Articles

Allaiter et s’habiller

J’ai voulu faire cet article car il y a un petit problème auquel j’ai dû me confronter en tant que « mamallaitante », c’est le choix des vêtements, alors je me dis que je ne dois pas être la seule.
L’allaitement, c’est à la demande et les bébés mettent plus ou moins de temps à se régler sur un nombre fixe et régulier de tétées. Il faut donc pouvoir sortir l’objet des plaisirs gustatifs de bébé n’importe quand et facilement (c’est d’ailleurs l’un de ses avantages), j’ai nommé LE SEIN.
Loup-8jours-15Si vous avez déjà expérimenté la chose, vous avez pu remarquer que, même si théoriquement on peut allaiter avec n’importe quel vêtement puisqu’il suffit de l’ôter ou de le relever, certains d’entre eux sont tout de même peu pratiques. Par ailleurs on n’a pas forcément la possibilité de se déshabiller complètement à chaque fois pour allaiter (à moins de vivre 24h/24 à la plage et d’être adepte du seins nus et encore) ni l’envie de faire des contorsions pas possibles pour réussir à sortir un sein devenu parfois (souvent) d’une taille assez conséquente !

Je vous ai donc concocté une petite sélection de vêtements pour allaiter mais qui ne sont pas spécialement conçus pour à la base.

Pourquoi ne pas acheter des vêtements spécial allaitement ?
Pour quatre raisons :

  • ils sont souvent plus chers que les autres sous prétexte qu’ils ont cette fonction et tomber dans un gouffre financier pour ça alors que l’un des avantages de l’allaitement est sa gratuité serait dommage (et bébé se chargera déjà sans problème de nous ruiner puisque l’on va craquer sur une montagne de choses plus ou moins utiles lui étant destinées 😉 )
  • ils ont souvent une double fonction : grossesse et allaitement, et on peut avoir l’impression qu’ils sont un peu informes ou que l’on nage dedans lorsque l’on n’est plus enceinte (le mode baleine, on a déjà donné 😉 )
  • ils sont parfois plus classiques, passe-partout ou fades que les vêtements non spécialisés et il n’y a pas de raison, comme si mère allaitante et femme n’était pas compatible, on a bien le droit de vouloir être jolie, féminine, élégante ou sexy même si on allaite, non mais !
  • ils sont destinés à allaiter donc lorsque l’on n’allaite plus, on ne peut plus les mettre. Si en plus on n’allaite pas longtemps, on n’a pas forcément d’investir pour une courte durée. Et si on allaite longtemps, on peut avoir envie de changer de style, d’acheter des nouveaux vêtements régulièrement sans devoir se limiter pendant des mois voire des années  à des vêtements « spéciaux » qui nous donnent l’impression d’être réduite à cette fonction.

Bref, pour ma part, depuis que j’allaite, pratiquement 2 ans (avec une petite interruption d’environ 6 mois entre l’arrêt de Marmouset et le début de Caillou), j’ai décidé que non, je ne mettrais pas des vêtements exprès, surtout que je suis repartie pour un certain temps je l’espère.

Voici donc tout de suite ma petite sélection hiver du moment, pour beaucoup made in La Redoute parce que bon, avec deux araignées de moins de 2 ans à la maison, je n’ai plus toujours le temps de courir les magasins alors la vente par correspondance a pris un peu le dessus ces derniers temps (d’autant qu’il y a toujours des promos).

allaiter et shabiller

pull

1 – cardigan en maille (soldé à 27 euros)
2 – cardigan jaspé métallisé Mango  (soldé à 25 euros)
Parce que les gilets me paraissent indispensables, beaucoup plus pratiques que des pulls pour pouvoir allaiter sans avoir besoin de les retirer et donc en restant bien au chaud quelque soit l’heure ou l’endroit où bébé fera sa demande. Il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Mon choix s’est porté sur ces deux-là car je les voulais longs mais pas trop non plus (oui je suis petite et comme le dit Cristina « ma chéééériiiie, c’est pas possible hein, le gilet long, si tou es petite, ça te tasse » alors je me suis faite une raison 😉 ). Ceux-ci m’arrivent juste sous les fesses (pour mes 1,60 m, bon d’accord un tout petit peu moins). Une jolie coupe pour le premier, un joli colori pour le second, et une ceinture peut venir accessoiriser le tout (ces gilets ne ferment pas).

3 – combinaison noire
Une pièce à avoir dans sa garde-robe. Avec des escarpins et une petite veste chic, on se créera une tenue élégante à porter en soirée. Avec des bottines plates et un châle, on en fait une tenue plus bohème à porter au quotidien.  Je pensais que ça n’allait qu’aux grandes (là encore je crois bien que Cristina l’avait dit mais on fait encore bien ce qu’on veut non si on se sent belle ! ), et que je devrais faire des maxi ourlets. 😉 Pas du tout, j’ai déniché ce basique chez Camaïeu trois semaines après avoir accouché de Caillou alors que je cherchais une tenue pour les fêtes (mais il en existe chez à peu près toutes les enseignes). Une combinaison noire sans manches, que je n’ai même pas eu besoin de recouper (peut-être se porte-t-elle 3/4 pour les plus grandes), parfaite pour masquer les petits bonheurs que la grossesse nous a laissés, le petit ventre que l’on a encore, les bonnes hanches qui ne sont pas redevenues aptes à rentrer dans nos anciens jeans, … avec un plus pour l’allaitement, un col croisé type cache-coeur se fermant discrètement par une petite attache comme celles de l’arrière des soutien-gorge.

4 – t-shirt sans manches bi matière Laura Clément (soldé à 25 euros)
Il y a deux techniques pour allaiter avec un vêtement qui n’est pas fait spécialement pour ça : par le haut, si le vêtement peut se déboutonner ou s’ouvrir type chemisier ou par le bas en le relevant si le vêtement est complètement fermé.
En hiver, j’ai une petite préférence pour l’ouverture par le haut, tout simplement parce que je n’ai pas forcément envie de devoir exposer la moitié de mon ventre au froid de l’hiver (et seulement au froid de l’hiver, l’exposition au regard des autres m’importe peu, mais si cela vous gêne, sachez qu’une fois votre enfant installé, on ne voit pas vraiment votre ventre en fin de compte).
Ceci étant dit, pour ne pas faire une overdose de chemisiers et blouses, il est bon d’avoir d’autres types de hauts comme celui-ci. Je les choisis fluides, ils sont ainsi plus facile à relever, et cela peut même permettre si le décolleté est assez ouvert de passer juste ce qu’il faut du sein par le haut.

5 – blouse plumetis fluide Laura clément (soldée à 20 euros)
6 – blouse manches 3/4 (soldée à 7,50 euros)
Le chemisier ou la blouse est une des pièces maîtresses de la garde-robe d’une mamallaitante, mais ce n’est pas une raison pour qu’ils soient « mémérisants ». A la base, le chemisier, ce n’est pas vraiment mon truc, parce que je le trouve souvent informe et trop classique. Mais à devoir en acheter, j’ai constaté qu’il en existe une multitude et qu’ils peuvent mettre en valeur le corps si on les choisis bien. A boutons pressions, à zip, à boutons classiques, … à fermeture intégrale ou jusque sous la poitrine, manches longues, 3/4, dans tous les coloris, les motifs, les tissus, … il y a du choix pour éviter la lassitude.
J’ai sélectionné le premier pour son jeu de transparence et de superposition, en blanc ou noir, il est très élégant, le bouton du haut peut être ôté pour une jolie ouverture de col. (Attention à la taille choisie, il serre légèrement au niveau de l’intérieur du coude lorsque l’on plie le bras et ça peut devenir désagréable pour un bras un peu fort).
Le second m’a tapé dans l’oeil pour son ouverture aisée par zip, porté légèrement rentré dans un jean, il donne un très bon look.
Attention à la taille choisie, car petit détail, si votre poitrine a considérablement augmenté, ces deux chemisiers peuvent (peut-être) être un peu justes à ce niveau. J’avoue continuer à prendre ma taille habituelle, puisque j’ai hérité d’un maxi contenu dans un mini contenant 😉

7 – pull tennis soft grey (soldé à 30 euros)
Pour changer un peu des gilets, j’ai craqué sur ce pull bien chaud à large encolure, qui me permet donc de le garder pour allaiter et d’avoir juste à relever ou déboutonner le haut du dessous (oui car n’en déplaise à Paparaignée, il faut bel et bien porter quelque chose en dessous, si, si, je vous assure, l’ouverture descend jusqu’au nombril 😉 )

{Projet 52, semaine 3} quotidien 

Pour la troisième semaine du projet 52, lancé par Milie du blog C’est quoi ce bruit,  j’ai été tout de suite inspirée. Voici donc, sans plus attendre la photo que j’ai choisie pour le thème « quotidien ».0E0A6473Alors, je vous arrête tout de suite, non ce n’est pas l’un de mes seins, je sais que la grossesse peut engendrer des modifications hormonales mais de là à avoir autant de poils que le Charaignée, faut pas pousser non plus 😉
Mon sein est bien là mais habilement caché par un petit Caillou qui le tète. Un Caillou qui ne l’est pas tant que ça finalement.
Cette photo ne date pas de cette semaine, elle a été prise entre Noël et nouvel an et je n’en suis pas l’auteure puisque c’est mon beau-père qui l’a prise. Je l’aime particulièrement, je la trouve apaisante et elle m’est tout de suite apparue comme évidente pour illustrer le thème de la semaine.

Car avec l’arrivée de Caillou le 30 novembre dernier, mon quotidien est constitué de couches, de repas à préparer, de lessives, de promenades mais il y a une chose qui l’alimente plus que tout le reste, une chose que je fais jour et nuit de nombreuses fois (d’ailleurs au moment où j’écris cet article, je fais aussi cette chose), une chose à laquelle je tiens beaucoup et que j’aime malgré les petits obstacles que j’ai pu rencontrer : donner le sein ! Un moment d’apaisement, un contact different avec son bébé, un sentiment d’attachement particulier, je ne sais pas trop mais en tout cas un moment agréable pour moi comme pour lui et que j’avais déjà expérimenté durant 15 mois avec Marmouset.
Au mois de mai dernier, j’avais définitivement troqué le néné contre le biberon et ce ne fut pas sans une petite pointe de tristesse. J’aurais pu continuer mais il était temps, j’étais enceinte, je ne souhaitais pas pratiquer le co-allaitement et je voulais prendre le temps pour que l’arrêt du sein ne coïncide pas pour Marmouset avec l’arrivée de son petit frère. Mais le sevrage s’est fait bien plus rapidement que je n’aurais cru, il faut dire qu’avec la grossesse et les modifications qu’elle engendre, Marmouset commençait à me regarder d’un air « c’est quoi cette arnaque, ce qui sort des seins, c’est plus ce que c’était ! », et moi de penser « et encore si tu savais ce qui va sortir du ventre dans 7 mois » 😉
Alors, une pointe de tristesse certes mais empreinte de l’excitation de démarrer un peu plus tard une nouvelle aventure lactée faite de tellement de réjouissances.