Marie dit :

      Je suis entièrement d’accord avec toi 🙂 si chacun peut faire des petites choses à son échelle, à sa convenance et sans se prendre la tête, c’est déjà formidable 🙂

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *